Une nouvelle race de produits de Bourse ultra spéculatifs font un tabac

L\'aversion au risque des Français n\'a jamais été aussi manifeste. Il n\'y a qu\'à voir l\'explosion des ouvertures de Livret A ces dernières semaines pour s\'en convaincre. Mais comme toute vérité a son paradoxe, les promoteurs de produits de Bourse constatent depuis trois mois un phénomène pour le moins surprenant: la montée en puissance et même la suprématie d\'une nouvelle race de produits de Bourse extrêmement spéculatifs, les Leverage et Short. Derrière ces deux termes anglo-saxons se cachent deux outils d\'une simplicité biblique, le premier permettant de jouer à la hausse un sous-jacent précis (cela peut être le CAC 40, un autre indice mondial ou de volatilité voire une matière première), avec un effet de levier choisi à l\'avance allant de 2 à 10; le second de faire la même chose, mais à la baisse.Grande simplicitéContrairement à d\'autres produits de Bourse qui n\'ont pas d\'effet de levier, ont des barrières désactivantes ou une durée de vie bien précise, sans parler des paramètres à comprendre avant de se lancer dans l\'aventure, les Leverage et short n\'ont ni durée de vie, ni barrière désactivante. Le mode de calcul du prix de ces produits est donc très simple: ils multiplient tous les jours les variations du sous-jacent par leur effet de levier. Prenons un exemple avec un Leverage 5 sur le DAX. Il verra son prix augmenter de 5% si le DAX prend 1% au cours d\'une même séance boursière. «Afin d\'éviter qu\'ils ne perdent toute valeur, les Leverage et Short possèdent un mécanisme de protection partielle en cas de fortes variations du cours du sous-jacent au cours d\'une séance. En effet, avec un Leverage à effet de levier 10 par exemple, une baisse de 10% du sous-jacent en une journée devrait entraîner une baisse de 100% du prix du Leverage. Pour empêcher cela, un seuil de variation maximal quotidien est défini, et au-delà de ce seuil, le produit est recalculé comme s\'il s\'agissait d\'une nouvelle séance», précise Thibaud Renoult, responsable de la distribution publique des produits de Bourse chez Commerzbank qui constate en effet depuis plusieurs mois un engouement tout particulier de sa clientèle pour ces nouveaux produits. «Les Leverage et Short sont aujourd\'hui les produits de Bourse à effet de levier les plus traités à la Bourse de Paris avec environ 200 millions d\'euros échangés par mois, raison pour laquelle nous avons décidé d\'étoffer notre gamme de produits sur ce segment», ajoute-t-il.Réservés à des investisseurs chevronnésIl est donc pour le moins intéressant de voir qu\'au moment où toute prise de risque est quasiment considérée comme un gros mot, les investisseurs prêts à jouer avec leur nerfs privilégient les outils les plus spéculatifs qui soient, un effet de levier de 10 étant particulièrement osé. Sachant que ces outils, sont, certes, exclusivement réservés à des investisseurs chevronnés qui savent pertinemment où ils mettent les pieds et sont prêts à accepter des pertes en capital.  >>Pour aller plus loin, découvrez tous les produits de notre nouvelle plateforme bourse

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.