Travailler tue... de moins en moins

 |   |  480  mots
(Crédits : Reuters/Peter Nicholls)
LE "CONTRARIAN OPTIMISTE". S'il existe des tâches répétitives voire dangereuse auxquelles sont cantonnées toute leur vie des hommes et des femmes, des progrès notables ont été faits en matière de sécurité et de prévention aboutissant à une baisse drastique des accidents de travail. Par Robert Jules, directeur adjoint de la Rédaction.

"Moi je n'adore pas le mot de "pénibilité", parce que ça donne le sentiment que le travail, c'est pénible". La petite phrase d'Emmanuel Macron lors du débat qu'il animait sur la réforme des retraites à Rodez, le 3 octobre, a fait polémique. a juste titre, car il existe des tâches répétitives, dures, voire dangereuse, auxquelles sont cantonnées toute leur vie des hommes et des femmes. Selon l'Organisation internationale du travail (OIT), "2,78 millions de travailleurs meurent chaque année à la suite d'accidents du travail ou de maladie professionnelles, 313 millions ont subi des accidents du travail non mortels et 60 % de la main-d'oeuvre mondiale n'est pas efficacement protégée contre les accidents du travail et les maladies professionnelles." Cette situation impute de 4 % le PIB mondial annuel, souligne l'OIT.

Pourtant, des progrès ont été faits en matière de sécurité et de prévention. Ainsi, en France, entre 1955 et 2016, les accidents du travail ont baissé de 38 %, passant de 1.011777 à 62.6227, et ceux qui ont entraîné la mort ont chuté de 74 %, passant de 2.046 en 1956 à 514 en 2016. Aux Etats-Unis, il en est de même. Entre 1913 et 2015, ils ont chuté de 95 % passant de 61...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/10/2019 à 11:04 :
On a même délocalisé nos accidents de travail!
a écrit le 23/10/2019 à 8:58 :
Le dumping social opéré à partir des années 80 a permis de transférer une partie des emplois industriels et donc dangereux en Chine, Bangladesh et autres pays de crèves la faim exploités jusqu'à la mort, rappelons nous de cette usine au Banglasdesh qui fabriquait nos vêtements à deux balles et qui en brûlant a tué des centaines d’ouvriers bangladais, le dumping social qui a généré chômage de masse et baisse des salaires a permis aussi de transférer une partie des morts dans des usines dans lesquelles la sécurité est beaucoup moins respectée parce que coûteuse pour la marge bénéficiaire, principe stupide et aliénant jusqu’au-boutiste quand on voit le drame de Fukushima avec des actionnaires propriétaires qui ont fait enlever des sécurités qui auraient permis pourtant d'éviter cet accident dramatique générant une hémorragie d'uranium continuelle depuis 8 ans dans nos océans.

La désindustrialisation opérée par ce phénomène a donc transféré une grande partie des risques chez les crèves la faim, voilà pourquoi ils nous parlaient tous du secteur tertiaire ces la bêtise manichéenne de ces gens là étant devenue d'un cynisme nauséabond, par ailleurs vous vous reposez quand même sur des chiffres contestés et contestables que même le monde, qui n'est pas un journal de dangereux gauchistes activistes, conteste: "Entre opacité des chiffres et indifférence des autorités, les morts au travail encore largement ignorés" https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/07/15/morts-au-travail-un-flou-statistique-qui-revele-un-non-probleme-de-sante-publique_5489434_3224.html

"Les faits sont têtus, il est plus facile de s'arranger avec les statistiques" Mark Twain

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :