Notre point complet sur l''assurance-vie

3 mn

Après quatre ans d'érosion des rendements, on craignait début 2008 le pire pour l'assurance vie : une nouvelle baisse des taux servis sur les fonds en euros, alors que l'argent des particuliers fuyait à grande vitesse vers la sécurité des livrets. Dans un environnement boursier catastrophique, l'assurance vie a pourtant finalement bien rempli son rôle de placement défensif. Elle a tiré son épingle du jeu grâce aux fonds d'Etat qui constituent la majorité du portefeuille et ont apporté la sécurité escomptée. Puis sur le dernier trimestre, les belles opportunités qui se sont présentées sur les obligations d'entreprises à la recherche de financements, quand les banques leur faisaient cruellement défaut, ont à leur tour contribué à un bilan 2008 honorable. Pour les sociétés qui ont saisi ces opportunités, ces coupons élevés constituent une sécurité supplémentaire mise en portefeuille pour les années à venir. Classiquement, les meilleurs taux ont été annoncés les premiers. Si quelques assureurs comme la Maaf, Matmut, Gan et Groupama ont annoncé dès octobre, ou novembre suivant le cas, des taux en léger progrès à 4,50 ou 4,60%, il aura fallu attendre début janvier avec l'AFER, une des premières association d'épargnants, qui a annoncé un taux de 4,36% (contre 4,65% en 2007), pour avoir le ton du cru 2008 : les taux 2009 des fonds en euros sont pour la plupart stables ou en léger repli, aux environs de 4,5%. « Des taux sages », selon le mot du président de l'AFER, Gérard Bekerman qui a demandé à son partenaire, le gestionnaire Aviva, de « prendre le moins de risque possible sur le capital ». Des taux qui supportent sans avoir à rougir la comparaison avec un Livret A à 4% l'an dernier. Mais qui va dès le mois prochain revenir à 2,5%. Face à une concurrence féroce des placements sans risques, qui ont largement profité aux grandes banques - outre le Livret A, les livrets bancaires ont quelquefois offerts des taux d'appel à 10%, quand les Sicav monétaires rapportaient environ 3,5% l'an dernier - la plupart des assureurs ont préféré jouer la carte de la prudence. En partie car 2009 ne sera probablement pas de tout repos (lire ci-dessous). Les assureurs ont eu fort à faire l'an dernier avec une collecte ralentie par la concurrence des placements sans risque. Résultat : la collecte nette (la différence entre les versements et les sorties) plonge de plus de 35% sur un an à 29 milliards d'euros en novembre. De fait, les épargnants ont surtout versé sur les fonds en euros, plutôt que sur les unités de compte, alors que depuis deux ans l'amendement Fourgous leur permet de basculer vers les unités de compte, - sans perte d'avantage fiscal, mais 20% au moins devant être investi en unité de compte. L'assurance vie devrait pourtant progressivement retrouver cette année les faveurs des particuliers. S'ils se sont à juste titre repliés sur le fonds en euros, plutôt que vers les unité de comptes pour jouer la Bourse, il faudra progressivement faire le chemin inverse. Car au fur et à mesure que les rendements des placements sécuritaires vont se réduire, l'attrait des actions et le retour en grâce d'une dose de risque a toutes les chances de reprendre le dessus. Pour une épargne longue pour préparer sa retraite ou un investissement immobilier, les actions vont retrouver leur place. Il existe déjà un grand nombre de gestion profilé suivant l'age ou suivant le profil de risque souhaité par l'investisseur. Mais certains, à l'image de l'AFER, ont déjà imaginé un système de rééquilibrage automatique, actuellement à l'étude, permettant de profiter des creux de la Bourse ...

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.