Budget de l’État : qui doit profiter de l’embellie ?

 |   |  164  mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, qui doit profiter de l’embellie économique ?

Pour la première fois depuis 2008, le déficit public français est passé sous le seuil des 3% avec un score à 2,6% ; un résultat encore meilleur que celui estimé par le gouvernement. En effet, la conjoncture économique favorable a gonflé les rentrées fiscales et stimulé la croissance du PIB (avec une hausse de 2% en 2017). Mais, pour les défenseurs de l'austérité, la France ne doit pas crier victoire puisqu'il faut deux années consécutives sous la barre des 3% pour sortir de la procédure européenne de déficit excessif. Face à eux, les défenseurs de Keynes soulignent l'actuelle pression fiscale et le climat social tendu.

La France doit-elle favoriser la redistribution des richesses ou réduire encore ses dépenses publiques ? Pour en débattre, nous recevrons Thomas Porcher, économiste et membre des Économistes Atterrés, Dominique Seux, directeur délégué de la rédaction des Échos ainsi qu'Agnès Benassy-Quéré, professeure à l'École d'économie de Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2018 à 18:13 :
Il n'y a qu'une seule politique viable : un excédent budgétaire le plus rapidement possible comme l'Allemagne. En effet le déficit et la dette ne font que des banquiers heureux. L'accumulation de dette c'est comme dans une famille, au début c'est la fête et un jour votre banquier envoie les huissiers. Lui il gagne toujours. Apprendre à bien dépenser est une mesure de réelle justice sociale. Comparez la France et l'Allemagne : il y a une dizaine d'années on était au même point. Aujourd'hui en excédent l'Allemagne réduit à marche forcée sa dette qui va passer sous les 60 %. Nous sommes encore en déficit et la dette avoisine les 100 %. Si on écoute les "dépensiers" on va dépasser les 100 voire 110 % très rapidement, alors que l'Allemagne sera à 0 % de dettes (et oui leur service de la dette diminue lui aussi très vite et donc ils peuvent rembourser plus vite !)
Au final vous aurez deux pays voisins, l'un ayant un service de la dette représentant son premier budget, de l'ordre de 50 milliards par an, et un autre qui n'en a plus ! Deux coureurs, l'un court avec des baskets de compétition, l'autre court avec des chaussure en plombs. Qui va gagner ?
a écrit le 30/03/2018 à 22:34 :
ON PEUT FAIRE LES DEUX DONNE UN PEUT AUX MINIMA SOCIAUX ET AVEC LE RESTE BAISSE LE DEFICIE???
a écrit le 30/03/2018 à 8:47 :
Les mégas riches et s'il en reste un peu les riches via les banquiers, nous sommes au sein de la moins originale des politiques économiques qu'il soit. Il n'y a pas d'alternative il faut que les possédants possèdent toujours plus afin de paupériser les citoyens européens.

ET oui nous sommes toujours englués au sein des vieilles recettes néolibérales qui ne font que nous enfoncer mais dogme européiste oblige...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :