Pourquoi pas des voitures électriques chez les loueurs ?

 |   |  465  mots
(Crédits : DR)
Les loueurs de voitures achètent 200 000 voitures en France chaque année, soit 10 % du total des immatriculations. Pourquoi ne trouve-t-on quasiment aucun véhicule électrique dans leurs flottes ? Cela peut-il évoluer ? Par Benjamin Stut, directeur marketing et commercial, Carigami

Les grands loueurs se montrent pour le moment très prudents vis-à-vis des voitures
électriques, c'est pourquoi leur présence en agence reste très rare. Depuis l'année dernière, l'Allemand Sixt dispose de 50 BMW i3 en France et Renault Rent, le service du constructeur, met en location ses modèles ZOE et Twizy. Le leader mondial, Enterprise, propose le modèle électrique de Citroën, la C-Zero, mais ne va pas en renouveler la commande, ce qui entraînera la disparition de l'offre dans les mois à venir. Quant à Avis Budget Group, l'entreprise ne prévoit pas d'intégrer de voitures électriques à sa flotte pour le moment.

Les loueurs essaient d'en introduire mais leurs caractéristiques ne sont pas encore adaptées aux moyens et longs trajets. Et même si nous constatons chez Carigami que le nombre de clients à en demander semble augmenter, il reste faible et ne suffit pas à justifier l'investissement pour les loueurs. En effet, avec une autonomie moyenne de 150 kilomètres et un habitacle restreint, les voitures électriques ne répondent pas, aujourd'hui, aux besoins de location de voiture traditionnelle.

Une exception : les solutions d'autopartage

L'électrique est en revanche parfaitement adapté pour les solutions d'autopartage, qui
répondent à des besoins de proximité et de courts trajets. Autolib', qui revendique 200.000 usagers en France et 14 000 locations par jour, a ouvert la voie.
C'est ainsi que le leader français Europcar a annoncé en octobre un partenariat avec Blue Solutions, filiale électrique du groupe Bolloré à l'origine d'Autolib', pour développer "la complémentarité des services de la location de voitures et de l'offre de mobilité urbaine de la Bluecar". Pour le moment, 75 de ces véhicules sont disponibles dans le réseau Europcar dont 57 en Ile-de-France, 9 à Bordeaux et 9 à Lyon. L'accès aux bornes de recharge Autolib' en Ile-de-France, Bluely à Lyon et Bluecub à Bordeaux est gratuit. Comme l'a déclaré à cette occasion Philippe Germond, DG d'Europcar : "Ce partenariat avec le groupe Bolloré s'inscrit dans notre stratégie en matière de développement durable avec une offre toujours plus verte."

Le scandale Volkswagen peut-il changer la donne ?

L'affaire Volkswagen a provoqué une véritable onde de choc dans toute l'industrie
automobile et au-delà. En outre, elle tombe au plus mal pour les relations du groupe
automobile avec les agences de location, à l'heure où celles-ci renouvellent leurs flottes.
Néanmoins, cela peut-il vraiment faire évoluer les pratiques d'achat des loueurs vers plus d'électrique ? Pas si l'on en croit nos loueurs partenaires, puisque aucun ne nous a annoncé de changement, à part une vigilance renforcée vis-à-vis du groupe Volkswagen. C'est d'autant moins probable que les voitures Diesel représentent entre 70 et 80 % de leurs parcs de véhicules, ce pourcentage dépassant même 80 % pour les catégories supérieures comme les monospaces ou les SUV.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :