Comment les grands patrons mobilisent les salariés face à l...

 |   |  508  mots
Comment les grands patrons mobilisent les salariés face à la criseUne étude ? que « La Tribune » dévoile en exclusivité ?, réalisée par deux universitaires (Frank Bournois et Sébastien Point), analyse les messages des dirigeants de sociétés du CAC 40 à leurs salariés au travers des discours publiés dans les rapports annuels. On y voit le retour du vocabulaire guerrier aux dépens des métaphores sportives et une percée notable du salarié-serviteur de l'entreprise.Les messages des patrons publiés en tête du rapport annuel de l'entre­prise dévoilent le regard que portent ces dirigeants sur leur entreprise, son environnement et? ses salariés. C'est ce que montre l'analyse menée depuis plusieurs années par Frank Bournois, professeur à l'université Paris II-Panthéon-Assas, directeur du Ciffop (un master 2 en gestion des ressources humaines), et Sébastien Point, professeur à l'université de Franche-Comté. Cette étude ??que «?La Tribune?» dévoile en exclusivité??, consacrée aux rapports 2008, rend ainsi compte de l'effet de la crise dans la communication des dirigeants à leurs salariés, niveau de base de la gestion des ressources humaines. Pour faire face à la crise, omniprésente dans le discours des dirigeants, avec le pessimisme inhérent, sept patrons mobilisent la métaphore de la guerre (arme, combat, etc.) ? au détriment d'autres images utilisées les années précédentes comme celle du sport, remarquent les professeurs Bournois et Point, qui ont comparé les messages 2008 à ceux des années précédentes conservés dans une base de données. Une manière, sans doute, de préparer les troupes à des batailles autrement plus violentes que par le passé. dévouementMais chaque dirigeant lève l'étendard de manière adaptée à la situation de son entreprise (voir, ci-dessous, les exemples de PSA Peugeot-Citroën et d'Air France-KLM). Les deux universitaires constatent que l'image du salarié-serviteur, au service de son entreprise, dont le dévouement est mis ici en exergue, réalise une percée remarquée. « En 2008, crise oblige, l'image du serviteur est devenue prégnante et les patrons s'attardent à valoriser le comportement des salariés », observent Frank Bournois et Sébastien Point. Cependant, l'image du salarié-ressource reste la plus fréquente, comme les années précédentes. « En soulignant les compétences techniques des salariés, cette image renvoie aux aptitudes des individus, à leurs compétences individuelles et/ou collectives », soulignent les deux universitaires.revendicationsÀ côté, quelques messages mettent en scène à l'aide de qualificatifs comme «?implication?», «?ardeur?», «?courage?», «?loyauté?», «?le salarié-héros?», avec ses vertus morales dans un contexte économique plutôt difficile. En revanche, le salarié actionnaire a disparu. « Quelques rares documents tendent à promouvoir l'implication des salariés et valoriser une convergence d'intérêts entre les collaborateurs et les investisseurs », notent Frank Bournois et Sébastien Point. Comme s'il fallait faire oublier les pertes financières ? parfois plusieurs mois de salaires ? enregistrées par les salariés de certaines entreprises qui pourraient dès lors devenir revendicatifs?Pascal Junghanscommunicatio

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :