Peugeot se lance dans la voiture de sport

 |   |  296  mots
Coupé 404 en 1962, 504 en 1969, 406 en 1997. Ce sont les glorieux ancêtres dont Peugeot cite les gênes pour sa nouvelle sportive RCZ. Après avoir lancé l'an dernier deux monospaces à vocation familiale, la marque au lion veut renouer avec les « voitures plaisir », persuadée qu'il reste de la place sur le marché pour des coupés chics et sportifs. Presque une provocation au temps du tout radar et de la lutte anti-CO2. Même si la firme met en avant des émissions fort basses, sous la barre des 140 grammes (en version de base) grâce à une aérodynamique soignée.Commercialisée le 22 avril, avec des motorisations qui pourront aller jusqu'à 200 chevaux, la RCZ veut rivaliser avec les prestigieuses Audi TT ou BMW 1 coupé germaniques. « Ce créneau pèse 150.000 voitures par an en Europe. Et nous visons 10.000-11.000 unités en 2010, 17.000 ou plus en 2011, dont 30 % vendues en France, 20 % en Grande-Bretagne », affirmait mardi Jean-Marc Galès, directeur des marques de PSA lors des essais en Espagne. économies d'échelleProduite chez le carrossier Magna en Autriche, ce modèle très typé vise « à améliorer l'image », mais aussi à générer des profits substantiels. « 17.000 unités, c'est significativement au-dessus du point mort ». Peugeot a, il est vrai, réduit les frais. « Plus des deux tiers des pièces en valeur sont communes avec la berline 308. Ce sont les mêmes bases de moteurs, les mêmes liaisons au sol, la même planche de bord », précise Jean-Marc Galès. Ces économies d'échelle permettent « des tarifs compétitifs, à partir de 27.400 euros, soit 15 % à 20 % de moins qu'une Audi TT ». Le premier accueil est favorable. Deux séries spéciales de 700 unités ultra-équipées à 35.500 euros ont été vendues sur Internet, sans que les clients aient essayé la voiture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :