El Niño et La Niña, enfants terribles du climat

 |   |  265  mots
Un record?: avril 2010 aura été le mois le plus chaud jamais enregistré sur toute la planète par l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Pour la première fois depuis que les évaluations ont commencé, en 1880, les experts de l'OMM ont estimé pour avril 2010 la température moyenne de la surface terrestre et des océans à 14,5 °C, bien au-delà, donc, du niveau de 13,7 °C enregistré pour tout le XXe siècle. Deux éléments sont à l'origine de cette évolution?: El Niño et La Niña, des phénomènes climatiques évoluant sans cesse autour de la planète et aux effets contraires. El Niño, littéralement « courant de l'Enfant Jésus », puisqu'il apparaît régulièrement aux alentours de Noël, accroît la température des océans et engendre une surélévation des eaux. Sa petite soeur, La Niña, a l'effet inverse?: son apparition fait baisser la température des eaux, avec pour conséquence une densité plus grande de la période des typhons, en particulier dans l'océan Pacifique. Si El Niño, plus présent que sa cadette sur la planète, est à l'origine de la surchauffe actuelle, l'OMM prédit un retour de La Niña sur la scène climatique pour la seconde moitié de 2010. D'ailleurs, après une progression des températures au Canada, dans le nord des États-Unis, en Afrique du Nord, en Sibérie et dans le sud de l'Australie, la température tend actuellement à baisser au sud-est des États-Unis, en Asie centrale et en Europe de l'Ouest. E. P.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :