Lionel Jospin : Napoléon, la gauche et moi !

 |   |  82  mots
Reuters
Reuters (Crédits : Reuters)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, entretien avec Lionel Jospin.

"Redescendre vers le passé, puis remonter vers le présent (pour) dire des choses actuelles sans me mêler de l'actualité".

Avec le "Mal napoléonien", l'ancien Premier ministre Lionel Jospin s'attaque à un mythe nourrissant depuis deux siècles l'imaginaire national. Un essai historique et politique qui s'interroge sur l'empreinte qu'a laissé le bonapartisme au sein de notre vie politique française.

28 minutes

EXPRESSO
Par Thibaut Nolte

 

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur Twitter @28minutes
 et sur Facebook

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2014 à 9:59 :
A mon sens le pire héritage de la France est son pseudo esprit révolutionnaire qui met uniquement en avant les valeurs d'opposition violente. Franchement on glorifie cette période alors que sur le fond les bourgeois ont remplacé les nobles et la société est restée complètement corporatiste.
Réponse de le 29/03/2014 à 18:01 :
notre société est très conservatrice et des régions très attachées aux mêmes têtes!
Napoléon 1er et surtout Napoléon 3 ont laissé pas mal d'empreintes dans l'esprit des gens ...faudrait pourtant que ça bouge !!!!
a écrit le 29/03/2014 à 8:24 :
il aurait mieux fait de choisir Trotsky et moi!!!
a écrit le 28/03/2014 à 19:46 :
La révolution voulait s'arrêter à la rive gauche du Rhin, Napoléon a voulu aller plus loin.
Napoléon n'était pas le seul général talentueux, mais la plupart des autres étaient républicains et seront virés par Napoléon après son coup d'état.
Avec la rive gauche du Rhin annexée, la France d'ensuite aurait eu une toute autre histoire( et l'Europe aussi), d'abord industrielle à cause de charbon et du fer en grande quantités.
Mais il me semble que de toute façon quand un pays se sent très fort, il va forcément au bout de sa logique d'expansion, jusqu'à épuisement et/ou trouver un adversaire de force égale, et si ce n'était Napoléon le leader, cela aurait été un autre, d'autres grandes guerres seraient survenues. On peut bien sûr critiquer les stratégies et décisions qui ont été mauvaises, mais c'est sans doute juste les 100 jours qu'on peut lui reprocher.
Dans un autre registre, on pourrait se mettre à critiquer Louis XIV, qui a fait enfler les comptes de la cour, endetté le pays, épuisé le pays dans des guerres, gâché l'alliance espagnole, unifié les pays protestants contre la France, et renié la liberté de culte.
Il reste quoi à la fin ? des monuments. Les frontières sont mouvantes, mais la grandeur d'un règne se reflète dans les monuments qu'on laisse à la postérité.
Réponse de le 28/03/2014 à 20:34 :
@xavier-marc: sauf que Loulou, c'était l'unification du pays plutôt que l'expansion. Les alliances se font et se défont en fonction des intérêts de chacun et l'église n'a jamais été en reste pour semer la zizanie :-)
Réponse de le 28/03/2014 à 22:10 :
les monuments a la postérité ? , quelle postérité ? , la france a perdu des terres dans le nouveau monde comme la louisiane , le canada , mais aussi d'autres endroits reculés et d'autres en europe meme , les frontières sont devenues celles d'avant louis XV , un exploit sans precedent , paris occupé par 4 puissances étrangères , les pertes de la grande armée a Berezina en belarus , les milliers de pertes humaines sur le continent européen .. certes on peut se flatter mais qu'en pensent les allemands , italiens ou espagnols de cette période , pas du bien forcement ou la mémoire de cette époque est encore transmise .. qu'on laisse cette époque a son oubli , la mégalomanie et la démagogie sont trop dangereux on a eu notre dose aussi au XXeme siècle ..
a écrit le 28/03/2014 à 19:02 :
Ils osent poser pour une photo ?
L'audace des sous-éduqués...
a écrit le 28/03/2014 à 18:51 :
jospin , tu te prends pour napoléon-né ?
Regarde devant toi...c'est Waterloo-poil-au-nez
a écrit le 28/03/2014 à 18:45 :
Ironique au regard de son propre bilan!
On savait les enarques mauvais en gestion du pays, or lionel jospin nous montre que l'ena ne forme pas de bons historiens
Réponse de le 28/03/2014 à 23:27 :
L'histoire appartient aux vainqueurs donc Jospin n'a rien d'un historien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :