LaTribune.fr - Epargne : profitez des promotions des superlivrets

 |  | 774 mots
Depuis ces derniers mois, les établissements financiers sur Internet rivalisent de publicité et de promotions pour inciter les épargnants à ouvrir un livret bancaire. "Vu l'aversion au risque qui règne en ce moment sur les marchés financiers, notre clientèle a redécouvert la sécurité offerte par ce type de placement", précise Pierre Janin, directeur d'Axa Banque. Ces produits bancaires, parfaitement liquides, permettent de placer sans risque un capital. Ils sont rémunérés selon la règle de la quinzaine propre à l'ensemble des livrets. L'épargne ne rapporte pas au jour le jour comme pour une Sicav monétaire, mais par période, les intérêts courant à partir du début de chaque quinzaine. Pour les optimiser, mieux vaut effectuer vos versements le 15 ou le 30 du mois, et vos retraits le 1er ou le 16 de chaque mois. Il est inutile de verser des sommes et de les retirer la même quinzaine, car elles ne sont alors pas rémunérées. Bon à savoir : contrairement aux livrets réglementés (voir encadré ci-dessous), les taux servis sont bruts, c'est-à-dire qu'ils supportent une fiscalité. Les épargnants auront le choix entre intégrer ces intérêts à leurs revenus et être taxés au barème progressif de l'impôt, ou opter pour le prélèvement forfaitaire libératoire de 29 %. Dans ce dernier cas, un taux brut de 6 % revient donc à une rémunération nette de 4,26 %. Plutôt que d'opter pour un livret bancaire, dont les rendements ne sont guère attrayants puisqu'ils tournent entre 3 % et 3,5 % brut, mieux vaut choisir un "superlivret" au taux d'intérêt dopé. Ces produits sont essentiellement proposés par des bancassureurs ou des courtiers en ligne et disponibles via Internet. "Ce sont des placements simples à souscrire et sans aucun frais", précise Guillaume Gozlan, directeur marketing et clientèle de Monabanq. Ils disposent, en outre, de deux avantages : leurs plafonds de versements sont très élevés - il peut atteindre, par exemple, 3 millions d'euros chez ING Direct - et leurs rémunérations sont largement plus intéressantes que celle des livrets bancaires "classiques". Avant de souscrire, faites le tour du marché, car, très régulièrement, les banques proposent des offres financières alléchantes, limitées à quelques mois. Si vous avez une grosse somme à placer pour une courte période, les "superlivrets" sont donc parfaitement adaptés à votre problématique. À condition de surfer sur les vagues de promotion, vous obtiendrez à la fin de l'année une rémunération moyenne intéressante. Au-delà de la période de promotion ponctuelle, en revanche, le taux chutera considérablement, votre épargne sera rémunérée dans une fourchette de 2 % à 3,75 % brut suivant les montants placés, ce qui diminue très fortement la compétitivité de ces produits. Mais si vous êtes certains de ne pas avoir besoin de votre argent pendant six mois ou un an, ouvrez plutôt un compte à terme. Moyennant un blocage temporaire de votre épargne, vous obtiendrez des rémunérations comprises entre 4 % et 4,5 % brut, soit plus de 1 point de mieux que les taux moyens annuels des "superlivrets". Faites d'abord le plein de livrets réglementés Avant d'ouvrir un "superlivret" et d'y placer vos liquidités, vérifiez que vous avez saturé les plafonds de vos livrets bancaires réglementés. "Nous recommandons à nos clients d'adopter cette stratégie, car leurs taux sont aujourd'hui imbattables", confie Benoit Gommard, directeur général de Cortal Consors France. Il s'agit des livrets A ou Bleu (uniquement disponibles dans les Caisses d'Épargne, à la Banque Postale ou au Crédit Mutuel), et du LDD (Livret de développement durable, ex-Codevi). Il n'est pas possible pour un épargnant de cumuler plusieurs livrets A ou LDD, mais la détention d'un livret A et d'un LDD est autorisée. L'avantage de ces produits d'épargne est que leurs intérêts ne supportent aucun impôt ni contribution sociale. Des gains nets vous sont donc versés chaque année au 1er janvier, ils sont calculés selon la règle de la quinzaine. En contrepartie, les versements sur ces livrets sont plafonnés, à 15.300 euros pour les livrets A et Bleu et à 6.000 euros pour les LDD. Le taux de ces livrets est fixé par l'État deux fois par an, depuis le 1er février dernier il a été relevé à 3,5 % net. Si vous payez moins de 732 euros d'impôt sur le revenu cette année, il y a encore mieux : le LEP (Livret d'épargne populaire) rémunère votre épargne à 4,25 % net, dans la limite de 7.700 euros de versements.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :