Les émissions de la Cades devraient nettement augmenter l'an prochain

2 mn

Après un record d'émissions de dette en 2009, la Caisse d'amortissement de la dette sociale (Cades) a bouclé l'année 2010 sur un volume de placements nettement plus modéré. Mais les reprises de dette massives votées à l'automne par le parlement vont contraindre l'établissement créé en 1996 pour rembourser la dette de la Sécurité sociale à mettre les bouchées doubles en 2011. « Les émissions vont fortement augmenter l'an prochain mais nous allons étaler le refinancement des dettes reprises sur deux ans en conservant un encours de dette à court terme relativement important », confie Patrice Ract Madoux, le président du Conseil d'administration de la Cades.Alors qu'elle tablait en janvier sur 12 milliards d'euros, la Cades n'a finalement émis cette année que 10,6 milliards d'euros de dette à moyen et long terme. Soit une baisse de 58,9 % par rapport au record de 25,8 milliards d'euros placés en 2009, quand la Cades avait dû refinancer les 27 milliards d'euros de dettes sociales supplémentaires prévus dans la Loi de Financement de la Sécurité Sociale (LFSS) votée fin 2008. Épargnée par toute nouvelle reprise de dette cette année, l'institution a aussi pu réduire son encours de dette à court terme de 9,9 à 2,7 milliards d'euros à la fin décembre. Mais la donne va changer.La LFSS votée le 25 novembre par le parlement prévoit que la Cades reprendra l'année prochaine 68 milliards d'euros de dettes au titre des déficits du régime général de la Sécurité sociale creusés de 2009 à 2011. Puis viendront 62 milliards d'euros entre 2012 et 2018 pour boucler le financement de la réforme des retraites. « Nous présenterons notre programme en janvier et les émissions à moyen et long terme devraient s'établir en 2011 entre 30 et 35 milliards d'euros, voire éventuellement 40 milliards d'euros », explique Patrice Ract Madoux.Malgré ce montant record, les émissions de la Cades devraient se dérouler sans encombre. Le 22 décembre, Standard and Poor's a confirmé le « AAA » de l'institution, soulignant « la probabilité quasi certaine » que l'État soutienne la Cades en cas de difficulté. L'agence ajoute que les transferts de dette massifs « seront compensés par des revenus additionnels et l'augmentation de la durée de vie de la Cades », allongé de 4 ans à l'automne jusqu'à 2025. En 2011, la Cades bénéficiera ainsi de 15,2 milliards d'euros de recettes diverses, contre 8 milliards en 2010.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.