L'Europe, joker électoral de Sarkozy

Par Jacques Rosselin, directeur de la rédaction

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters

La crise financière de 2011 aura eu au moins un mérite : celui d'achever l'Europe de Lisbonne, échafaudage baroque et branlant, construit en une vingtaine d'années, fait de l'empilement de traités, dont un rien moins que « constitutionnel ». Elle n'aura convaincu personne, à commencer par les rares peuples consultés. Les institutions et ses représentants, qu'il s'agisse de la Commission ou du Parlement, ineptes ou inaudibles pendant cette période, ont largement ouvert la voie au retour d'une Europe des nations fonctionnant sur le bon vieux mode intergouvernemental autour du tandem franco-allemand. La Grande-Bretagne aurait pu se réjouir de ce tournant, méfiante qu'elle est de la bureaucratie communautaire. Mais elle s'est, pour le moment, maladroitement mise à l'écart de l'établi sur lequel France et Allemagne vont remettre la construction européenne. La version précédente, somme toute, lui convenait : sa monnaie était préservée, les thèses libérales qui lui sont chères prévalaient à Bruxelles et l'élargissement précipité à 27 lui avait apporté de nouveaux alliés et éloigné le spectre d'une Europe politique. Mais tout risque de changer dans les mois qui viennent. Nicolas Sarkozy, à quatre mois de l'élection présidentielle, pourrait se saisir de cette opportunité historique et en faire un thème de campagne plus convaincant, et certainement plus « présidentiel », que les thématiques de l'immigration et de la sécurité, usées jusqu'à la corde, ou celle du chômage, qui ne convainc plus. Il ne s'agit pas de faire campagne sur la règle d'or. De ce côté, l'affaire est entendue depuis longtemps. Le Pacte de stabilité avait du reste inscrit depuis longtemps l'austérité dans l'ADN communautaire. Il s'agit de pousser au bout son idée d'Europe à deux vitesses et de refonder l'union autour d'un groupe réduit de pays partageant une même gouvernance économique. Faire cette avancée décisive et poser son nom au bas d'un nouveau traité pourraient peser fortement dans l'élection française. Et bien au-delà.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 29/12/2011 à 9:07
Signaler
Est-ce une bonne idée de mobiliser sur l'Europe alors qu'un majorité de français est contre (les 55% de non au traité de Lisbonne n'ont fait qu'augmenter depuis). si l'on veut produire en France (ce slogan semble entraîner l'adhésion d'une majorité d...

le 31/12/2011 à 17:19
Signaler
Cher GABUZO:) je ne crois pas que la majorité des habitants de ce pays soit contre l'EU, bien au contraire. ce qui fait défaut à l'EU c'est une âme, une impulsion politique.... Nos dirigeants subissent l'Europe depuis bientôt 25 ans au lieu d'être...

à écrit le 28/12/2011 à 13:11
Signaler
Comme tout le monde vous avez bien compris le problème...PLUS PERSONNE? NI A GAUCHE? NI AU CENTRE? NI A DROITE? NE VEUT DE CE TYPE!!!! Et tout les journaleux y vont de leur spéculation,on voudrait faire peur avec le FN pour rééditer le coup du 21 av...

le 29/12/2011 à 12:41
Signaler
Cher ami. Vos commentaires sont excellents. Il vous suffit de savoir à qui appartiennent tous les médias français et vous aurez la réponse aux raisons qui selon Reporters Without Borders (organisme anglophone) la France est la 44em nation au classeme...

à écrit le 28/12/2011 à 9:08
Signaler
Monsieur Josselin. Vous n'avez rien compris ou vous êtes payé par l'UMP pour embrouiller un peu plus, les français. Cet amalgame de républiques royales (comme la nôtre) de républiques mafieuses et de monarchies décadentes avec ses dizaines de millie...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.