Numérique : les Européens doivent d'abord combattre la Chine !

 |   |  1110  mots
Barack Obama a accusé l'Europe de protectionnisme à l'égard des GAFA
Barack Obama a accusé l'Europe de protectionnisme à l'égard des GAFA (Crédits : © Kevin Lamarque / Reuters)
Plutôt que d'attaquer les géants américains du net, l'Europe ferait mieux de voir d'où vient le danger: de Chine. Et elle aurait tout intérêt à s'allier aux Américains, qui partagent les mêmes valeurs, contre la politique chinoise qui fait peser de graves menaces sur un internet libre. par Robert D. Atkinson est fondateur et président de l'Information Technology and Innovation Foundation, think tank basé à Washington, DC. Paul Hofheinz est président du Conseil de Lisbonne, un think tank bruxellois.

En entrant à la bourse de New York l'an dernier, le géant chinois de l'e-commerce Alibaba est devenu du jour au lendemain la 17e plus grande société cotée en bourse, avec une capitalisation de marché de 230 milliards de dollars - devant Amazon, eBay ou encore Facebook. Il semble pourtant que l'Europe n'ait pas pris note de cet événement majeur.

En effet, plutôt que d'œuvrer face à l'ascension numérique de la Chine, l'Union européenne est restée fixée sur la réussite mondiale des plateformes américaines telles qu'Amazon, Facebook et Google, allant jusqu'à menacer de prendre des mesures de coercition à leur encontre. Quelques mois après l'entrée en bourse d'Alibaba, le Parlement européen a adopté une résolution non contraignante destinée à empêcher les sociétés en ligne telles que Google d' « abuser » de leur position sur le marché. Cette résolution en appelait ainsi à une « séparation entre les moteurs de recherche et les autres services commerciaux. »

Le véritable défi pour l'Europe: la Chine

De plus en plus de signaux indiquent pourtant combien le véritable défi de concurrence pour l'Europe est voué à provenir d'Orient, et particulièrement de la Chine, qui procède à une démarche protectionniste et expansionniste afin d'établir sa future domination numérique. Si l'Union européenne et les États-Unis ne travaillent pas main dans la main pour limiter la progression de la Chine sur ce front, ils risquent de laisser le champ libre à un régime réglementaire basé sur des principes qui contrarient directement les valeurs fondamentales que partagent les deux plus grandes puissances économiques occidentales.

Nul ne saurait douter de la réussite de la Chine au sein de l'économie d'Internet. Grâce à Alibaba, la Chine possède désormais 27 sociétés dites « licornes » (entreprises valorisées à hauteur d'un milliard de dollars à l'issue d'une entrée en bourse, d'une vente, ou d'un appel à l'épargne publique), là où l'Europe n'en compte que 21. La Chine peut également se vanter de réunir quatre des dix sites Internet les plus visités au monde. Baidu, premier moteur de recherche du pays, prévoit qu'en l'espace de seulement six ans la moitié de ses revenus proviendra de l'extérieur de la Chine.

Les chinois font peser une menace sur l'ouverture et la concurrence dans le secteur

Bien entendu, au sein de l'univers numérique, la Chine est encore considérablement à la traîne par rapport aux États-Unis et leurs 79 licornes. Elle fait néanmoins peser une plus grande menace sur l'ouverture et la concurrence dans le secteur, dans la mesure où ses dirigeants recourent au mercantilisme et au protectionnisme pour promouvoir leurs objectifs en matière de haute technologie.

À titre d'exemple, la démarche du Conseil d'État chinois consistant à positionner le pays en tant que leader mondial de la production de semi-conducteurs d'ici 2030 implique l'octroi d'au moins 20 milliards de dollars de subventions gouvernementales en faveur d'entreprises chinoises, ainsi que d'autres octrois discriminatoires destinés à écarter la concurrence étrangère. De même, le gouvernement chinois a engagé annuellement 640 milliards de dollars, sur cinq ans, en faveur de seulement sept « industries émergentes stratégiques, » parmi lesquelles le secteur des technologies de l'information et de la communication.

Harceler les entreprises américaines et européennes

 Par ailleurs, la Chine recourt à des normes technologiques qui font office de barrières de marché, tout en utilisant sa législation anti-monopole pour harceler les entreprises américaines et européennes. Ajoutez à cela le vol de précieux éléments de propriété intellectuelle européens et américains, notamment via un piratage appuyé par l'État et ciblant les ordinateurs des sociétés européennes, et la menace que fait peser la Chine sur la concurrence ouverte apparaît tout à fait claire.

Les Chinois favorisent la balkanisation d'Internet

La difficulté ne se limite pas cependant aux frontières de la Chine. Le « Consensus de Pékin » - approche politique étatiste de la Chine, souvent opposée au « Consensus de Washington, » qui fait intervenir des politiques favorables au marché, largement soutenues par l'Europe et les États-Unis - incite de plus en plus de pays à inonder d'avantages spécifiques et de subventions leurs champions technologiques nationaux. Peut-être plus problématique encore, l'influence chinoise alimente les démarches de balkanisation d'Internet - à savoir le morcèlement de l'Internet global en réseaux nationaux fermés et plus étroits - dans un certain nombre de pays parmi lesquels plusieurs acteurs majeurs tels que le Brésil, la Russie et la Turquie, et trouve même certains sympathisants en Europe.

Une telle localisation des données peut apparaître anodine, d'autant plus lorsqu'elle est présentée comme une réponse légitime aux révélations autour d'un espionnage de grande ampleur perpétré par des entités telles que la NSA américaine. À travers la promesse d'un cloud national « sécurisé, » les dirigeants politiques s'attacheraient ainsi à résoudre le problème. Pour autant, il s'agit là de motifs trop faibles pour justifier que soit mise à mal l'une des plus formidable innovations de notre ère, et l'un des moteurs de croissance économique les plus efficaces, d'autant plus que le piratage peut provenir - et provient bel et bien - de partout dans le monde. Plus encore, la cybercriminalité la plus grave provient précisément de ces États qui, à la manière de la Chine et de la Russie, conduisent la démarche de balkanisation.

Sans union américano-européenne, la montée d'un diktat chinois

Le plus court chemin vers la montée en puissance numérique de la Chine réside dans une querelle transatlantique autour de questions relativement bénignes. Qu'il s'agisse des données, des droits d'auteur, de l'Internet des Objets ou encore de la confidentialité, l'UE et les États-Unis doivent s'entendre sur une démarche commune - fondée sur ces valeurs partagées que constituent la démocratie, la primauté du droit, et la liberté d'expression. À défaut, il faut s'attendre ce que la Chine dicte bientôt les modalités commerciales du secteur économique le plus croissant de la planète. Car si les sociétés les plus ouvertes et les plus pluralistes ne s'élèvent pas en faveur d'un Internet ouvert et de transactions basées sur le marché, qui d'autre le fera ?

Traduit de l'anglais par Martin Morel

Robert D. Atkinson est fondateur et président de l'Information Technology and Innovation Foundation, think tank basé à Washington, DC. Paul Hofheinz est président du Conseil de Lisbonne, un think tank bruxellois.

© Project Syndicate 1995-2015

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2015 à 23:28 :
Tiens, en parlant de Chine : "La Chine va participer à la formation et fixer le prix de référence mondial de l'or fin mars, avec le lancement d'un nouveau système électronique (LBMA) qui remplacera le "fixing" de Londres." Outch... Dédollarisation inside.
a écrit le 03/03/2015 à 19:25 :
USA: apple, amazon, twitter, facebook, instagram et google

Dés qu'un entreprise chinoise commencera à peser hors de chine, elle se fera racheter par une des 6 entreprises citées au-dessus.
a écrit le 03/03/2015 à 17:31 :
laisses moi rire, barrières de marché !
Je conseille aux chinois d'interdire les Cisco, EMC et compagnie tant que Huawei n'a même pas accès au marché américain.
Huawei est maintenant N°1 meme sans le marché US !
Quel culot ces ricains, fait déjà ce que tu dis et on en reparlera !
a écrit le 03/03/2015 à 15:57 :
Il a raison Mr Obama, surtout car l'Europe est en miette elle n'a plus d'autre choix que de se plier aux vents, mais cela va t'elle l'empêcher de rompre, on verra aux prochaines élections qui dépendront des résultats économiques... et surtout du chômage.
Réponse de le 03/03/2015 à 16:27 :
Allez, papy, une petite tisaine à la menthe et hop ! on va faire un beau dodo…
a écrit le 03/03/2015 à 15:49 :
D'ores et déjà, la Chine ne nourrit plus sa population car elle perd des terres arables à grande vitesse (désertification, urbanisation,...), au point qu'elle achète des terres en Afrique ! De plus, les chinois ont pris l'habitude de la petite famille et ils ne changeront donc qu'à la marge. Contre vents et marées, la Chine sera donc amenée à poursuivre sa "Démographie Responsable".
Réponse de le 03/03/2015 à 23:30 :
Clair que c'est une raison de plus pour traiter les BRICS comme Cuba et la Corée du Nord... :-)
a écrit le 03/03/2015 à 15:20 :
N'importe quoi.
Réponse de le 03/03/2015 à 23:31 :
Moi non plus. Et vous..??
a écrit le 03/03/2015 à 14:03 :
Quel culot ! le pays de Obama a toujours mené une politique commerciale hautement déloyale envers tous les pays du monde, en sabotant, en espionnant et en faisant carrément du racket pour qu'on achète sa camelote, et puis il vient encore demander aux européens de boycotter le numérique chinois !!!! c'est ça le commerce libéral des américains ? quel manque de classe….
a écrit le 03/03/2015 à 13:20 :
Est ce qu'on verrait un leader chinois ou même européen sortir une telle déclaration ? en toute évidence, la deuxième économie du monde, l'Amérique, a décidé de s'attaquer à la première (Chine) et de, comme à son habitude, saboter les intérêts de ce pays un peu partout. Viendra un jour, peut-être, où la Chine et d'autres économies en feront de même avec l'Amérique. Et alors là, ce sera la fin des haricots.
a écrit le 03/03/2015 à 12:46 :
SVA NOUS FAIRE SAVOIR CE QUE OBAMA MAIS DANS SA PIPE,ON EN AURAIT BESOIN- IL ESPIONNE LE MONDE ET PLUS ENCORE, ET NOUS DEMANDE FAIRE SON BOULOT- EN FIN DE MANDAT EST-CE
VRAIMENT LUI QUI DIRIGE...BEAUCOUP SAVE QUE LE VRAI POUVOIR,PEUT IMPORTE LE PRÉSIDENT, EST L'ORGANISATION OCCULTE DE LA NSA QUI A TOUJOURS IMPOSÉ SON
DICTA. OS 117 AU SECOURS -SI LA CHINE REVENDAIT DE MAIN SA DETTE ...BON C'EST PAS LE SUJET -EST-CE QUE LA FRANCE N'EST PAS ASSEZ MATURE POUR SAVOIR CE QU'ELLE A A FAIRE?
a écrit le 03/03/2015 à 12:33 :
Entre la peste et le choléra vous préférez quoi ? Ni l'une ni l'autre, mais malheureusement ce n'est pas possible !
a écrit le 03/03/2015 à 12:32 :
Bloomberg vient d'annoncer les 5 économies les plus pauvres du monde : l'Ukrainie, le Venezuela, l'Argentine, l'Afrique du Sud et la Grèce (celle-ci d'ailleurs en faisant partie de la zone euro) .

Un sacré coup de deux pour l'Europe qui devance l'Afrique et l'Amérique du sud au palmarès des pays les plus pauvres de la planète.

Alors il faut que Poroshenko intensifie ses prêts auprès du FMI pour qu'il achète encore plus d'armes léthales aux USA, cela va faire de son pays une vraie puissance économique – à l'échelle mondiale !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :