Interrogations sur le sort des projets de scission de Carrefour

 |   |  339  mots
Knight Vinke mobilise les détenteurs de titre Carrefour. Le fonds d'investissement américain, qui détient 1 % du distributeur, confirme être en contact avec ses « principaux actionnaires ». À deux mois de l'assemblée générale qui, le 21 juin, doit se prononcer sur le projet d'éclatement de Carrefour, Knight Vinke « prend connaissance de leurs points de vue sur les annonces récentes relatives aux propositions de restructuration », a-t-il précisé par communiqué, confirmant des informations révélées par Challenges.fr. Selon le magazine d'information, le fonds activiste a approché « les Axa, Natixis, Amundi, DNCA Finance pour les convaincre de voter contre la résolution » d'introduire en Bourse Carrefour Property et Dia. « Knight Vinke ne rentrera pas davantage dans les détails », assure le fonds.En fait, le doute s'installe depuis le 1er mars, date à laquelle Carrefour a révélé vouloir vendre 25 % de sa foncière Carrefour Property et 100 % de Dia. Ces deux projets sont proposés par Colony Capital et Groupe Arnault, actionnaires de référence de Carrefour. Le produit de ces ventes doit être redistribué aux seuls actionnaires, sous forme d'un dividende exceptionnel. L'opération doit leur apporter 4 milliards d'euros. Mais elle n'est pas du goût de tous. À commencer par Jean-Martin Folz. À l'issue du conseil d'administration qui avait décidé de ces deux opérations, l'ancien patron de PSA a marqué son désaccord en démissionnant de son poste d'administrateur. Et depuis, nombreux sont les analystes financiers à dénoncer leur manque d'intérêt et à douter d'un vote favorable en assemblée générale.Or, pour être approuvée, cette résolution doit être votée par deux tiers des voix présentes et représentées. Colony et Groupe Arnault, qui détiennent 20 % des droits de vote, doivent donc rallier le plus grand nombre. La pression de Knight Vinke leur complique la tâche, note la Société Généralecute; Générale. Ils seraient même en train d'en faire le deuil, rapporte une autre source. Juliette Garnie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :