Merkel 4, une ombre sur l’Europe  ?

Ce dimanche nos voisins allemands ont décidé de poursuivre leur longue aventure avec Angela Merkel. Pas de dégagisme à la française donc, mais une évolution politique plus subtile presque une punition démocratique. Par Jean-Christophe Gallien, professeur associé à l'Université de Paris 1 La Sorbonne, président de j c g a.

2 mn

(Crédits : DR)

Les Allemands gardent leur Chancelière, mais ils l'affaiblissent. Ils l'isolent même dans un paysage politique en grande partie inédit et difficilement gouvernable. Un peu comme s'ils avaient voulu la mettre à l'épreuve, la réveiller.

La quête d'une majorité s'annonce compliquée. Voici venue la fin presque certaine d'une alliance gouvernementale, avec le SPD, qui fut très confortable politiquement pour Angela Merkel. Une coalition libérale avec un ambitieux et turbulent FDP - comme entre 2009 et 2013 - serait insuffisante. On évoque une coalition « Jamaïque » inédite et risquée avec les mêmes libéraux et les écologistes aux vues diamétralement opposées sur certains sujets centraux : les réfugiés, la politique fiscale ou encore l'Europe.

Car si l'agenda est allemand, c'est surtout d'Europe dont il s'agit. Une Europe qui attendait fébrilement la nouvelle composition du Bundestag pour lancer véritablement sa mutation.

Sur les principaux enjeux à impacter, politique de défense commune, futur de la zone euro et gouvernance économique, fiscalité, politique de frontières, protection des citoyens... les Européens sont impatients et le contexte international fait pression. Bruxelles, Berlin, Paris, et les autres capitales doivent répondre au plus vite. Les Européens et l'Europe ont besoin de signaux clairs et rapides.

La fragmentation du paysage parlementaire, l'arrivée d'une force d'extrême-droite, l'affaiblissement du SPD... dans ce contexte agité, Angela Merkel va-t-elle se réveiller ? Saura-t-elle se métamorphoser, s'engager dans une démarche pro-européenne qu'elle n'a pas voulu libérer depuis douze ans ? Alors même qu'elle maîtrisait confortablement son destin national. Le vote de dimanche ne clarifie rien.

Anticipateur, Emmanuel Macron veut forcer la main à Angela et tenter d'imposer ce mardi, depuis Paris, son projet de « refondation » de l'Europe pour plus de démocratie, plus de gouvernance économique, plus de protections... au cœur du débat politique européen et surtout allemand avant que ne débute les longs travaux qui en Allemagne précèdent un éventuel « contrat » de coalition.

Il lui faudra beaucoup d'éloquence et de nombreux soutiens venus d'autres capitales européennes car, quelle que soit la coalition finalement agrégée, le projet européen français pourrait se fracasser sur l'adition de la surdité conservatrice d'Angela Merkel et les frilosités collectives allemandes. À moins qu'une divine surprise ne vienne d'Angela elle-même...

___

Par Jean Christophe Gallien

Professeur associé à l'Université de Paris 1-La Sorbonne
Directeur général de ZENON7 Public Affairs et Président de j c g a 
Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 25/09/2017 à 18:26
Signaler
Peut-être faudrait-il ajouter la possibilité de mener une véritable contre-attaque diplomatique pour #macron plutôt que de se contenter comme d'habitude de discours.

à écrit le 25/09/2017 à 18:23
Signaler
Très précis, très concis, vous allez là où l'enjeu se trouve. #Merkel décidera, nous n'avons pas d'autre choix. #Macron n'y pourra rien. Très bien #jeanchristophegallien

à écrit le 25/09/2017 à 15:48
Signaler
"Un tiens vaux mieux que deux tu l'auras" surtout quand on engrange ce que l'on ne veut pas mutualiser avec le reste de l'UE! Et d'un autre coté le doute s'installe dans la vie quotidienne; pauvreté, lâcheté et sans autre espoir que d'être enfermer d...

le 25/09/2017 à 18:36
Signaler
@Bah l'enjeu est de rendre l'ouie à #Merkel et la vue à l'#Europe comme à d'autres leaders européens. Pas easy ...

le 25/09/2017 à 18:38
Signaler
@Bah l'enjeu est de rendre l'ouie à #Merkel et la vue à l'#Europe comme à d'autres leaders européens. Pas easy ...

à écrit le 25/09/2017 à 15:21
Signaler
"À moins qu'une divine surprise ne vienne d'Angela elle-même..." Comme vous dites cela serait une énorme surprise qu'elle contredise ses donneurs d'ordres que sont les créanciers allemands en relançant cette europe moribonde, merci pour cette hon...

le 25/09/2017 à 18:42
Signaler
@Citoyenblasé certains pouvoirs adorent ce que de beaux esprits académiques ou observateurs médiatiques qualifient désormais de #démocratures. Nous pourrions définir de notre côté des #technocratures ! Poussons ensemble les illustrations.

le 26/09/2017 à 10:22
Signaler
Le problème c'est qu'il n'y a rien de plus facile à manipuler que des gens possédés par leurs possessions, Hitler a su les manipuler dans un premier temps avec une grande facilité et ils étaient bien plus éclairés que maintenant les oligarques des an...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.