Le CES 2016 : plus beau, plus petit...et plus utile ?

 |   |  1111  mots
(Crédits : DR)
Le Consumer Electronic Show de Las Vegas a montré une profusion d'objets tous plus connectés les uns que les autres. Toutes ces propositions, pas toujours vraiment indispensables, ont-elles un avenir? Un tri aura lieu... Par Olivia Grégoire, directrice du cabinet de stratégies d'influence Olicare

Pour la 49eme année consécutive se tenait le Consumer Electronic Show à Las Vegas début janvier dernier. Au Sands Expo, tout au fond des couloirs sans fin du Venitian, des milliers d'entreprises du monde entier viennent présenter leurs innovations, souvent encore au stade du prototype et de la validation par le marché. Folie des drones dont le Drones Ehang184 ou le Diya One, présentation de la voiture connectée et son pilote automatique, nouveaux écrans et TV, impression 3D en plein boom, et acteurs de la santé connectée, le CES rassemble l'innovation du monde entier aussi bien BtoB que BtoC. Quelques tendances repérées, en plus, par la néophyte que je suis :

Le (sur)moi (sur)connecté...

Parmi toutes les innovations présentées, une tendance bat tous les records : l'ultrapersonnalisation, et l'explosion des objets et des services dédiés à l'individu, pour faciliter sa vie quotidienne.
Chaque geste de la vie est connecté : on mange connecté avec Dietsensor, on s'habille connecté (wisewear, digisole, on boit connecté avec D Vine, on se réveille connecté,  on fait du sport connecté (PIQ, Ifit,...), on lave son lige ou sa vaisselle connecté (Samsung Hub Family, Wirhlpool). J'oubliais le plaisir et l'orgasme connecté avec e sensory, redoutable invention bretonne !
Bien sûr une question rémanente m'a assailli : ce moi surconnecté, à quoi va-t-il mener ? quel intérêt ? Je traque mes calories en mangeant connecté, et alors ? Qu'est ce que cela impacte ? Quelles conséquences ? Il y aura beaucoup de morts dans cette économie du quotidien connecté, car de nombreuses innovations ne sont pas utiles, et n'offrent pas un service assez pertinent pour être acheté. C'est seulement par leur capacité à imaginer des services utiles et pertinents, valeur d'usage de leurs objets connectés, que le tri se fera.

... tout comme son environnement

Si le moi est totalement connecté, son environnement l'est aussi. C'est peut-être là, au sein de la domotique connectée, que l'émergence des services "pluggés" sur les objets connectés est la plus aboutie, avec le secteur de la santé connectée. Les gros acteurs sont en avance avec Wirlhpool notamment mais aussi Samsung . Avec son frigo connecté, une mini caméra intégrée vous permet de savoir en temps réel tout ce qui est dans votre frigo, pratique pour éviter les listes de courses...NETATMO a aussi fait forte impression avec cette immense caméra d'extérieur placée à l'entrée du CES 2016 et qui captait absolument tous les passages avec une précision redoutable.

La premiumisation-luxuarisation des "devices"

Parmi les innovations qui font une percée remarquable et remarquée, on attendait les montres connectées...mais c'est surtout le bracelet-bijou connecté qui fait son entrée fracassante. Les produits présentés sont magnifiques en ergonomie, loin des trackers d'activité ringards. Svarowski a été remarqué : sa gamme de montres-trackers connectés a fait l'objet d'une attention esthétique maximum, les prochaines collections sont désignées avec des créateurs de premier plan, dont Jean Paul Gautier.

La pertinence marketing de ces trackers connectés est évident pour la cible féminine, et le créateur de bijou a fait un très joli coup, d'autant plus que ces produits restent accessibles. L'évolution des fonctionnalités de ses devices dans les mois à venir est à suivre, car elle devrait être large et pertinente (poursuite du développement avec l'application Misfit et extension des autres applications disponibles, intégration de l'énergie solaire, démultiplication des usages dans la maison, développement des formes (bracelets, colliers, bagues, etc...).

 La sécurité personnelle connectée

Ces trackers-bijoux sont pour certains déjà dotés de services à forte valeur ajoutée, dont la capacité de mise en relation avec les services d'ordre, en cas d'agression. Autre révolution dans leurs usages. Les producteurs de bracelets d'alerte étaient fort nombreux, leurs stands immenses, et leur distribution effective dans de nombreux états aux Etats Unis rendaient leur présence très intéressante. Non ce n'est pas pour demain, ces bracelets existent et en trois coups, vous pouvez signaler un problème à un service de sécurité. Le déploiement de différents services de sécurité personnelle à partir de ces "devices" de plus en plus élégants est impressionnant. Parmi les acteurs très remarqués cette année, Wisewear ou Amber (connect, detect, protect). Dans la période actuelle, il y a fort à parier que ces objets vont connaître un succès certain aux Etats-Unis, c est déjà le cas à New York. Il faudra néanmoins rester vigilant sur cette tendance de la sécurité (paranoïa) connectée, ce marché se développera-t-il partout dans le monde ou uniquement dans certaines zones ?

La miniaturisation- disparition progressive des objets : il y a fort à parier que de nombreux bracelets ou autres trackers designés fitness vont purement et simplement disparaître. D'abord parce qu'il y a en a beaucoup trop sur le marché à ce jour, mais aussi parce qu'ils vont être intégrés aux autres objets. Piq est intéressant sur ce point : son mini capteur se "plugge" sur votre club de golf, sur votre ski, sur votre raquette, c'est le même pour tous les sports, mais les services proposés sont évidemment segmentés en fonction du sport pratiqué. Les capteurs en tant qu'objets, vont être de plus en plus petits voire invisibles, et offrir de plus en plus de services, comme en témoigne le fort développement du "wearable" connecté.

 Un tri nécessaire

Exercice impossible, trop fastidieux et résolument subjectif que de résumer les innovations ou tendance de ce Consumer Electronic Show...et d'autres le font bien mieux que moi ! Je me risquerai à conclure sur trois points :
Le tri nécessaire, par la ligne du service : trop d'acteurs, sur de trop petits segments, la fragmentation du marché actuel : le tri se fera obligatoirement, de nombreux acteurs disparaîtront dans l'iOt et l'électronique. Et ne survivront que ceux qui, comme dans tout processus réel d'innovation, auront su proposer une rupture technologique ou améliorer concrètement un usage. La sélection se jouera sur la ligne des services qui seront imaginés pour véritablement donner de la valeur d'usage à toute cette masse formidable d'objets plus ou moins utiles, et notamment dans des secteurs en pleine expansion comme la santé ou la domotique connectée. Rendez vous au CES 2017, pour ses 50 ans, afin de voir si les gagnants sont bien ceux qui auront compris et intégré la ligne essentielle du service dans ce nouveau paradigme.

Olivia Grégoire
Cabinet OLICARE

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :