Rafale : Paris accroît l'attractivité à l'export de l'avion de combat de Dassault

 |  | 435 mots
Lecture 2 min.
Le Rafale s\'offre une nouvelle technologie de pointe. A la fin de l\'année 2012, la Direction générale de l\'armement (DGA) a notifié à Thales \"un contrat de levée de risques pour le développement du Pod de désignation laser de nouvelle génération (PDL-NG) du Rafale\", a-t-elle annoncé lundi soir. Une technologie clé pour l\'avion de combat de Dassault Aviation. D\'un montant de 55 millions d\'euros, ce contrat permet \"de maintenir les compétences critiques nécessaires à la préparation de cette capacité\", a précisé la DGA. Selon le site des echos.fr, qui a révélé lundi ce contrat, la DGA doit notifier, fin 2013 une tranche supplémentaire de 115 millions d\'euros. Selon le magazine \"Air et Cosmos\", ce premier contrat couvre un peu plus de 10 % de la valeur totale prévue pour le programme PDL NG ; celui-ci prévoit en effet le développement et l\'achat de 45 nacelles, pour un montant total qui devrait avoisiner les 450 millions d\'euros. Le système ne doit pas être opérationnel avant 2018 sur les Rafale au standard F3-R et Mirage 2000D ; les livraisons pourraient s\'étaler jusqu\'en 2022. Successeur de la nacelle de désignation de cibles \"Damocles\" actuellement en service, le PDL-NG vise à doter les armées françaises d\'une capacité clé d\'ici à cinq ans et à renforcer l\'attractivité de l\'offre française dans le domaine des systèmes aéronautiques militaires. Plusieurs pays sont intéressés par le Rafale. A commencer par l\'Inde qui est en négociations exclusives depuis le début 2012, les Emirats Arabes Unis, qui ont engagé une nouvelle séance de discussions avec Paris.Le radar AESA, un plus pour le RafaleProgressivement, le Rafale arrive à maturité. En septembre, Dassault Aviation et Thales avaient livré à la DGA, le Rafale C137, le premier chasseur européen doté d\'un radar à antenne active, le fameux RBE2 AESA. Ce radar est censé lui aussi accroître les chances de l\'avion de combat à l\'export. Car  le radar RBE2 est ce qui se fait de mieux en Europe, selon les spécialistes. Hormis les Etats-Unis qui ont équipé de radars à antenne active le F-22, le F-18 et le F-15C Eagle, la France est seul autre le pays à savoir développer ce type de radar. En combat aérien, le RBE2 est capable de poursuivre 40 avions et d\'en engager 8 en même temps. Le balayage électronique permet d\'assurer simultanément le suivi du terrain et la détection de cibles terrestres ou navales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :