La Grèce renvoie 15.000 fonctionnaires

 |   |  285  mots
C\'était l\'une des conditions sine qua non pour obtenir une nouvelle rallonge. Le parlement grec a adopté dimanche soir une loi sur de nouvelles mesures de rigueur réclamées par la troïka (UE-BCE-FMI) et comprenant notamment une conséquente restructuration du secteur public. La nouvelle loi - adoptée à l\'issue d\'un débat houleux à l\'Assemblée - prévoit le renvoi d\'ici fin 2014 de 15.000 fonctionnaires, dont 4.000 en 2013. Un prêt de 8,8 milliards d\'eurosCela va ainsi permettre à Athènes de toucher une nouvelle tranche d\'aide de 8,8 milliards d\'euros, sur un total de 240 milliards d\'euros. Les fonctionnaires qui doivent être renvoyés sont ceux qui ont été sanctionnés pour corruption ou incompétence, ceux qui sont poussés au départ volontaire à la retraite ou les victimes de la suppression de leur poste après la fermeture de dizaines d\'organismes publics.Manifestation place SyntagmaDimanche soir, une manifestation de 800 personnes - selon la police - s\'est déroulée sur la place Syntagma, devant le Parlement grec, dans le centre d\'Athènes à l\'appel des syndicats du privé et du public. La confédération syndicale des fonctionnaires (Adedy) a dénoncé \"les suppressions de postes et la destruction du service public\" ainsi que \"la procédure d\'urgence décidée par le gouvernement\" pour le vote de la loi. Sachant que la loi adoptée ne comporte qu\'un seul article, une pratique récurrente pour contraindre les députés de voter l\'ensemble des dispositions.Pour aller plus loin: la Grèce aurait gonflé son déficit sous l\'oeil de Bruxelles pour justifier l\'austérité

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :