Py confesse Mitterrand

 |   |  349  mots
Qui a dit que seuls les Anglo-Saxons savaient s'emparer de l'histoire récente pour en faire oeuvre de fiction cinématographique ou théâtrale ? Olivier Py met aujourd'hui à mal cette théorie avec sa dernière pièce donnée au théâtre de L'Odéon, « Adagio » - dont « La Tribune » est partenaire -, sur les ultimes années de François Mitterrand. Et c'est passionnant. Car le dramaturge a su éviter l'anecdote pour parler de politique au sens philosophique du terme. Sa mise en scène se révèle d'une inventivité folle et s'incarne notamment dans un extraordinaire décor. Soit un imposant escalier noir en haut duquel défile une forêt d'arbres décharnés. Voici donc François Mitterrand à la veille de sa mort. L'occasion pour lui de se souvenir de son élection de 1981, d'un Séguéla vibrionnant, de Badinter plaidant contre la peine de mort à l'Assemblée nationale, mais aussi de ce jour où on lui a annoncé son cancer de la prostate, quelques mois après son élection, ou encore de son rapport charnel à la France. Pour raconter tout cela, Py s'est plongé dans les écrits ou les discours (souvent très beaux) de l'ancien président. Il a également interviewé de nombreuses personnes l'ayant fréquenté. Pas mitterrandolâtre ni mitterrandophobe pour un sou, le dramaturge a su trouver la bonne distance pour évoquer le grand homme. Il n'occulte rien. Ni le Rwanda, ni Vichy ou son refus de reconnaître la responsabilité de la France dans la déportation des juifs pendant la guerre. Autant de scènes composées comme des tableaux, dans lesquelles interviennent différents protagonistes tels Jack Lang, Helmut Kohl ou François de Grossouvre. Certes ces personnages ne sont pas aussi bien construits que celui du président et leur interprétation (Jean-Marie Winling excepté) est parfois caricaturale. On regrette par exemple qu'Anne Lauvergeon apparaisse si nunuche. Reste Philippe Girard qui compose de manière éblouissante et magistrale un Mitterrand shakespearien. Yasmine Youssi Au Théâtre de l'Odéon jusqu'au 10 avril. www.theatre-odeon.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :