La souveraineté numérique se joue aussi en région

 |  | 567 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DADO RUVIC)
OPINION. Alors que la crise sanitaire a mis à jour la nécessité de rapatrier la production industrielle dans l'Hexagone, de même, les données des personnes et des entreprises françaises doivent revenir sur le territoire. La souveraineté numérique du pays en dépend, tout comme la compétitivité et les opportunités de croissance grâce au levier du numérique. Or, cette démarche ne sera possible qu'à condition de permettre à toutes les régions de bénéficier du positionnement central de grandes métropoles françaises en termes de connectivité. (*) Par Sami Slim, Directeur adjoint Telehouse France.

Sans datacenters de connectivité, le numérique n'existe pas. Ces infrastructures sont en effet les pivots essentiels grâce auxquels les acteurs économiques peuvent se connecter aux autoroutes d'Internet par lesquelles circulent les données au cœur de l'activité numérique. Aussi, qu'une entreprise se situe dans une grande ville ou dans un territoire rural, les données qu'elle échange avec son écosystème numérique doivent arriver jusqu'à elle et en repartir avec la même rapidité. En quelques millisecondes, elle doit pouvoir se connecter à ses clients, partenaires, opérateurs et fournisseurs, en France comme à l'étranger.

De plus, il est capital d'asseoir la souveraineté numérique des entreprises, et ultimement, du pays. En effet, les entreprises doivent pouvoir choisir où héberger leurs données, et disposer d'options d'hébergement sûres sur le territoire national.

Or, tous les datacenters d'hébergement ne peuvent pas se situer qu'en région parisienne. Raison pour laquelle, le renforcement des capacités réseaux entre les régions, y compris les plus rurales, et Paris, véritable cœur de connectivité du pays et situé sur un axe internet stratégique en Europe, constitue l'une des clés de la souveraineté numérique nationale.

Paris, cœur historique de la connectivité en France

En termes d'accès Internet, la France fait partie des bons élèves et peu de territoires échappent à une couverture plus ou moins haut débit, notamment grâce au maillage historique du réseau téléphonique cuivré. Et le plan très haut débit devrait encore renforcer ces bons résultats avec le déploiement à grande échelle de la fibre optique d'ici 2022.

Ce qui est un bon début pour les activités régionales. Mais n'est clairement pas suffisant dans le contexte de l'interconnexion de données et au besoin qu'ont les entreprises de se connecter à l'ensemble de leur écosystème : clients, fournisseurs, partenaires, etc., en France, en Europe et sur tous les continents.

Dans cette optique, ce sont des liaisons à très grande vitesse, notamment aux abords des grandes voies de communication (voies ferrées, autoroutes...), qui permettent de relier les régions à Paris, elle-même à quelques millisecondes de Londres, de Francfort, et de tous les continents via les câbles sous-marins qui arrivent depuis Bordeaux, Calais, Lille ou Marseille.

Affirmer le numérique français sur la scène internationale

Renforcer les capacités d'accueil et l'intégration des réseaux de données dans l'Hexagone met la transformation numérique de l'économie française à portée de toutes les régions. C'est aussi le moyen de doter les entreprises de solutions locales d'hébergement et d'acheminement de confiance, tant sur la sûreté des informations que la résilience des liens de communication.

Mais la régionalisation des datacenters ne s'arrête pas là :  elle déclenche aussi une onde positive bien au-delà de nos frontières. En effet, le développement des liaisons à grande vitesse et, in fine, des capacités de connectivité en région va contribuer à l'attractivité de la France et à son envergure comme point de transit stratégique pour les données échangées en Europe et dans le monde.

Autrement dit, fort d'infrastructures en région, le numérique français pourra compter sur les forces vives de tous les territoires et garder la main sur les règles du jeu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :