En France, l'accent est mis sur l'alternatif

 |   |  190  mots
Trop dépendant du marché actions, avec 57 % de son portefeuille en Europe dans cette classe d'actif, JP Morgan Asset Management cherche à se diversifier. En Europe, la société vise particulièrement le marché obligataire. Mais en France, où JP Morgan AM gère aujourd'hui 4 milliards de dollars, contre 10 milliards en 2007, James Broderick, son directeur Europe, estime que cela sera très difficile. « La gestion obligataire est dominée en France par des acteurs très puissants. » Pour compenser, il choisit de mettre l'accent sur la gestion alternative, où il pense avoir identifié une niche à prendre. Il parle notamment des fonds de hedge funds et les fonds immobiliers. À terme, il espère que son portefeuille européen sera composé moitié en actions, un quart en obligataire (contre 10 % actuellement) et un quart en gestion alternative (contre 11 % actuellement). L'autre objectif de James Broderick : réduire la volatilité de ses encours. Il vise donc les pays où existe un fort tissu d'intermédiaires financiers, comme l'Allemagne ou la Grande- Bretagne. Faute de cela en France, il préfère se concentrer sur les institutionnels dont l'horizon d'investissement est de plus long terme. E. A.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :