Startups françaises : de la "gonflette" aux réalités

 |   |  771  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, la réalité des startups françaises

Présente avec la troisième délégation derrière les États-Unis et la Chine, à l'édition 2018 du Consumer show de Las Vegas, la France exhibe ses startups à fort potentiel. Fini le temps où le pays survendait son art de vivre, sa gastronomie, son luxe. Avec la French Tech, elle a clairement changé de registre. Elle a compris que l'attractivité était aussi une question de communication. Que la France devait investir dans sa marque. Et la « marque France », ce n'est pas celle de la France éternelle. C'est d'abord la French Tech, un pays pépinière qui se veut en prou de la révolution digitale.

Des jeunes proies attractives

Il y a de la Com, là-dedans bien sûr. Personne n'est dupe. Il y a de la stratégie aussi : une volonté de chasser en meute à l'international. Mais il y a aussi une réalité. Oui la France a vu fleurir ces dernières années incubateurs et accélérateurs, dans les métropoles, dans les universités et les écoles, au sein même des grandes entreprises. Xerfi y a consacré une étude récemment, montrant, que derrière cette prolifération, il y avait du bon et du moins bon. Parfois de la « poudre aux yeux ». En arrière-plan, il y a aussi l'activité record du capital investissement. Aussi bien en termes de levée de fonds que d'investissement. Qui recouvre certes un décollage des LBO, mais aussi une montée en puissance des autres segments de l'amorçage et du développement.

Dans le même temps, rançon du succès, de plus en plus de jeunes pousses se font achetées. Même si le chiffre doit être pris avec des pincettes, la notion de startup n'étant pas clairement définie, on dénombre 250 rachats de startup par an, dont une cinquantaine implique des groupes étrangers. Selon l'institut Friedland, lorsque l'on resserre l'observation, sur les jeunes entreprises innovantes, 20% seraient revendues à horizon de 5 ans, et dans 50% des cas à des capitaux étrangers. Les jeunes pousses en conviennent. : entre le soutien de la BPI, l'abondance des fonds, la prolifération d'incubateurs et d'accélérateurs, le nouvel intérêt des groupes pour les parrainer ou les absorber, le contexte a significativement évolué en  10 ans.

Le capital est abondant. Il y'a de la gonflette et peut-être de la bulle. Il n'en reste pas moins, que tout cela traduit une véritable évolution de notre écosystème d'innovation. Le temps, où il s'agissait de faire grossir nos PME, pour les transformer en ETI, par croissance organique, celui du fléchage de l'épargne vers les actions non côtés, pour étoffer nos entreprises en fonds propres, paraît suranné. Le processus d'innovation se financiarise lui aussi.

La finance au cœur du cycle de vie des startup

L'industrie du capital investissement y joue un rôle clé. Cette dernière n'est efficace que si elle peut se déployer à tous les stades : amorçage, développement, transmission... jusqu'à la sortie par rachat ou cotation.

Les perspectives de sortie et les promesses sur la valeur terminale jouent un rôle essentiel dans l'incitation à investir au stade de l'amorçage, lorsque les profits ne sont encore qu'une promesse. Ce jeu d'enchère joue d'autant mieux que les grands groupes sont actifs en tant qu'acquéreur à la sortie. Ces derniers, compte tenu de leur surface financière, comme tenu des effets de réseau dont ils font bénéficier les entreprises en devenir, compte tenu de leur accès au financement externe, jouent un rôle décisif, pour crédibiliser les multiples en apparence délirant dont bénéficient les startups tout au long de leur développement. Autrement dit, être un pays pépinière, c'est admettre le rachat des jeunes pousses, et leur passage sous contrôle étranger, le cas échéant.

Dans ce nouvel écosystème de l'innovation, l'État intervient en co-financement, à l'instar des États-Unis. C'est le cas de la BPI. Il réduit ainsi le risque des capital-investisseurs.

La rotation rapide du capital, fait émerger une nouvelle génération de serial entrepreneurs, de business angels rajeunis, qui remettent au pot de l'amorçage et abondent ainsi le financement de l'innovation.

Alors, oui c'est vrai. La France fait de la gonflette. Mais cela fait partie du jeu. Cette gonflette c'est précisément ce qui permet, dans ce nouveau contexte de financiarisation de l'innovation, que des promesses deviennent réalité.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2018 à 23:57 :
étude "Venture Pulse - Q2 2018" de KPMG : les investissements dans les entreprises françaises ont augmenté de plus de 90% au 1er semestre 2018 par rapport au 1er semestre 2017. la hausse n'a été que de 18% au niveau européen.
a écrit le 27/08/2018 à 12:45 :
La bpi une arnaque il finance que les gens en place .le financement chinois est plus sûr d'autant que à la bpi la plus part des gestionnaires de dossier sont étrangers...alors les projets portés par des start-up en France ils s'en foute expérience vécue.
a écrit le 27/08/2018 à 10:46 :
Le problème des starup française, c'est la BPI INNOVATION ex OSEO ex ANVAR

Un groupuscule de fonctionnaires incompétents flémards

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :