Les autres atouts des marchés émergents

 |   |  424  mots
Copyright Reuters
Après les actions, les sociétés de gestion proposent des fonds sur les obligations et les devises émergentes.

Aberdeen Asset Management lance un produit entièrement dédié aux obligations de la zone Asie-Pacifique. Géré par l'équipe obligations asiatiques basée à Singapour, le portefeuille du fonds « Aberdeen Global ? Asian Local Currency Short Duration Bond Fund » intègre des obligations émises par une dizaine d'États asiatiques.

Il s'agit principalement d'emprunts, libellés en devises locales, dont la durée de vie est inférieure à deux ans. De cette manière, le portefeuille peut bénéficier des perspectives d'appréciation des monnaies asiatiques contre les grandes devises internationales que sont l'euro, le dollar et la livre sterling, tout en étant protégé contre les risques d'inflation, grâce aux échéances de remboursement relativement courtes.

« Les devises asiatiques sont globalement sous-évaluées », explique Anthony Michael, responsable des obligations Asie-Pacifique chez Aberdeen. Il précise que, si la faiblesse de la valorisation de la devise chinoise est souvent pointée du doigt, les monnaies des autres pays de la zone peuvent à tout moment s'apprécier dans des proportions très importantes.

« Par ailleurs, ajoute-t-il, la situation financière de la région demeure solide, tant au niveau des États que des banques, des entreprises et des ménages. La comparaison avec certains pays occidentaux est sans appel. Les taux de croissance continuant à progresser, certains États pourraient voir leur note relevée, ce qui permettra de générer de bons niveaux de rendement. »

Ofi AM à la manoeuvre

Une démarche similaire, mais sur l'ensemble des marchés émergents, a été initiée par Ofi Asset Management avec le fonds « Single Select Platform Ofi Global Emerging Debt », un fonds de dettes émergentes qui vient d'être autorisé à la vente en France. Celui-ci est investi au minimum des deux tiers de ses actifs en obligations d'État des pays émergents, et jusqu'à un tiers en obligations d'émetteurs privés parmi ceux qui affichent les profils financiers les plus solides.

Contrairement au fonds d'Aberdeen, celui-ci peut, en fonction des anticipations de l'équipe de gestion, être investi en devises locales et en devises fortes. Selon Hervé Goigoux-Becker, directeur adjoint des gestions d'Ofi AM, « la dette émergente présente un potentiel de rendement élevé, favorisé par de bons fondamentaux grâce à des changements structurels depuis les années 1990 ». En effet, l'inflation a été divisée par trois depuis quinze ans, les ratios de dette ont été abaissés jusqu'à un niveau deux fois moindre que celui des pays développés, et les réserves de devises étrangères sont en forte hausse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :