Chez PSA Peugeot-Citroën, Philippe Varin fait vibrer la corde sensible

 |   |  268  mots
Dans un message de 921 mots, Philippe Varin, le président du directoire de PSA Peugeot-­Citroën ne tourne pas autour du pot. Il est le patron qui, avec celui d'Axa, parle le plus de la crise et avec le moins de métaphores. Il souligne notamment que « la crise frappe plus durement l'automobile que d'autres secteurs ».Mais Philippe Varin, qui a pris ses fonctions au milieu de l'année 2009, veut aussi prouver que le groupe va se battre pour se relancer aussitôt. Les professeurs Bournois et Point soulignent «?la présence de nombreux connecteurs d'opposition (?mais?, ?en revanche?, etc.). Ils montrent que Philippe Varin se positionne dans une volonté de changement, son discours traduisant une forte volonté de sortir de la crise ». petite marge de man?uvreDans ce cadre, il tente de mobiliser les salariés en employant fréquemment le verbe « devoir ». « Le verbe ?devoir? est systématiquement associé au groupe en entier (notamment à travers le ?nous?) et non attribué à la seule personne du ?Patron? », insistent les deux universitaires ? alors même que Philippe Varin est un adepte du «?je?». Mais il emploie ce pronom personnel dans une construction particulière, qui «?reste caractéristique d'un engagement personnel visant prioritairement à véhiculer des émotions. Philippe Varin est le ?patron? du CAC 40 utilisant le plus de mots et d'expressions relatives aux comportements et aux émotions », remarquent les deux spécialistes. Tout se passe comme si, dans cette industrie, où les marges de man?uvre salariales ne sont pas infinies, la mobilisation des hommes passait par d'autres vecteurs et que Philippe Varin l'avait bien compris. P. J.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :