La boussole des retraites

 |   |  378  mots
Le tout nouveau ministre du Travail et des Retraites, Éric Woerth, avait fondé en 2002 le « Club de la boussole », une association de parlementaires chiraquiens désireux de défendre la réalisation des promesses de leur mentor... Une boussole, les parlementaires UMP réunis aujourd'hui par François Fillon en ont bien besoin après la dégelée des régionales. Le « trouillomètre » à zéro, nos députés UMP ont perdu confiance dans la vista du chef de l'État. Après leur avoir sacrifié la taxe carbone, Nicolas Sarkozy, qui les reçoit à son tour mercredi, va devoir les remobiliser autour de la réforme des retraites, le nouveau cap de la boussole postrégionales. Une négociation tripartite difficile va s'engager d'avril à septembre avec les syndicats et le patronat, pour laquelle le gouvernement aura besoin du ferme soutien de sa majorité. Vu la poussée de la gauche, c'est même un dialogue à quatre qui va avoir lieu, avec un Parti socialiste désireux de peser sur les choix. Un « pacte national » républicain aboutissant à un consensus droite-gauche sur les retraites, comme l'a proposé le socialiste Manuel Valls, serait un signal politique inédit. Utopie dira-t-on, tant la question divise le pays depuis le livre blanc de Michel Rocard. Martine Aubry avait donné avant les régionales quelques signes en ce sens, en évoquant un âge de 62 ans pour le départ effectif. Mais le PS a depuis effectué une prudente retraite et ne semble pas enclin à faire à Nicolas Sarkozy le cadeau d'une réforme sur laquelle il compte pour se refaire une santé et éviter... la retraite en 2012. Au-delà des motivations politiques, il en est une autre, économique, qu'il ne faudrait pas oublier au passage. Donner aux Français une sécurité et une visibilité sur leurs retraites est aussi un élément clé pour les sortir du comportement dépressif et malthusien dans lequel ils semblent s'enliser. Bien réformer les retraites, c'est aussi les rassurer et les inciter à dégonfler leur épargne de précaution et à libérer le moteur de la consommation qui commence à battre de l'aile. C'est donc un ingrédient clé de la sortie de crise et du retour de la croissance.pmabille@latribune.fr Philippe Mabille

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :