Mettre fin à la fraude chez les opticiens

 |   |  882  mots
(Crédits : DR)
La fraude est malheureusement plus fréquente qu'on ne le pense dans le secteur. Les réseaux doivent organiser leur propre police interne. Mais cela ne saurait être un instrument de lutte entre concurrents. Par Marc Guyot Professeur à l'ESSEC Business School

Le tribunal de commerce de Paris vient de condamner Optic 2000 leader français de l'optique à 29,5 millions d'amende à verser à son concurrent Optical Center au titre de dédommagement pour concurrence déloyale. En cause, l'optimisation de facture qui est une fraude malheureusement courante et qui touche tout le secteur de l'optique. Cette fraude consiste essentiellement à augmenter frauduleusement le prix des verres sur la facture des lunettes et à baisser le prix de la monture lorsque celle-ci excède le plafond de remboursement de l'organisme complémentaire d'assurance.

Tout les acteurs de la filière optique sont victimes de  cette concurrence déloyale. En premier lieu les opticiens honnêtes perdent des clients et les enseignes pâtissent de ce ternissement de leur image. En deuxième lieu, les mutuelles voient s'alourdir leurs remboursements et, in fine, les assurés qui voient leurs primes d'assurance enfler.

Ce délit n'est pas plus pris en charge par le gouvernement que celui-ci ne prend en charge les remboursements des lunettes puisque le Régime Obligatoire d'Assurance-Maladie ne rembourse que 5%. Le gouvernement préfère gesticuler avec l'encadrement des remboursements par les mutuelles, mesure aussi inutile que néfaste, plutôt que de mobiliser la DGCCRF pour lutter contre la minorité de margoulins du secteur.

Le secteur doit organiser sa propre police

En conséquence, c'est le secteur lui-même qui doit faire sa propre police interne au niveau de l'offre et au niveau de la demande. Au niveau de l'offre, les enseignes nationales comme Atol ou Optic 2000 traquent la fraude au moyen de formations internes, de procédures de contrôle informatique et de certification ISO. Au niveau de la demande,  les organismes complémentaires ont mis sur pied leurs propres réseaux d'opticiens conventionnés. Enfin les associations de consommateurs alertent régulièrement les pouvoirs publics sur l'ampleur du phénomène. L'UFC-Que Choisir a réalisé en mai 2014 une enquête avec des clients mystères qui devaient informer l'opticien qu'ils désiraient acquérir une monture dont le prix était supérieur au montant maximal remboursé par leur assurance complémentaire. 82,1% des opticiens n'ont proposé aucun arrangement frauduleux mais en revanche, 17,9% des opticiens de l'enquête ont proposé une optimisation de facture.

Des comportements de concurrence déloyale

Malheureusement, cette fraude, outre des comportements positifs internes d'assainissement, génère également des comportements négatifs de concurrence déloyale qui, bien que légaux, n'en sont pas moins condamnables en termes d'éthique. L'éthique est supérieure au juridique en ce sens qu'elle réfère à l'acte bon et ne se cantonne pas à l'acte légal. Dans l'espace laissé libre entre l'éthique et le droit se sont engouffrés un petit nombre de firmes qui usent de stratégies de guérillas juridiques pour éliminer légalement des concurrents en utilisant des moyens contraires à l'éthique de la concurrence.

Il est notoire que des firmes comme Apple et Samsung se livrent à de telles guérillas au nom du respect de la propriété intellectuelle dans le simple but de ralentir la progression des produits de leurs concurrents. De même, l'essentiel des plaintes pour dumping à l'OMC visent simplement à suspendre des concurrents et le temps qu'ils soient blanchis par l'enquête est mis à profit par le plaignant manipulateur pour gagner des parts de marché.

 Difficile d'éliminer tous les moutons noirs

Optical center a attaqué Optic 2000 en se basant sur des visites mystères organisées par lui-même et au cours desquelles des opticiens membres du réseau Optic 2000 auraient proposé ou effectué de l'optimisation de factures. A supposer que les faits soient réels, ils concernent un comportement délictueux des opticiens concernés et non une pratique généralisée et encouragée dans l'entreprise. En effet, malgré l'assainissement interne mené par un réseau, il est difficile d'éliminer l'intégralité des moutons noirs. La preuve en est qu'Optical center n'en est pas plus capable que les autres puisque dans l'enquête de l'UFC-Que Choisir de 2014, la  fraude concernait certes 15,4% de membres d'Optic 2000 mais aussi 6,4% des membres d'Optical center.

L'éthique de la concurrence

 L'utilisation de ces cas de fraude pour mettre en cause le réseau lui-même procède d'une stratégie de nuisance contre un concurrent en utilisant le tribunal de commerce de Paris comme instrument. L'éthique de la concurrence est qu'une firme peut en éliminer une autre si elle fait preuve d'une efficacité supérieure en matière de processus de production, d'organisation, d'innovation de produits ou de services dans l'intérêt du consommateur.

Faire preuve d'efficacité dans l'exploitation des failles de la loi pour ternir un concurrent et lui extorquer des fonds n'est pas illégal mais contraire à l'éthique de la concurrence. En effet, ça ne contribue en rien au bien-être collectif ni à celui du consommateur. La concurrence ne saurait être uniquement l'enrichissement de l'actionnaire mais constitue au contraire le moteur du progrès technique et social, au bénéfice mutuel des consommateurs et des producteurs sainement efficaces.

Il est bien triste de voir que l'organe chargé  de la régulation des relations entre entreprises se fait l'instrument d'une stratégie de concurrence déloyale légale au nom de la lutte contre la concurrence déloyale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2015 à 12:18 :
Le dernier paragraphe de l'article tient exactement ce discours, malheureusement peut être de manière trop sous entendue, en effet la conclusion est que la démarche réelle du plaignant n'est pas la recherche de la justice, mais la mise en état de faiblesse d'un concurrent à l'aide de méthodes peu délicates.
a écrit le 28/01/2015 à 23:10 :
Encore plus fréquente qu'on ne le pense ? Eh bien.... il est pas fou Afflelou...
a écrit le 28/01/2015 à 19:46 :
Bonjour,
Je n'ai aucune action chez aucun des commerçants cités dans votre article. Votre orientation des derniers paragraphes m'interpellent quand même. Pourquoi accuser l'un des protagoniste, l'accusateur, de manipuler le TC de Paris et ainsi d'affaiblir ce faisant son concurrent ?
Les taux de fraude entre les deux commerçants sont quand même bien différents, un rapport de 150% tout de même entre le taux de fraude le plus faible et celui le plus important. Il est tout à fait compréhensible qu'un tel écart puisse créer une distorsion de concurrence.
a écrit le 28/01/2015 à 17:44 :
Et oui, Optical Center a (pour une fois).... le beau rôle dans cette histoire .....Youpi, mais ça n'a pas toujours été le cas (cf AA/optical center)....connaissez vous leurs méthodes commerciales ?....avez vous étudié en profondeur leur système de remises ?....est-il parfaitement transparent ?....le commentaire de Phil devrait vous mettre la puce à l'oreille....Le monde de l'optique est tellement compliqué.....que de simples banalités ne suffisent pas !!....
a écrit le 28/01/2015 à 16:49 :
Un aussi long article pour ne pas arriver à mettre en évidence la véritable anomalie du système: le remboursement ou les plafonds quasiment forfaitaires des verres quels que soient les défauts traités. C'est évidemment une imbécilité. Sécu et mutuelles sont paresseuses et ne font pas le travail de différentiation des prestations pour ensuite tarifer les remboursements ou plafonds sur la base d'un coût moyen observé par catégorie de correction. Pour éviter de faire ce travail, elles surremboursent les verres avec des forfaits ou plafonds trop élevés pour que cela conviennent aussi pour les fortes corrections, et ce faisant, on fait un appel d'air pour passer une partie de la monture au titre du remboursement verres dans les nombreux cas où les verres coûtent moins que le forfait....
Réponse de le 28/01/2015 à 18:34 :
Vous manquez d'informations, la valeur correctrice des verres intervient beaucoup moins dans leur prix de revient depuis la digitalisation des fabrications, sauf pour les corrections très fortes ou complexes. Ce pourquoi par exemple certains fournisseurs ont uniformisé leurs tarifs sur l'ensemble des corrections dans un même type de verres. Quand aux répartitions montures/verres pratiquées par les mutuelles ou assurances pour l'instant, c'est tout et n'importe quoi, certaines remboursant mieux les montures que les verres. seul un forfait global, respectant le libre choix du porteur serait réellement acceptable. La hausse de certains tarifs de contrats, généralement en entreprise, était basé sur le fait de transformer une acquisition de lunettes en avantage en nature non fiscalisé, c'est ce qui était mis en avant par les caisses vis à vis de leurs prospects entrepreneurs, comme aux USA le niveau de couverture sociale devenant un atout de recrutement. C'est en fiscalisant les cotisations (devenues obligatoires) que l'état est en train de casser le système, pas par les plafonds imposés. Mais cela est un autre débat qui rejoint l'article de mai 2014 du même Marc Guyot.
a écrit le 28/01/2015 à 16:20 :
Il serait amusant, si ce n'était fort triste d'analyser non pas seulement la forme de cette fraude mais réellement son fond.
L'optique lunetterie est en France considérée comme relevant du commerce et les tarifs sont donc non seulement libres mais il est interdit aux professionnels de mettre en plca des tarifs de référence.
Pour des modèles totalement identiques, imaginons un opticien affichant pour les montures choisies 200.00€ et pour la paire de verres 500.00€ soit un total de 700.00€
Un autre affiche pour la monture 290.00€ et pour les verres 876.00€ soit 1166.00€
mais promet une remise de 40% qui ramène le total à 700.00€ on pourra considérer que le client paye le même prix le même produit dans les deux boutiques.

Pour un contrat de mutuelle donné on aura un forfait de 650€, la cpam donnera 20€ le reste client aura donc un reste à charges de 30€

Si le contrat donne 100€ pour la monture et 550 pour les verres, chez le premier opticien le reste à charge sera de 130.00€ chez le second toujours de 30€00 car il répartira sa remise entre montures et verres de la façon la plus avantageuse pour son client, ce qui n'a rien de répréhensible, la facture sera alors de 100+600 si par contre le premier opticien veut permettre à son client de bénéficier au mieux du contrat auquel il à souscrit il n'y sera pas autorisé puisque qu'il lui faudrait majorer le tarif de ses verres et minorer celui des montures, ce qui est frauduleux, et condamnable en tant qu'escroquerie à l'assurance. est ce logique? si de plus, le second opticien adresse un individu au premier, le pousse à la faute par une sorte de chantage à la perte de vente, puis le dénonce et l'attaque en justice pour une soit disant concurrence déloyale, est ce juste?

Naturellement ceci n'est qu'une fable hypothétique, les chiffres ayant été choisis pour faciliter la compréhension et j'imagine que nul professionnel d'une profession quelconque n'agirait de la sorte.

Il est toutefois utile de se poser la question de la justification et de l'équité de certaines règles.
a écrit le 28/01/2015 à 15:39 :
si les personnes cherchent à tricher c'est que les remboursements sont excessivement bas et que les prix d'achat sont anormalement élevés (cf les dernières enquêtes de que choisir). d'autre part je suis allé chez optical center et c'est après avoir choisi les verres que l'addition est montée au ciel: anti-reflets par ci, incassables par là..le prix d'appel était sympa . tu m'étonnes...
a écrit le 28/01/2015 à 14:52 :
Très pertinent, LP, votre remarque sur les forfaits. Seulement, même la nouvelle loi de santé plafonne les remboursements avec un forfait monture et un forfait verres, alors que de nombreux professionnels demandaient un forfait global, ce qui aurait évité les "arrangements de facture".
Mais, cela, nos politiques sont trop loin de nous pour l'entendre.
a écrit le 28/01/2015 à 14:43 :
Optical center peut attaquer optique 2000,,mais d abord ils sont pas moins chere et 2 eme question...es ce que toutes ces franchises ne s entendraient t elles pas sur les prix????
a écrit le 28/01/2015 à 14:24 :
Cet article me semble TRES utile. En effet, je connais de nombreux professionnels qui pratiquent ce genre d'arrangements, j'en ai moi même fait l'expérience en achetant les lunettes et pour avoir géré des contrats santé en entreprise de nombreuses années. Par ailleurs les assureurs au sens large (mutuelles, caisse de prévoyance, assureurs) connaissent parfaitement ces pratiques.
Ces pratiques ne sont pas loin non plus de la 2° paire 'gratuite', voire la 3°, bel euphémisme, puisque c'est la 1° paire, remboursée qui finance la seconde. Comme si on vous donnait pour 1 euro une 2° voiture quand vous en achetez une !
Réponse de le 28/01/2015 à 18:43 :
Juste pour préciser que, comme dans tout commerce, le marketing est part intégrée du succès ou de l'échec, la proposition 2eme ou même 3eme paire est une proposition marketing, destinée à drainer le client vers le magasin qui la pratique (ou à conserver celui qui serait tenté de partir là où elle est pratiquée) de ce fait on peut dire que c'est la proposition de cadeau qui permet (et donc paye) la fourniture et non l'inverse, mais peut être est une peu trop compliqué pour vous?

Etienne Caniard, président de la mutualité Française, tentait d'expliquer récemment que les dépenses folles en marketing opérées par les mutuelles n'aurait pas d'impact négatif sur les cotisations, au contraire, alors pourquoi tenir le raisonnement inverse vis à vis des opticiens?
a écrit le 28/01/2015 à 13:45 :
Vous avez fait l'ESSEC pour pondre cette série de paraphrases? Vous appelez ça de l'information?
Nous sommes de nombreux professionnels de l'Optique à se demander à quoi peut servir un tel article, et, surtout, combien vous êtes payé pour répéter les conneries que vous glanez ici et là.
Bien à vous.
Réponse de le 28/01/2015 à 18:45 :
Pas d'accord avec Samuel, même si certains points de l'article me laissent perplexe je pense au contraire que l'analyse est bonne, mais pas nécessairement perceptible sans lire avec attention.
a écrit le 28/01/2015 à 13:07 :
Au Royaume-Uni, les opticiens proposent en general un forfait monture+verres. Plus simple. Je paie ainsi une somme annoncee des le depart qui varie en function de la marque de la monture. Si je souhaite rajouter un amincissement des verres, un anti reflet etc, je rajoute un supplement. Je sais donc des le depart combien je vais payer. Mon assurance (en option, equivalent anglais de la mutuelle) me rembourse un forfait pre-determine. La Secu anglaise rembourse rien. A moi de choisir en consequence si je suis prete a debourser un complement de ma poche. Cela permet aussi d'eviter les fraudes.
a écrit le 28/01/2015 à 11:54 :
Difficile d'y voir clair quand on est pas du métier
a écrit le 28/01/2015 à 10:31 :
Votre dernier paragraphe est incompréhensible.
En quoi cela est-il un manque d'éthique?
Par ailleurs, il masque difficilement le lien absent: à savoir la poursuite des coupables, dont les clients qui ont accepté ces pratiques, puisqu'ils sont bénéficiaires d'un acte délictueux permettant de faire payer illégalement par d'autres leur achat. Où sont les actions en compensation pour ceux-là?
Réponse de le 28/01/2015 à 11:02 :
CA TOUJOURS EXITEZ DANS BEAUCOUP DE PROFESSIONS ? LES DENTITES AUSSI???
Réponse de le 28/01/2015 à 14:57 :
toi t'es un rigolo, en gros tu dis "On y est pour rien si les clients acceptent nos magouilles..."
Réponse de le 27/06/2015 à 14:48 :
Si vous saviez !!! Ce marché c'est beaucoup de frics et tous les acteurs tirent leurs couvertures. Mutuelle verriers opticiens. Dans le cas 2000 vs o center qui a été lésé, l assuré honnête qui subit la fraude par l intermédiaire des tarifs de sa mutuelle. Et qui a eu un gros tas de tunes ocenter. Comme dab...... J, ai travaillé pour deux grosses entité mutuelle et opticien dans le domaine vous êtes loin de vous imaginez de ce qui ce cache derrière.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :