Défiscalisation : premier clap pour l'investissement dans le cinéma

 |   |  366  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les Sofica, des produits de défiscalisation d'investissement dans le cinéma, viennent de recevoir l'agrément du CNC. Le début de la commercialisation devrait intervenir dans quelques jours.

Le CNC (centre national du cinéma) vient d'annoncer que l'enveloppe promise aux Sofica, des investissements défiscalisés dans le cinéma, vient d'être distribuée.

Au total, 12 Sofica ont été agrées, contre 10 l'année précédente pour une enveloppe totale de 63,07 millions d'euros, un chiffre équivalent aux années précédentes. En accord avec le ministère du Budget, les agréments, qui donnent le top départ de la commercialisation, ont été délivrés plus tot que les années précédentes.

Les particuliers auront donc plus de temps pour investir dans ce produit conçu en 1985, qui permet de réduire ses impôts en investissant dans le septième art.

Les Sofica n'ont pas échappé au précédent coup de rabot qui sera appliqué pour les parts vendues en cette rentrée 2011 (Sofica 2012). La réduction d'impôts n'est plus que de 36 % des sommes investies, contre 40 % auparavant. Lorsque les Sofica investissent au moins 10 % dans des sociétés de réalisations d'oeuvres cinématographiques ou audiovisuelles (ce qui est presque toujours le cas), l'avantage fiscal passe à 43 % (48 % auparavant). L'investissement étant doublement plafonné à 18.000 euros et à 25 % du revenu net global.

En revanche, le nouveau coup de rabot annoncé par François Fillon ne concerne pas lesparts de Sofica achetées en cette fin d'année.

Inutile d'attendre des plus values de ce placement qui mobilise les sommes durant cinq ans. La rentabilité provient uniquement de l'avantage fiscal car les Sofica restituent la plupart du temps entre 65 et 100 % du capital investi. Il n'empêche, cet investissement dans le cinéma reste attractif : plus de 5 % par an brut si 85 % du capital est restitué (voir illustration).

Les Sofica présentent toutefois deux inconvénients. D'abord, le manque de transparence sur leurs performances, qui ne sont pas publiques. Ensuite, les parts (5.000 à 8.000 euros selon les Sofica) sont difficiles à obtenir. Elles sont souvent réservées aux clients de la banque privée. Plus accessible mais plus aléatoire : préréserver des parts sur un site Internet (comme Best-sofica.com, Nos-sofica.com, ou 123sofica.com) qui les attribuent par tirage au sort et selon la règle du « premier arrivé, premier servi ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :