Cannabis : l’État doit-il devenir dealer ?

 |  | 86 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : © Steve Dipaola / Reuters)
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, l’État doit-il devenir dealer ?

Une étude rendue publique mardi estime le chiffre d'affaires des principales drogues illicites en France à 2,3 milliards d'euros pour 2010. Le marché est dominé par le cannabis qui représente à lui seul 48%.

Ces chiffres relancent un débat récurrent : faut-il légaliser le cannabis pour court-circuiter les systèmes mafieux et mieux contrôler la consommation ?

Pour en débattre, Jean Costentin, pharmacologue, Emma Wieviorka, psychiatre, et Romain Perez, économiste.

____

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur Twitter @28minutes et sur Facebook

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/11/2015 à 14:34 :
C'est un pléonasme ! L'était tient déjà ce rôle depuis la loi Mazeau (1970) et suivantes "lois de la santé publique", puisque sans elles, nous n'aurions pas de trafics, pas de réglements de comptes, pas de corruption et pas non plus des prisons pleines de gens qui n'ont rien à y faire ! Il est donc le principal responsable de la situation criminogène actuelle qui accueille de fait, le terrorisme qui peut évoluer clandestinement dans la clandestinté ouverte par la prohibition.
Les Français sont pris en otage par cette politique qui bafoue leur liberté, l'égalité, leur dignité et leur souverainté, une prohibition en échec qui porte sa responsabilité criminelle sur des millions de citoyens, maintenant taxés d'une amende illégitime et inacceptable quand l'alcool continue de tuer 50 mille personnes par an, avec aménagements favorables à la publicité ! Le dernier refus de l'état auprès d'associations citoyennes (cannabis club), lui renvoie donc sa responsabilité face aux crimes perpétués par cette législation inégalitaire et inconstitutionnelle. En somme, que l'état se débrouille, puisque le peuple n'y peut rien et que la situation continuera de se dégrader tant que ces lois iniques ne seront pas abrogées définitivement pour tuer le trafic, et lui confisquer les milliards perdus chaque année !
a écrit le 14/11/2015 à 10:41 :
Le Cannabis devrait être le cheval de bataille de MME. BERRICHON en matière d'accident de la route bien au-delà de l'alcool et surtout de la vitesse.
D'autres part les politiques n'ont pas intérêt à froisser le vivier de voix qu'ils ont dans les quartiers alors qu'avec des opérations de type PASQUA surprises avec de très gros moyen de temps en temps permettrait le départ ou la mise à l'ombre de nombre de malfaisants.
a écrit le 13/11/2015 à 18:40 :
Doit on parler anglais pour se faire comprendre?
a écrit le 07/11/2015 à 16:31 :
45 ans de prohibition, c'est suffisant pour se rendre compte qu'il est urgent de changer de politique. Les arguments de ceux qui veulent maintenir l'interdiction, et donc laisser le contrôle absolu du marché aux trafiquants, sont faux, car les conséquences négatives redoutées en cas de légalisation sont toutes actuelles. On peut donc soupçonner aisément que ces prohibitionnistes ont tout intérêt à ce que les trafiquants s'enrichissent encore et encore.
De plus, les vertus médicales évidentes du cannabis font peut-être trembler l'industrie pharmaceutique.
a écrit le 05/11/2015 à 17:55 :
il n'est pas encore mort Jean Costentin ? quelqu'un l'a mis à jour depuis 1950 ? et la recherche a encore honte aujourd'hui
Réponse de le 15/11/2015 à 15:16 :
Non, c'est la coqueluche des missions interministérielles, un peu comme l'ultime et unique référentiel de santé, commun à tous nos élus depuis plus de trente ans... La fameuse revue Britanique "The Lancet" dont les innombrables articles négationistes sur le cannabis depuis 2002, sont démentis actuellement par la science et les brevets américains déposés depuis 1999, et dont l'état a fait abstraction et transgression de l'information publique, 20 ans de mensonges sont en archives de presse.
a écrit le 05/11/2015 à 16:18 :
Légaliser va etre un enjeux majeur !
Ca sera le seul moyen de continuer a endormir les jeunes et autres citoyens a potentiel revoltant.
Un peuple qui fume et regarde tout le temps la TV c'est quand même plus facile à gérer.
Réponse de le 06/11/2015 à 0:09 :
Justement monsieur, apprenez que nous fumeurs sommes pour la plupart "un peu moins con que la moyenne" comme on dit dans le jargon.
Et entre parenthèses, le peuple qui fume ne regarde plus pour la plupart la télévision, donc il sera plus difficile a convaincre.
Réponse de le 15/11/2015 à 15:05 :
Oui, mais c'est déjà le cas, rien qu'avec les smarphones ! Et puis, cela dépends si on a envie d'un avenir de dictature répressive et criminogène qui engage nos enfants dans le trafic et persécute la moitié de la population. Ou si on prèfère virer les mafias et leurs trafics de chez nous, êtres enfin libérés de cette tyrannie scélérate, si toutefois nous sommes encore chez-nous...
a écrit le 05/11/2015 à 12:31 :
Fin de la prohibition et des sources de revenus pour les trafiquants qui pourrissent les cités, mieux que le karcher !!Allez Moi Président on est avec vous!
a écrit le 05/11/2015 à 12:10 :
Encore un autre vieux tabou que l'on connaît en France, donc encore un nouveau merci à nos conservateurs de toutes obédiences.
De toute façon, comme les autres il finira par tomber, comme chez la plupart de nos voisins européens, où par ailleurs on consomme pourtant beaucoup moins de cette substance.
Moi je consomme plus depuis longtemps, mais j'aimerai pour mes enfants, encore très jeunes, une politique de prévention efficace plutôt qu'une répression totalement inefficace, des policiers et une justice tournée vers les vrais problèmes et le droit de soulager mes douleurs en cas d éventuel maladie grave. Je pense que l 'on commencera à revenir à la rationalité par ce dernier biais officiellement mais officieusement pour nos finances publiques, on est France quand même.. .
a écrit le 05/11/2015 à 12:06 :
Il est temps que l etat prenne le marche en main et que la vente se fasse dans des magasins specialisees.
a écrit le 05/11/2015 à 11:34 :
Légaliser le cannabis avec une production hexagonale risque de générer des effets secondaires assez important.

-appauvrissement du secteur agricole marocain d'où des risques de déstabilisation du royaume..
-perte de revenus des banlieues avec des effets similaires.

Quand un réseau tombe à Marseille, les loyers impayés dans le quartier augmentent significativement...

On a pas fini d'en parler
a écrit le 05/11/2015 à 11:13 :
Je sais pas ce qu'il a prit ce Jean Constentin mais ça fait peur :O
Le cannabis est bien moins dangeureux que l'alcool. Le cannabis n'est pas neurotoxique, alors que l'alcool l'est.
Réponse de le 05/11/2015 à 13:01 :
Jean costentin est juste financé par un bon nombre de laboratoires pharmaceutiques cf affsaps déclaration de conflit d'intérêt.
a écrit le 05/11/2015 à 10:53 :
Comme pour l'alcool, le tabac, et les médicaments, l’État a le devoir de s'occuper du contrôle des substances et de la santé de ses ressortissants a moins de vouloir faire disparaitre l’État en le privatisant!
Réponse de le 05/11/2015 à 12:00 :
D'autant plus que pour des substances similaires, il ne se prive pas d'intervenir. Je pense particulièrement aux psychotropes divers comme les neuroleptiques, anxiolytiques, et...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :