Et si l'on osait l'Europe sociale

 |   |  369  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : A.Caen)
Par Philippe Mabille, directeur adjoint de la rédaction de La Tribune.

On va donc manifester ce mardi en France contre la rigueur, dans une première réaction de la rue après les deux plans annoncés depuis l'été. Le premier n'avait pas fait bouger d'une oreille les leaders syndicaux. Le second, présenté sous la pression des agences de notation, a été pris plus au sérieux. Accélération du passage à 62 ans de l'âge du départ à la retraite, gel de certaines prestations sociales : les syndicats ne pouvaient laisser passer ces mesures sans offrir à la rue une "soupape".

Au vu de la faible mobilisation attendue, la lutte finale contre l'austérité n'est pas encore engagée. La proximité de l'élection présidentielle, la prise de conscience sans doute de la gravité de la crise rendent le terrain peu propice à un mouvement social d'ampleur. Plutôt que la rue, le "social" a peut-être aussi d'autres voies à explorer dans cette période électorale. Dans son discours de Toulon, Nicolas Sarkozy a pris garde d'inviter les partenaires sociaux à un sommet pour l'emploi en janvier. La ficelle est un peu grosse, mais cette demande de la CFDT pourrait offrir l'occasion de décanter un certain nombre de sujets avant le vote du printemps.

Le même François Chérèque, qui manifestera ce matin, participera d'ailleurs ce soir, aux côtés des leaders de la CFTC et de la CFE-CGC, à un débat sur la compétitivité à l'invitation de Laurence Parisot, au Medef. Le paradoxe n'est qu'apparent : tous les responsables, syndicaux comme politiques, voient bien que pour sortir de cette crise, on ne pourra pas se contenter d'un discours de rigueur sans fin : il faudra surtout innover, en proposant des solutions nouvelles pour débloquer l'emploi et le pouvoir d'achat. Si convergence économique, budgétaire et fiscale il doit y avoir en Europe, pourquoi ne pas l'étendre à la sphère sociale, en important en France certaines des meilleures pratiques de nos voisins comme l'Allemagne sur le chômage partiel, le Danemark sur l'emploi des jeunes et la Finlande ou la Suède sur celui des seniors ? Il y a là matière à débattre un nouveau donnant-donnant entre les entreprises et les salariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2011 à 17:14 :
Il faudrait surtout innover dans le domaine économique, ce que l'Europe n'est plus capable de faire depuis trop longtemps. Il n'y a pas d'autre moyen que de redonner toute leur place au capital, à l'investissement, au travail, à l'épargne, à l'effort et renoncer à consacrer plus de la moitié du PIB à l'Etat et au social. Pas de social sans économie florissante, pas de redistribution s'il n'y a pas quelques riches (et d'autres beaucoup moins riches) à taxer...
a écrit le 16/12/2011 à 9:48 :
Avant de faire l'Europe Economique et Monétaire il aurait fallu faire l'Europe social (avec les mêmes protections sociales et mêmes SMICs ) mais Non les Riches et les exploiteurs en ont fait à leurs têtes en faisant d'abord l'Europe économique et monétaire. Aujourd'hui toute l'Europe est malade de nos technocrates et profiteurs de tous bords... Nous importons presque tout d'Asie ( + de 96% !...) Nos fiscalités intra européennes sont différentes toutes les unes des autres. il n'y a qu'une seule et unique solution : La Révolution Pacifique mais Ferme des Peuples. Levez vous et exprimez vous !
a écrit le 15/12/2011 à 11:10 :
la solution n'est ni dans le social ni dans le politique et encore moins dans la redistribution !!
une seule solution : la disparition de tous impôts et taxes qui relancerait immédiatement la croissance !!!
a écrit le 13/12/2011 à 12:39 :
Si on n'était pas passé du social à l'assistanat nous serions restés compétitifs au niveau prix et nous n'aurions pas perdu 14 % de nos industries . Nos syndicalistes sont des imbéciles qui protégent les fainéants mais siurtout leurs priviléges . J'aurai préféré que ces "Maffieus" nous parle de l'utilisation des 4 milliards d'Euros de subvention qu'ils touchent et de l'utilisation qui en est faite .Quel parti financent ils ???- est-ce encore du syndicalisme ??? qu'ils aillent prendre des cours en Allemagne s'ils sont capables intellectuellement !
-PS: dans ma vie j'ai été suppléant à la CGT, un jour j'ai compris et déchiré ma carte .
Réponse de le 13/12/2011 à 18:32 :
T'as été suppléant a la cgt et t'as compris !Moi je conprends surtout que tu n'as rien compris du tout
a écrit le 13/12/2011 à 12:03 :
paie tes dettes d'abord mon coco
a écrit le 13/12/2011 à 10:02 :
Dans l'idéal oui il faut oser voire réaliser l'Europe sociale. Par contre dans les faits ce n'est plus la même chose. Avec l'Europe le compromis se fait toujours sur le plus petit dénominateur commun et non sur le plus grand. Tant que l'Europe sera dominée par les libéraux il y a danger à réaliser une Europe sociale. Cela n'apportera que des mesures du type travail de nuit pour les femmes, remise en cause du bonus français (8 trimestres validés ) pour les femmes ayant eu des enfants etc..
a écrit le 13/12/2011 à 5:32 :
Oui , " good point " !
a écrit le 12/12/2011 à 23:05 :
QUe les syndicats se préparent pour après mai 2012 , parce qu'il va y avoir un (voire plusieurs) plan de rigueur beaucoup plus musclé . J'aimerais tout de même savoir ce que propose les syndicats comme mesures alternatives aux plans de rigueurs ... c est bien beau de gueuler , mais quand on a pas de solution , on se la ferme .
Réponse de le 13/12/2011 à 18:34 :
"C'est pas parce que l'on a rien a dire qu'on doit fermer sa gueule",sinon il ne resterai plus grand chose sur terre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :