La dette allemande proche d'obtenir la médaille d'or de la performance en 2010

 |   |  445  mots
Les performances des obligations d'État des grands pays industrialisés ont, sans surprise, été marquées par la crise des finances publiques européennes en 2010. Profitant de son statut de valeur refuge à l'échelon européen et même mondial, les obligations d'État allemandes caracolent assez largement en tête malgré la nette remontée des taux, intervenue en fin d'année de part et d'autre de l'Atlantique, tandis que les titres des pays dits « périphériques » ont vu leur cours s'effondrer. Les titres grecs, irlandais, portugais et espagnols de maturité supérieure ou égale à 10 ans enregistrent ainsi de lourdes chutes allant de - 30,69 % pour les obligations helléniques à - 15,37 % pour l'Espagne, selon les indices EFFAS/Bloomberg. À l'inverse, le prix des obligations allemandes de maturité supérieure à 10 ans a augmenté de 8,7 % depuis le 1er janvier. Les autres pays de la zone euro notés « AAA » suivent, avec des progressions de cours de respectivement 7,46 % pour les Pays-Bas, 6,82 % pour la Finlande, 5,77 % pour l'Autriche et 4,64 % pour la France.« Les marchés de taux ont connu une année 2010 plutôt favorable, dopés par des politiques monétaires extrêmement expansionnistes (taux courts proches de leurs plus bas historiques, interventions directes des Banques centrales sur certains segments des marchés obligataires) et par des craintes persistantes sur la pérennité de la reprise », notent les experts de Fidelity IM. Retour du goût du risque« Au cours du dernier trimestre, une correction brutale s'est toutefois produite sur les titres de dette publique, ramenant les taux d'intérêt quasiment à leur niveau du début de l'année », ajoutent-ils.Après une année 2009 difficile pour les titres d'État, plombés par le retour du goût du risque, les performances des dettes jugées les plus sûres auraient en effet pu être encore bien meilleures cette année si l'amélioration des indicateurs économiques en fin d'année et la légère accalmie de la crise européenne n'avaient pesé sur les valeurs refuge. À la fin octobre, les prix des titres allemands enregistraient une croissance de 15,9 %, performance réduite de moitié depuis. Le cours des obligations d'État américaines supérieures à 10 ans affichait, de son côté, une hausse de 11,16 % fin octobre qui a depuis fondu à 2,88 %. Sur le dernier mois écoulé, le prix des titres américains a cédé 4,99 %, alors que le mouvement spéculatif induit par la reprise des achats d'obligations d'État par la Fed s'inversait. Le compromis budgétaire de 858 milliards de dollars a en outre lourdement pesé sur les titres américains en repoussant aux calendes grecques l'assainissement de l'important déficit américain. Julien Beauvieux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :