Fraude marginale aux prestations sociales

Les caisses d'allocations familiales sont victimes d'une fraude marginale aux prestations sociales, notamment sur l'ancienne Allocation de parent isolé (API), mais elles se sont organisées pour traquer les fraudeurs et récupèrent près de 90 % des sommes indûment versées. Selon un rapport de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf), dévoilé par le Parisien et dont l'AFP a obtenu copie, 200.000 allocataires (soit 2,15 %) seraient des fraudeurs, ce qui représenterait un «impact financier compris entre 540 et 808 millions d'euros» pour l'année 2009. «Il faut relativiser, ce n'est pas 800 millions de manque à gagner puisque nous récupérons quasiment 90 %» des sommes indument versées aux familles, a expliqué à l'AFP Jean-Louis Deroussen, président de la Cnaf. «Les chiffres nous montrent surtout que 96 % des allocataires perçoivent leurs bons droits, contrairement aux idées reçues qui veulent que quasiment tout allocataire est un fraudeur», ajoute-t-il.L'enquête «montre que la fraude concerne une minorité de bénéficiaires mais qu'elle met en jeu des montants importants», ont affirmé pour leur part le ministre du Travail Eric Woerth et la secrétaire d'Etat à la Famille Nadine Morano dans un communiqué, soulignant que la lutte contre ces fraudes était «une priorité du gouvernement».Alors que la Cnaf verse annuellement 60 milliards d'euros de prestations , «la fraude délibérée représente environ 80 millions d'euros et on espère qu'elle va encore baisser dans les années à venir», souligne Jean-Louis Deroussen. H.F. (avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.