Banlieues  : nous avons tout essayé, sauf... le privé

 |  | 831 mots
Lecture 4 min.
Emmanuel Macron, lors de la présentation d'un nouveau plan La France, une chance pour chacun et de l'installation du Conseil présidentiel des villes, le 22 mai 2018. Entre 2000 et 2015, plus de 100 milliards d'euros d'argent public ont été consacrés à l'ensemble des banlieues.
Emmanuel Macron, lors de la présentation d'un nouveau plan "La France, une chance pour chacun" et de l'installation du Conseil présidentiel des villes, le 22 mai 2018. Entre 2000 et 2015, plus de 100 milliards d'euros d'argent public ont été consacrés à l'ensemble des banlieues. (Crédits : Reuters)
Depuis 30 ans, nos banlieues ont bénéficié de plans successifs de l'Etat dont le montant cumulé se chiffre en milliards d'euros. Malgré cette aide, la situation s'est dégradée en matière de sécurité et d'emploi. Les banlieues n'auraient-elle pas besoin de moins d'Etat? Certaines initiatives privées montrent que c'est une voie d'avenir. Par Nicolas Lecaussin, directeur de l'IREF (Institut de recherches économiques et fiscales) (*).

Si la situation dans les banlieues françaises s'était améliorée proportionnellement à la quantité de rapports, de plans mis en œuvre et d'argent public dépensé depuis environ 30 ans, alors nos banlieues seraient à coup sûr le paradis sur terre ! Depuis 1990, il y a eu : le plan Delebarre, le plan Tapie, le plan Raoult en 1995, le plan Sueur, le plan Bartolone en 1998 et le plan Borloo (!) en 2004. Des milliards de francs et d'euros ont été déversés sur les « zones urbaines sensibles ». En pure perte, puisque la délinquance n'a cessé d'augmenter. En janvier 2008, on avait même présenté un « plan Marshall en banlieue ». Et ainsi de suite...

Au total, en France, entre 2000 et 2015, on a distribué plus de 100 milliards d'euros dans les banlieues où 15. 000 associations d'insertion ont été créées. Et pourtant, les violences n'ont pas cessé... Le chômage a continué à augmenter aussi. En réalité, les faits montrent que les banlieues n'ont pas besoin de plus d'Etat mais de moins d'Etat. Ou plutôt, que l'État devrait se recentrer sur sa mission essentielle qui est d'y faire régner l'ordre et le droit. Pourquoi élaborer un énième plan banlieue alors que l'on sait que l'intégration ne pose pas de problème là où le marché du travail est ouvert et libre. L'intégration tourne au désastre dans les villes et les régions où se multiplient les initiatives « sociales ».

L'exemple des "free schools"

Dans ces conditions, si le diagnostic est toujours mal fait, un énième plan et des dizaines de milliards d'euros ne serviront strictement à rien, sauf à gaspiller l'argent des contribuables. Mais il existe aussi de bons exemples. Dès leur lancement, les « free schools » britanniques, financées en partie grâce à l'argent privé, ont été surtout implantées dans les quartiers pauvres, les banlieues (Birmingham, Liverpool, etc.) où les écoles publiques sont surpeuplées et connaissent des problèmes. Les premiers bénéficiaires ont donc été les enfants issus de familles pauvres. Entre 2010 et 2016, plus de 530 « free schools » pour presque 300 .000 élèves ont été fondées au Royaume-Uni.

La Suisse pourrait également constituer un exemple. L'apprentissage y est un puissant intégrateur social, contrairement à ce qui se passe en France. Grâce à lui, pas de banlieues hors droit et « d'apartheid social », les énergies se canalisent dans le travail productif. La Suisse, où l'immigration est proportionnellement beaucoup plus importante qu'en France, n'a justement pas ces problèmes, car, à 15 ans, les jeunes, même ceux qui maîtrisent mal la langue ou sont moins enclins à faire des études, apprennent un métier, sont fiers de travailler et de gagner un salaire, ont le sentiment d'être utiles à la société. Dans les quartiers, ce sont bien les entreprises privées qui prennent le relais de l'État et qui assurent l'apprentissage et l'emploi des jeunes.

Uber a créé 12. 000 emplois directs en 2016

Alors si en France les milliards d'argent public déversés sur les banlieues ne servent à rien, pourquoi ne pas essayer autre chose ? De grands groupes comme Uber, ACCOR ou Adecco ont déjà investi dans les banlieues et les régions les plus touchées par le chômage. Uber a embauché plus de jeunes issus des banlieues que beaucoup d'autres entreprises. Rien qu'en région parisienne, Uber a créé 12. 000 emplois directs en 2016. Sur ce total, 25 % sont d'anciens chômeurs, dont 40 % des chômeurs de longue durée. Et cela sans argent public.

Les réussites des entreprises comme Uber sur le front de l'emploi, de la croissance et de l'intégration sont autant de perspectives encourageantes. Une dynamique qui s'accélère car dans les prochaines années, d'autres acteurs vont massivement investir dans les quartiers, à l'image du groupe français Ceetrus, avec son projet Europacity. Une gigantesque installation entre les aéroports de Roissy et du Bourget, 80 hectares avec un centre commercial, une salle de concert, deux salles d'expositions, des restaurants, des hôtels de luxe, plusieurs espaces verts, une ferme urbaine... Un investissement massif de 3 milliards d'euros dont les retombées, selon les études de marché, seront considérables : plus de 10. 000 emplois directs créés (restauration, commerces, services...) et sûrement presque trois fois plus d'emplois induits. Les estimations montrent d'ailleurs que le projet EuropaCity devrait contribuer pour environ 2,5 milliards d'euros au PIB national.

Des chiffres qui ne suffisent pas toujours à dissiper les mauvaises habitudes : certains responsables politiques, comme Nicolas Hulot ou Benjamin Grivaux, ont déjà exprimé leurs réticences à l'égard de ce gigantesque chantier, prétextant des doutes sur l'impact énergétique du projet. Une réaction révélatrice de l'incapacité d'une partie de la classe politique française à aborder le développement économique de ces départements sans impliquer l'État ou les collectivités locales.

Alors que des dizaines de milliards d'euros pris dans la poche des contribuables ont été gaspillés dans les banlieues depuis des années, pourquoi ne pas essayer, enfin, une nouvelle recette ?

(*) IREF

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2018 à 6:00 :
Connerie d’autant qu’en Suisse c’est surtout le mélange social au sein de tout les quartiers qui est à l’origine de la bonne intégration des immigrés...
a écrit le 19/12/2018 à 0:27 :
L'article oublie de dire que 'il y a 1 milliard d'euros d'argent public sur ce projet. Notamment pour construire une gare en plein champ dans un "quartier " sans habitant.
Les estimations de création d'emploi sont largement surestimeés et en detruiront d'autres dans les centres commerciaux aux alentours qui deviendront des death mall. Quand bien même cela ferait 100 000 euros par emploi crees. On préférait qu'ils soient investis dans des emplois plus utiles socialement et ecologiquement !
a écrit le 19/12/2018 à 0:26 :
L'article oublie de dire que 'il y a 1 milliard d'euros d'argent public sur ce projet. Notamment pour construire une gare en plein champ dans un "quartier " sans habitant.
Les estimations de création d'emploi sont largement surestimeés et en detruiront d'autres dans les centres commerciaux aux alentours qui deviendront des death mall. Quand bien même cela ferait 100 000 euros par emploi crees. On préférait qu'ils soient investis dans des emplois plus utiles socialement et ecologiquement !
a écrit le 18/12/2018 à 20:26 :
LOL! Un petit article de lobbying bien senti pour essayer de faire passer un projet Auchan dont personne ne veut... Avec le meilleur argument de la terre: on va faire bosser les banlieues! LOL! Cette zone est déjà remplie de commerces. Ce projet est à somme nul. Il ne créera pas plus d’emplois qu’il n’en détruira. Mais en revanche, on imagine sans peine qui y gagnera: la famille Auchan, les entrepreneurs du BTP qui vont pouvoir bétonner quelques champs en plus et certainement quelques parlementaires et élus locaux qui recevront un chèque. C’est pathétique.
a écrit le 18/12/2018 à 19:53 :
Il y a un fondement que la France n’a pas appliqué à cause des «  intérêts électoraux «  du PS.

Ces fondements sont «  l’éducation, la culture, la loyauté et la responsabilité « pour les banlieues.

Quand un lycéen casse tout , profite de sécher les cours , d’embêter les policiers, brûler les poubelles...

L’autorité devrait avoir le «  droit » de l’embarquer, coller une amende et mettre ce lycéen et ses parents face «  à leur responsabilité «  citoyenne...

Ça «  c’est un minimum «  et même cela n’a jamais été fait...

La loi est pour tous , la meilleure solution est de démanteler les zones de non droit .
Reconstruire pour mieux bâtir ( humainement et dans le respect de tous et sans violence )
a écrit le 18/12/2018 à 19:28 :
Lui aussi a essayé d'aider sa fille:

L’ancien député LR Alain Marsaud a été condamné ce mardi à Paris à un an de prison avec sursis, 300 000 euros d’amende et trois ans d’inéligibilité, pour avoir détourné des fonds publics en rémunérant sa fille pour un emploi fictif de collaborateur parlementaire.
a écrit le 18/12/2018 à 15:26 :
Le projet Europa City n'apportera rien de bon si ce n'est un projet à contre courant des grands enjeux actuels. Notamment en artificialisant parmis les meilleures terres agricoles de l'île de France et en produisant un énième centre commercial qui ne fera que cannibaliser des emplois déjà existant. Des projets de retour à la terre avec une agriculture biologique et plus intensive en main d'oeuvre serait déjà plus judicieux si nous désirons vraiment à la fois améliorer l'indépendance alimentaire de Paris, créer des emplois non délocalisables et lutter contre le changement climatique.
a écrit le 18/12/2018 à 13:46 :
La banlieue est un endroit de passage avant l’installation en ville pour les plus chanceux, nous avions les ruraux qui se rapprocher des industries et manufactures, suivi par les premières immigrations. Immigration, accélérait par l'ouverture des frontières et... le progrès social, est devenue ingérable, car le temps d’intégration n'existe plus c'est l'environnement qui est adapté! Un retour a la ruralité serait une solution pour diminuer la pression et c'est sur ce point qu'il faut agir!
a écrit le 18/12/2018 à 13:11 :
A t-on pris en compte dans ce bilan économique l'énorme masse de fric qui circule par le trafic de drogue, d'armes et de prostituées. C'est à faire tourner ce juteux business que servent les aides du contribuable. Pourquoi chercher à faire régner le droit dans des zones reconnues comme de non droit ? Non, continuons de financer lourdement ces business avec nos impôts, c'est plus moral. Et quand je pense que la légalisation du cannabis pourrait avoir un impact négatif sur ce black PIB, j'en ai froid dans le dos.
a écrit le 18/12/2018 à 11:54 :
"Malgré cette aide, la situation s'est dégradée en matière de sécurité et d'emploi."

Encore une phrase dans laquelle manque une vérité puisque les aides ont été sans cesse en diminution et c'est bien pour cela que, entièrement subjectivement, vous prenez en paquet 15 ans comme repère.

Commençant déjà par un constat faux...

"Ou plutôt, que l'État devrait se recentrer sur sa mission essentielle qui est d'y faire régner l'ordre et le droit. "

Hum que ça sent bon la vieille france rance ça... -_-

Le pire c'est que le sujet est intéressant car nouveau et en effet bien pensé pouvant générer certainement des solutions, mais rempli de vieilles idées de la sorte, idéologiques, votre article n'a pas de crédibilité, dommage vraiment.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :