Face au sentiment d'injustice fiscale, faut-il rétablir l'ISF  ?

 |   |  156  mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui: face au sentiment d'injustice fiscale, faut-il rétablir l'ISF ?

L'exécutif se replie et recule sur les réformes afin de sortir de la crise qui frappe la France. Alors que le « ras-le-bol fiscal » ne fait que s'accroître en France, le gouvernement a finalement décidé de geler des mesures comme la taxe carbone ou le contrôle technique. Selon un sondage de l'Ipsos pour « Le Monde » et la Fondation internationale de finances publiques, « 83 % des Français estiment aujourd'hui que l'argent des impôts et des taxes est mal utilisé par les pouvoirs publics. » Alors que la politique du « président des riches » est plus que jamais critiquée, faut-il rétablir l'Impôt sur la fortune (ISF) ? En France, sommes-nous réellement face à un problème de consentement à l'impôt ?

Pour en débattre, nous recevons Julia Cagé, économiste et professeure à Sciences Po Paris, Philippe Manière, essayiste et économiste ainsi que Frédéric Tristram, historien et spécialiste des finances publiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2018 à 11:46 :
C'est drôle les légendes urbaines, j'ai toujours cru que "la Tribune" était un journal axés sur l'économique, la bourse... Et en lisant cet article censé être informatif sur l'ISF, donc un impôt, j'apprends que les journalistes de la Tribune et leurs invités ne connaissent pas le sens du mot "impôts" puisqu'ils prétendent qu'en France l'impôt s'élèverait à 46 % du PIB.
En réalité, en France, 46 % du PIB est consacré aux impôts + les cotisations sociales. Combien pour les cotisations sociales ? Mystère. En 2010 les cotisations sociales en France représentaient 60 % des prélèvements sociaux. En France, la Sécurité sociale permet une redistribution très importante que tous les économistes reconnaissent et même si la sécurité sociale "patine un peu", les Français sont loin d'avoir à se plaindre de ce côté là.
Alors, soyons un peu honnête et rigoureux et comparons les cotisations sociales versées par les Français avec le bénéfice qu'ils retirent de notre couverture sociale et faisons de même avec les autres pays au lieu de dire : 46 % de prélèvements sociaux en France et moins ailleurs. Parce que 27 % de prélèvements sociaux aux Etats-Unis, certes, mais les aides sociales chez eux, c'est pas grand chose pour les pauvres y compris pour l'accès à l'école et les Mexicains ne paient que 16 % de leur PIB mais leur PIB est petit et leurs rues ne sont pas toujours sûres, d'ailleurs les migrants d'Amérique centrale ou du Sud, ne s'arrêtent pas chez eux volontiers, c'est l'espérance d'un niveau de vie meilleur en Amérique du Nord qu'ils recherchent pas l'Eldorado mexicain.
Pourquoi aucun de ces gens instruits ne disent aux gilets jaunes que déployer un service d'ordre comme une centaine d'escadrons de gendarmes, cela a un coût, que les impôts (les vrais, cette fois) permettent de payer. Sans ces forces de l'ordre dans quel état aurait été Paris samedi dernier ? et aujourd'hui ? Les gilets jaunes s'imaginent-ils que les flics sont tous des bénévoles célibataires type Tanguy qui vivent encore chez Papa et Maman ? Ben non, ils travaillent et sont payés pour ça et pendant qu'ils font les zouaves autour des manifs, ils ne font pas leur travail habituel...
Réponse de le 08/12/2018 à 21:25 :
+1000. Je m'interroge aussi sur la culture économique des journaliste des échos.
a écrit le 07/12/2018 à 17:10 :
La France est le pays en Europe où le taux de taxation des revenus du capital est le plus élevé d'Europe.

En 2016, il était de 52,8% en France contre 26% en Allemagne, 29,1% en Espagne, 32% en Italie et 33,2% en Grande Bretagne.

Il était de 26% au Portugal, le nouveau pays modèle de l'extrême gauche.

Source
European Commission Tendances de la fiscalité dans l'Union européenne
a écrit le 07/12/2018 à 15:31 :
On n'attrape pas des mouches avec du vinaigre. Il faut être pragmatique. Si l'impôt devient confiscatoire, qui prendrait le risque d'investir pour se faire plumer par le fisc? Celui qui a des capitaux est mobile. Preuve s'il en est que beaucoup de milliardaires Français ont élu domicile dans les villages Belges juste à la frontière Française et ne reviendront jamais de ce côté ci de la frontière .L'ISF peut paraître équitable mais c'est une mauvaise solution économique.
a écrit le 07/12/2018 à 13:24 :
Pourquoi le pays ce portait mieux quand il y avait ISF.
Nous sommes le seul pays au monde a faire cela!!!
a écrit le 07/12/2018 à 8:57 :
Non il faut faire payer des impôts aux milliardaires et stopper la réseau officiel européen d'évasion fiscal, déjà ça nous rapporterait 100 fois que l'ISF, du moins ça ne nous les enlèverait plus et ensuite faire un moratoire sur les dettes et les recalculer sans laisser les avocats fiscalistes des multimilliardaires tout faire.

"Enquête sur un audit populaire: La dette, quelle dette ?" https://www.monde-diplomatique.fr/2012/06/GADREY/47851 (article gratuit et passionnant)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :