"L'arrêt du nucléaire entraînera une hausse des émissions de CO2"

 |   |  430  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Aujourd'hui 14% de l'électricité mondiale vient du nucléaire. Mais cette part pourrait tomber à 7%, selon Fatih Birol, économiste en chef à l'Agence Internationale de l'Energie.

Quel état des lieux faites-vous après l'accident de Fukushima ?

Plusieurs pays comme l'Allemagne, la Suisse et la Belgique ont décidé de sortir du nucléaire. Pour le moment la question n'est pas gravissime car une forte croissance n'était pas attendue dans ces pays, au contraire de la Chine, de l'Inde et de la Corée du Sud. Néanmoins, d'autres pays comme le Japon et la France, qui possèdent pourtant une histoire et une industrie nucléaire fortes, discutent de la question. Le risque existe donc.

Pourquoi utilisez-vous le terme risque ?

Actuellement, 14% de l'électricité mondiale est produite grâce au nucléaire et avec une progression normale nous resterons dans vingt-cinq ans à un niveau similaire. En cas d'arrêt de plusieurs programmes nucléaires, la part du nucléaire pourrait descendre à 7%. Je comprends bien que les gouvernements veuillent prendre en compte le point de vue de leur population. Mais il ne faut pas mentir aux gens. L'Allemagne par exemple compensera l'arrêt du nucléaire par l'importation d'électricité produite grâce au gaz et au ?charbon !

Quelles seront les autres conséquences de la sortie du nucléaire ?

La baisse de la part du nucléaire signifiera une baisse de la diversité des ressources énergétiques, et donc une moindre sécurité d'approvisionnement. Nous dépendrons plus du gaz et des énergies renouvelables. Les coûts de production des pays qui disposent aujourd'hui du nucléaire augmenteront donc de manière significative. Cela se répercutera sur les prix payés par les particuliers mais aussi par les industries, qui du coup perdront de leur compétitivité, surtout face aux industries asiatiques qui, elles, disposeront d'énergie nucléaire. Enfin, le remplacement du nucléaire par d'autres sources d'énergie produira 1 milliard de tonnes d'émissions de CO2 supplémentaire par an. Ce qui représente les émissions de CO2 produites conjointement par l'Allemagne et la France.

Que conseillez-vous donc aux pays qui veulent produire plus propre ?

Les énergies renouvelables sont évidemment idéales mais elles nécessitent une volonté politique forte car elles coûtent ?très chères et nécessiteront toujours des subventions pour être compétitives. A défaut, les pays doivent réduire leur consommation d'énergie grâce à une meilleure économie d'énergie, réduire les subventions accordées aux économies fossiles - qui rendront les autres sources plus compétitives, utiliser le nucléaire qui ne produit pas de CO2. Ou enfin capter le CO2 issu de la combustion du charbon, quand la technologie sera au point.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2011 à 8:47 :
Pour réduire la consommation d'énergie, un sommet mondial devrait débattre de la régulation de la démographie et de se fixer des objectifs de baisse. 5% de baisse de la population mondiale équivaut à la fermeture de 157 centrales nucléaires. Inversement, pour 5% d'augmentation de la population, il faut construire 157 centrales pour un coût de plus en plus important et des risques accrus. La solution est donc bien dans la baisse de la démographie.
a écrit le 14/11/2011 à 8:34 :
Le raisonnement linéaire développé dans ces propos ne tient pas compte des possibilités considérables d'économie d'énergie qu'il suffit de promouvoir par une volonté politique claire, ni du potentiel de développement considérable des énergies alternatives comme c'est déjà le cas en Allemagne. La France, c'est sûr va encore s'approvisionner en Allemagne comme d'habitude pour faire face aux pointes de consommation cet hiver et nous utiliserons de l'énergie éolienne allemande. FL/ing.en génie énergétique
a écrit le 13/11/2011 à 21:37 :
CE SERAIT AUSSI PASSER EN "B.B.B" et un frein de plus à la croissance.
a écrit le 13/11/2011 à 15:55 :
il n y a que 3 énergies de masse, le thermique, l'hydraulique, le nucléaire, les autre ne sont que des energie complémentaire,
solaire, eolien, geothermie,biomasse. elle ne peuvent en aucun cas
remplacer l'energie de masse. la consommation electrique va augementer de 65% à cause des industries qui passent du thermique à l'electrique, et les voitures électrique qui vont remplacer les voitures essences. je suis pour 100% de nucleaire + 40% d'energie renouvelable. sans compter les economie d'energie sur les habitations et les appareils electrique. j'ai remplacé toutes mes ampoules par des basse tension, j ai gagné 10 Euros, tout de suite bouffé par les augmentations. compte tenu du financement du renouvelable par le nucléaire. Je l'ai plutot mauvaise, ce n'est pas au nucléaire de financer le renouvelable, une eoliene fonctione 25% du temps et coute au contribuable 300000 euros. je suis litéralement furieux, sans compter la laidre et les nuisance sonore et le cout de maintenance. pas étonnant que les gens les détruises.
Réponse de le 13/11/2011 à 17:21 :
Ne pas oublier la biomasse dont le potentiel est important en France, pays de forêts. Quant au nucléaire, il finance peut-être un peu l'éolien, mais qui a financé le retraitement du combustible longtemps non comptabilisé dans le prix du KWh (je ne suis même pas sûr qu'il le soit actuellement), sans parler du démantèlement des centrales, coûteux et faiblement provisionné actuellement. D'accord par contre sur les économies, il y a un gisement important.
Réponse de le 13/11/2011 à 18:02 :

le démantelement est déjà inclu dans le prix depuis les années 80,
c'est logique, la dépose est toujours inclu dans les coûts, mais il semble que ca ne soit pas suffisant pour remplacer toute les centrales, les nouvelles centrales ont des normes plus sévères et doivent durer 60 ans au lieu des 40 ans des anciennes. Mais on peut déjà remplacer les plus ancienne.

Quand au biogaz et la biomasse, la méthanisation, il faut en construire pour voir ce que cela donne en rendement.

Je suis aussi pour la production de bio carburant à base d'algues en reacteur pour recycler le co2
Réponse de le 14/11/2011 à 7:43 :
@Raf : Pourriez-vous préciser quels usages de l'industrie vont passer du thermique a l'électricité svp ? Quand je regarde lae littérature en ce domaine, je n'y vois aucune info de ce genre, mais j'ai dû mal chercher. (PS : cette quantité de thermique ne représente d'ailleurs "que" 20% de notre dépense en carburants fossiles, ce qui est malgré tout significatif)
a écrit le 13/11/2011 à 12:01 :
Il faut diversifier les énergies et non les opposer. Tant qu'on n'a pas trouvé une énergie
de remplacement on ne peut se passer ni du nucléaire, ni du pétrole. Néanmoins je pense que la France n'a pas suffisamment d'énergies dites vertes alors qu'elle en regorge. Ces autres énergies seront dans l'avenir un gisement très important au niveau de l'emploi.
Réponse de le 13/11/2011 à 13:58 :
C'est exactement ça !
a écrit le 13/11/2011 à 11:23 :
les usa n'ont -il pas un stock colossale de charbon . il n''essaierait pas de nous en vendre des fois? gardons le nucléaire mais pas aux mains du privé . c'est pas le plus sur mais c'est le moins cher pour la population en attendant une meilleure énergie.
Réponse de le 13/11/2011 à 12:40 :
Il n'est pas certain qu'aux mains de l'administration publique ce soit plus sûr !
a écrit le 13/11/2011 à 10:53 :
Le jour où les écologistes accepteront à coté de chez eux des éoliennes, des centrales solaires, où ils refuseront de prendre l'avion pour la pollution que ce mode de transport génère, où pour faire leur campagne électorale ils n'utiliseront que le vélo, alors je commencerai à croire qu'effectivement on peut faire mieux.
Réponse de le 13/11/2011 à 11:42 :
Le fait de souhaiter recourir aux énergies renouvelables n'impose pas qu'elle soient concentrées en des éoliennes géantes ou des centrales solaires. Ces énergies sont pas natures diffuses, et doivent être collectées individuellement. Les centrales géantes de toutes natures ne sont que la mauvaise réponse apportées par des entreprises qui souhaitent garder le monopole de l'énergie, a l'instar du nucléaire.
Réponse de le 14/11/2011 à 13:09 :
@Erreur : entièrement d'accord avec vous. D'autant que lorsqu'on parle d'énergies renouvelables, on pense (ou on veut bien penser) uniquement aux énergies éoliennes et solaires. Or il existe d'autres formes d'énergies renouvelables qui mériteraient qu'on s'y attarde (isolation des habitations, chauffage solaire, méthanisation, etc ...).
a écrit le 13/11/2011 à 9:14 :
Le problème est encore et toujours lié au fait que lorsque nos parasites politiques entendent "arrêt du nucléaire", ils comprennent "bruler plus de pétrole". Le challenge est encore est toujours de leur mettre dans leur crane atrophié le fait qu'il y a plein d'autre options qu'ils refusent de prendre en compte...
Réponse de le 14/11/2011 à 6:41 :
Non Encore une il n'y a pas plein d'autres options malheureusement. En Allemagne, 45% de l?électricité est produite avec du charbon sous ses différentes formes, plus de 20% par du gaz et l?arrêt du nucléaire sera compense par de nouvelles centrales gaz. Malgré les milliards dépensés dans les renouvelables depuis 20 ans, aucun progrès décisif n'est venu résoudre les problèmes qui les rendent intrinsèquement inadaptées a l'alimentation de la production industrielle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :