LaTribune.fr - L'assurance-vie avec option

 |  | 302 mots
Cotiser à fonds perdus pour assurer sa voiture ou sa maison, voilà qui est passé dans les moeurs. En revanche, cotiser pendant des années pour une hypothétique future dépendance, cela dérange nombre de personnes. Pour elles, les assureurs ont élaboré des contrats d'assurance-vie comportant une option dépendance. À la différence des contrats dépendance purs, dans ces produits "mixtes", vos versements périodiques sont libres et, lorsque le risque de perte d'autonomie se réalise, vous percevez une rente généralement calculée en fonction de la valeur du contrat à ce moment. imposable À l'inverse, si vous décédez sans jamais avoir été dépendant, les capitaux épargnés sont transmis aux bénéficiaires désignés dans le contrat hors succession comme n'importe quelle assurance-vie. Et si vous restez en vie et en bonne santé, vous pouvez choisir de récupérer votre capital ou de percevoir une rente. Avantage : vous ne cotisez pas à fonds perdus. Inconvénient : la rente versée par les contrats d'assurance-vie en cas de dépendance est partiellement imposable, à la différence de celle versée par des contrats dépendance. En outre, le montant de celle-ci est incertain, puisqu'il dépend de la valeur du contrat lors de la survenue de la dépendance. Certains produits contournent cet écueil. Ainsi, le contrat Safir Plus Revenus d'AG2R prévoit une cotisation fixe, déterminée notamment en fonction du montant de la rente souhaitée en cas de dépendance. Si celle-ci survient avant 85 ans, la rente initialement prévue est versée. Sinon, à ses 85 ans, l'assuré choisit entre le doublement de sa rente contre l'abandon de son épargne ou la récupération du capital et la perception de la rente prévue en cas de dépendance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :