Le numérique va-t-il provoquer la fin du salariat ?

 |   |  775  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, le numérique va-t-il provoquer la fin du salariat ?

Il faut toujours se méfier des prophéties qui nous annoncent la fin des choses : la fin de l'Histoire, la fin du travail, la fin du livre, de la presse, etc. L'histoire ne cesse de ruser avec ces tendances qui paraissent inéluctables au moment où elles sont énoncées.

La fin du salariat relève du même processus intellectuel. La figure de la plateforme est devenue emblématique de la révolution numérique. La plateforme est un concept valise, flou, mais suffisamment puissant pour agir sur nos représentations. On imagine immédiatement des superstructures numériques, qui s'imposent par la puissance de leurs algorithmes et la taille de leur réseau, et qui picorent les compétences disponibles dans une sorte de freelance généralisé. Tout dans ce monde paraît voué à entrer dans une relation de type client-fournisseur, le travail devenant une marchandise comme les autres. D'où aussi cette idée en vogue selon laquelle chaque individu demain sera amené à pratiquer plusieurs activités simultanément, et à en changer tout au long de sa vie.

Polarisation de l'emploi, travail à la tâche

Dans ce monde, il y aura d'un côté des programmateurs et des créatifs, qui survendront leurs compétences et leur marque, s'octroyant la part belle de la rente numérique. De l'autre, une armée de contributeurs aux compétences interchangeables, travaillant à la tâche, mis en concurrence avec  des prestataires de plus en plus lointains. Et parmi ces derniers, toute l'armée des personnes dédiées à la logistique du dernier kilomètre, dans les entrepôts, la livraison, pour ériger cette société de l'accès, où tout est livrable dans des délais de plus en plus courts.

Et c'est bien ce qui semble s'esquisser dès à présent à travers le phénomène très commenté de la polarisation post-industrielle de l'emploi. Avec d'un côté une prolifération de petits jobs faiblement rémunérés, et de l'autre, des métiers de cadres sup en plein essor également.

Tout cela est parlant, mais excessivement simplificateur. Pour plusieurs raisons.

La couche "quaternaire" du marché du travail

D'abord, le numérique et la structuration en plateforme doivent d'abord être vus comme une strate supplémentaire qui vient s'ajouter à l'existant, cette couche "quaternaire" dont nous parle Michèle Debonneuil. L'entreprise au sens classique ne disparaît pas, mais elle s'intègre à un écosystème qui a pour pivot une plateforme. Avec la permanence de l'entreprise traditionnelle, la relation salariale a ainsi la vie dure, ce que nous confirment d'ailleurs les statistiques les plus récentes.

Ensuite, on ne peut imaginer une économie qui ne serait constituée que d'acteurs opportunistes, picorant les compétences et le capital déjà constitué. Le capital humain doit se renouveler. L'économie a besoin d'accumulation et d'échange d'expérience ; de socialisation des individus aussi. Les raisons d'être du salariat, qui codifie une certaine fidélité entre l'employeur et le travailleur, gardent leur pertinence.

Chassez le salariat, il revient en Uber

Et ce n'est pas pour rien que l'on observe aussi des contre-tendances à l'ubérisation. Que les médecins se regroupent par exemple dans des centres de santé, que les indépendants exploitent des espaces de co-working, que les prestataires d'Uber exigent une normalisation de leurs conditions de travail. Une main-d'œuvre totalement atomisée et mobile, qui ne mutualiserait aucunes ressources, s'exposerait à un risque de forte dégradation de son capital humain.

Il y a enfin tout ce que l'on sait de la prise de conscience par les grands groupes du risque de perte d'efficacité que peut entrainer une vision trop déterritorialisée de leur activité. À tout faire faire, les groupes perdent leur identité et leur capacité d'innovation. L'unité de lieu et d'action, ça compte encore.

Un nouvel équilibre à inventer

Mais une fois que cela est dit, tout n'est pas dit. Le salariat n'est sans doute pas mort. Mais il est clair en revanche que la relation salariale est en profond chambardement. Avec le numérique, la pression concurrentielle sur le travail n'a jamais été aussi intense. La polarisation des salaires qui en découle devient de plus en plus problématique. La demande de polyvalence et de renouvellement des compétences exige de repenser nos systèmes de formation, et d'en adosser les droits aux individus.

Ce sont les conventions d'un nouvel équilibre qu'il faut inventer, plutôt que de chanter l'ode d'un meilleur des mondes du travailleur nomade, plus fantasmé que réel.

 >> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2018 à 12:04 :
Le salariat ne va pas disparaître mais il y aura un retour sur des emplois plus manuels et bien moins d'emplois de rêve devenus obsolètes l'ordinateur, la souris, le fauteuil confortable et les merveilleux fichiers excell sabir réservé aux non néophytes à la supériorité numérique evidente.
Restera la pelle, la pioche et le pinceau + le cambouis pour activer utilement les Français.
a écrit le 13/03/2018 à 19:41 :
Et si simplement l'avenir, c'était d'essayer de retrouver le bonheur et l'humanité, plutôt que cette quête incessante de la performance pour maximiser les profits.
On bousille les écosystèmes, on broie les humains, tout cela au profit d'une caste de plus en plus réduite complètement déconnecté des réalités. Il faut être aveugle pour penser que cela puisse durer indéfiniment sans que rien ne se passe.
a écrit le 13/03/2018 à 10:40 :
Le numérique a mis à mort les générations nées avant l’ordinateur .

Exemple concret :
Avec un bac secrétariat assistanat si vous n’avez pas une experience de deux à trois sur des postes similaires qui traitent les données ...

Vous ne pouvez pas prétendre à ce poste.

L’opportunité est surtout pour les jeunes diplômés qui dès fois sont «  exploités «  mais les jeunes doivent persévérés ou faire une dépression

Cette société pousse à bout tout le monde car le numérique déhumanise tous les humains

C’est une mort certaine et lente de ce qui reste de l’humain.

Perte de reperes , perte de liberté , perte du travail... crise économique, exlusion , violence une mort certaine pour les humains...

Une vie humaine à 2 ou 4 niveaux de vitesse

Plus jamais il y aura d’équité dans l’humanité

Le numérique a bousculé tous les paramètres de la nature dans sa globalité.
a écrit le 13/03/2018 à 9:31 :
"À tout faire faire, les groupes perdent leur identité et leur capacité d'innovation. "

Exactement et perdent également la capacité de gérer leur entreprise en la plaçant dans un contexte de concurrence mondiale puisque moins on connait son outils de production et moins on est performant. Et c'est là la plaie béante de la financiarisation de notre économie, des propriétaires qui ne savent pas ce qu'ils ont, difficile d'être bon.

"Ce sont les conventions d'un nouvel équilibre qu'il faut inventer, plutôt que de chanter l'ode d'un meilleur des mondes du travailleur nomade, plus fantasmé que réel."

Bravo !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :