Irlande et Brexit : quel est le problème avec les ports du Nord ?

 |   |  601  mots
Le trafic maritime provenant d'Irlande et d'Écosse passe essentiellement par les ports britanniques de Liverpool, Southampton, Felixstowe et Douvres, pour arriver à Calais et Dunkerque (notre photo), avant éventuellement de repartir vers Zeebrugge, Anvers et Rotterdam.
Le trafic maritime provenant d'Irlande et d'Écosse passe essentiellement par les ports britanniques de Liverpool, Southampton, Felixstowe et Douvres, pour arriver à Calais et Dunkerque (notre photo), avant éventuellement de repartir vers Zeebrugge, Anvers et Rotterdam. (Crédits : iStock)
C’est un peu la boulette de l’été. Dans la perspective de la sortie de l’Angleterre de l’Union européenne, la Commission européenne a proposé un nouvel itinéraire maritime pour relier l’Irlande au continent, en oubliant au passage les ports français. Comment est-ce arrivé ?

La décision a été prise le 1er août : pour éviter de lourdes procédures douanières pour le fret irlandais, la Commission européenne a tracé une nouvelle voie entre l'Irlande et l'Europe continentale. Et s'est dit que le plus simple était de relier les ports de Dublin et de Cork à leurs homologues de Zeebrugge et Anvers en Belgique, et de Rotterdam aux Pays-Bas. Sauf qu'en cette route maritime, on zappe les ports intermédiaires tout en allongeant la durée d'acheminement, le transit time entre Irlande et Zeebrugge étant de 28 heures, contre 14 ou 15 heures vers Calais.

Pas étonnant que les acteurs politiques et économiques de la région, qui multiplient les actions pour que la région des Hauts-de-France puisse bénéficier des retombées du Brexit, aient vu rouge : dans un communiqué, les présidents des CCI de la région des Hauts-de-France (Philippe Hourdain, François Lavallée, Bruno Fontaine) mais aussi le président de la mission Rev3 Philippe Vasseur et Frédéric Motte, le président du Medef des Hauts-de-France, ont refusé en bloc « que la Commission européenne sacrifient avec mépris les ports des Hauts-de-France ».

Plusieurs oublis

Même l'association des ports irlandais a pris la défense des ports du Nord, estimant qu'il serait plus opportun pour l'Irlande d'être directement connectée aux ports de l'Atlantique, soulignant au passage que la Commission avait oublié dans son schéma le port en eaux profondes irlandais de Shannon Foynes... Ports Normands Associés (PNA), autorité portuaire de Cherbourg & Caen-Ouistreham, n'a pas manqué de rappeler qu'elle aussi avait un rôle à jouer avec sa ligne Dublin-Rosslare et son million de tonnes de marchandises transportées par an.

Xavier Bertrand, président du conseil régional, comme Élisabeth Borne, ministre des Transports, ne se sont pas privés d'interpeller la commissaire européenne aux Transports Violeta Bulc à l'origine de la décision.

Dans un premier temps, elle a répondu n'avoir « pas connaissance de services réguliers vers les ports français du corridor, à savoir Calais et Dunkerque » avant de rassurer la France sur ce « périmètre limité et visant une solution à court terme », invitant à une discussion très prochaine autour des nouveaux systèmes de connexion.

Énormes enjeux

Les enjeux sont énormes : la région voit transiter des millions de tonnes de marchandises provenant de l'Irlande via l'Angleterre, que ce soit par la mer ou par la route. Si très peu de chiffres sont disponibles, l'office central des statistiques irlandais a calculé qu'un million de camions transitaient chaque année entre l'Irlande et l'Angleterre. On estime à 4,4 millions le nombre de camions ayant traversé la Manche en 2017.

Les poids lourds venant de Cork ou de Glasgow en Irlande traversent généralement la mer pour rallier Liverpool et atteindre le continent via le détroit de Calais-Douvres, que ce soit par le tunnel ou le ferry. Le port de Calais est particulièrement concerné dans cette affaire : le trafic maritime provenant d'Irlande et d'Écosse passe essentiellement par les ports britanniques de Liverpool, Southampton, Felixstowe et Douvres, pour arriver à Calais et Dunkerque avant éventuellement de repartir vers Zeebrugge, Anvers et Rotterdam.

Enfin, autre enjeu non négligeable, faire partie de ce que l'on appelle dans le jargon le corridor RTE-T de la mer du Nord, c'est aussi avoir accès à des subventions européennes pour moderniser les infrastructures de transport. Les budgets sont de l'ordre de 24 milliards d'euros pour la période 2014 et 2020, et environ 30 milliards pour 2021-2027.

___

Par Gaëtane Deljurie,
correspondante pour La Tribune dans les Hauts-de-France

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2018 à 11:36 :
Pour les poids-lourds venant d'Irlande ou d'Ecosse, il est plus intéressant de passer par Felixstowe pour rallier directement la Belgique ou les Pays-Bas plutôt que d'aller à Calais pour remonter vers le nord!
a écrit le 16/09/2018 à 21:56 :
Vivement que cette ue conspuée par les peuples et au seul service de l'oligarchie et du 1 % disparaisse, Frexit, vite ..
a écrit le 16/09/2018 à 21:35 :
Ce n'est pas l'Angleterre qui quitte l'Union Européen, mais le Royaume Uni – c’est-à-dire, Irlande du Nord, l’Ecosse, le Pays de Galles et l’Angleterre.
a écrit le 16/09/2018 à 11:49 :
D'après l'article, les marchandises venant d'Irlande et d'Ecosse Ouest traversent l'Angleterre par la route puis transitent par Calais Douvres pour repartir vers Anvers et Rotterdam.
Le Brexit et ses douanes vont ralentir le transport routier au point de rendre compétitif et plus économique le transport maritime de bout en bout. Les écologistes ne vont pas s'en plaindre, seulement les routiers anglais et l'axe Calais Douvres.
Comme le facteur temps de transport est l'élément clé, les anglais vont rapidement trouver une solution, à moins que Bruxelles et la France traîne les pieds sur la dématérialisation des procédures douanières.
In fine, C'est le consommateur qui paiera le surcoût.
a écrit le 15/09/2018 à 22:09 :
Les députés européens français doivent dormir quand il s'agit de défendre les intérets de la France. Quand on voit leurs taux d'assiduité pendant les sessions parlementaires européennes , il ne faut pas s'étonner que la voie de la France ne soit plus écoutée.
Réponse de le 17/09/2018 à 10:24 :
Vous deviez également dormir pendant vos cours sur les institutions européennes : la Commission n'est pas le Parlement.
a écrit le 15/09/2018 à 20:54 :
Pourrait-on m'expliquer comment des camions peuvent transiter de la France à l'Angleterre ? Des entreprises paient des transporteurs avec le volant qui est mal placé ???
a écrit le 15/09/2018 à 18:41 :
Et si les élus concernés s'intéressaient au statut des dockers au lieu de seulement protester vertueusement ? Le sujet est pourtant bien connu...
a écrit le 15/09/2018 à 11:36 :
boulette?

n´oublions pas que la france a roulée les pays de 400 millions d´euros en mettant précipitamment en faillite la SNCM pour ne pas avoir à rembourser les aides de l´UE.

les pays de l´UE ne vont pas se faire avoir une deuxième n des projets d´agrandissement des ports francais sur le dos de l´UE.

les ports de Belgique, Hollande et Allemagne tournent 24h/24 et 7j/7 et n´ont pas besoin d´investissement pour acceuillir les clients.

assez de puits sans fond surtout avec les syndicats francais
la France peux investir elle meme dans les ports et essayer d´attirer les clients avec des services de qualité
Réponse de le 15/09/2018 à 11:57 :
Si le statut des dockers des ports en France n'était pas médiéval (embauche à la journée !), les salariés ne seraient pas obligés de se battre sans arrêt pour vivre, et les ports français n'en seraient pas là. Incroyables commentaires de gens qui n'ont jamais été voir ce qui se passait vraiment dans les ports français !
Pas étonnant que ces gens soient abusés facilement par des aventuriers comme Macron, ou par tous ces gugus à la Fabius / Hollande qui laissent les industries soit délocaliser complètement leurs productions soit remplacer les salariés par des immigrés pas chers (une immigration qu'il poussent à outrance). Si les Français ne comprennent pas cette réalité productrice d'un fort chômage par principe et qu'il faut absolument changer en priorité, la France est cuite. Elle devra se soumettre aux acquéreurs sans scrupules de sa richesse.
a écrit le 14/09/2018 à 21:36 :
il est 21:34 et le dernier post affiché date de 9h49 ... il est annoncé 17 commentaires, et il y en a que 3 lisibles ... que se passe-t-il ?
a écrit le 14/09/2018 à 17:49 :
Malheureusement la commission n'en est pas à une boulette près ... du haut de leurs tours Bruxelloises nos technocrates sont bien loin du terrain ... et bien près des lobbyistes !
a écrit le 14/09/2018 à 16:55 :
Le problème est que la France a perdu du poids dans les instances européennes depuis que les français envoient une majorité de FN a Bruxelles.
Problème, le FN n'est pas la pour défendre les intérêts de la France mais pour faire exploser l'UE et collecter des fonds.
Réponse de le 15/09/2018 à 8:02 :
Patriote Macron.. Enlevez votre masque nous vous avons reconnu
Réponse de le 15/09/2018 à 12:14 :
@ Patriot9 bonjour, la France compte 74 députés le FN 16 depuis que M. Monot a quitté ce parti. Si vous voyez une majorité dans cette proportion il faut retourner à l'école primaire , le collège est déjà d'un niveau trop élevé pour vos compétences en mathématique simple.
a écrit le 14/09/2018 à 16:32 :
Quel sont les trajets générant les moins de pollution en fonction de la destination finale des produits? Voilà la question que d'autres ont déjà soulevé et sur laquelle la Commission devrait se pencher. C'est à ce genre de petits détails qu'on voit que notre civilisation n'a aucun avenir.
a écrit le 14/09/2018 à 12:05 :
Les ports bretons oubliés du brexit et... de la Tribune. Même action de la part du président de la Région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, et des ports de Roscoff et Brest, aux premières loges ! Interrogez la Brittany Ferries...
Réponse de le 14/09/2018 à 12:38 :
Du coup les bâteaux ils déchargent au pays des bonnets rouges, sans autoroute, et ils traversent le pays pour aller livrer en Allemagne...comment dire...génial.
a écrit le 14/09/2018 à 11:47 :
Ports de France, communiqué de presse, 04/09/18 :
http://www.lemarin.fr/sites/default/files/2018/09/12/brexit_upf.pdf
a écrit le 14/09/2018 à 10:59 :
boulette? quelle boulette?
l´UE a tout à fait conscience de la qualité des ports francais et de leurs syndicats.

les clients feront leur choix...
ce n´est pas parce que le gouvernement francais veut que les marchandises passent par un port francais pour récolter taxes et impot que les clients vont suivre.

une fois que ces clients se seront fait bloquer des containers pendant une semaine dans les ports en grève francais et auront perdu toute la marchandise, ils choisiront le port qui est le plus sur... meme s´il faut faire 75 km de plus

des ports compétitifs travaillant 24h/24 avec des procédures de dédouanement rapides et en ligne sont tout le long de la cote au nord de la France...
Réponse de le 14/09/2018 à 23:51 :
Exact.
Ce qui me fascine, c'est que l'article-lui-même ne contiens pas le mot syndicat, alors qu'il qu'est la réponse en seul mot à son titre en forme de question.
a écrit le 14/09/2018 à 10:40 :
Si on regarde la consommation (donc CO2, on essaie, je crois, de le réduire), c'est pas "grave" d'aller loin si on peut aller plus près ? Économie, rapidité. Ça va encore donner une idée faussée (?) des gens déconnectés des réalités. Peut-être mettre à jour leurs informations, dans les bureaux. L'UE évolue, des choses se passent, il faut actualiser.
Trop de grèves en France ? Encore des diligences pour acheminer les chargements ?
a écrit le 14/09/2018 à 10:35 :
Durée d'acheminement me semblait très clair, pourquoi ajouter " transit time" ? est-ce pour ajouter deux mots à l'article?
a écrit le 14/09/2018 à 10:20 :
Un article qui rate l éléphant dans le couloir.
Tout le monde sait que nos ports sont sous la coupe de syndicats rétrogrades, qui ont quasi tué Marseille et ont au mieux fait végèter ceux sur la Manche, quand ceux de nos voisins Belges ou Hollandais connaissaIent un formidable devellopement.
Alors si ce rapport permet de leur mettre leur nez au dessus de l odeur nauséabonde de leurs nuisances, j applaudis.
a écrit le 14/09/2018 à 10:01 :
Si on regarde bêtement une carte, la ligne la plus courte serait Cork-Dunkerque ...!
Sinon, pour relier le sud de l'Europe à l'Irlande, c'est vers Bordeaux ou Bilbao qu'il faudrait regarder ... mais on préfère peut-être que les marchandises soient sur nos routes dans des files de semi-remorques ininterrompues ??!
Réponse de le 14/09/2018 à 10:28 :
"mais on préfère peut-être que les marchandises soient sur nos routes dans des files de semi-remorques ininterrompues ??! "

Voilà ma foi une réflexion plus que pertinente en effet, vu le taux de compromission incroyable de nos politiciens c'est même certainement la plus crédible.

Bravo
a écrit le 14/09/2018 à 9:49 :
On parie combien que le jour J le représentant français était là et avait pour consigne d'attendre l'arbitrage de Matignon sur quel port français devait bénéficier du truc ???

Ce coup là arrive au moins une fois par semaine ;)
a écrit le 14/09/2018 à 8:36 :
Bon effectivement c'est grave , mais au moment opportun, étaient ils à l'écoute ou à la manoeuvre pour exercer les pressions indispensables, que faisaient les ministres responsables ou les élus locaux ?
a écrit le 14/09/2018 à 8:29 :
L'union européenne toujours aussi incompétente donc... Trop de corruption tue les qualifications.

Vite un frexit, à force tout se détraque sérieusement maintenant.
Réponse de le 14/09/2018 à 11:08 :
Non, non, le problème ici est français et notre incapacité à peser dans le jeu européen.

Normal quand on utilise notre poids électoral pour n'envoyer au parlement européen rien de mieux qu'une masse de députés FN, qui ne vont au mieux rien faire et au pire s'illustrer par leurs malversations.
Réponse de le 14/09/2018 à 13:31 :
"Non, non, le problème ici est français et notre incapacité à peser dans le jeu européen."

On est français ou européen ? Vous en avez vous mêmes déjà perdu votre latin mon pauvre vieux européiste.

"Normal quand on utilise notre poids électoral pour n'envoyer au parlement européen rien de mieux qu'une masse de députés FN,"

Parce que les autres députés ont démontré mieux jusqu'à présent ?

Que fait le fn si ce n'est démontrer leur propre imposture d'une part et du coup l'imposture européenne à payer des gens pour qu'au final ils enlèvent de leur programme la sortie de l'UE ?

Vous prêchez, comme si cela pouvait avoir le moindre intérêt...

Maintenant vous contestez de la plus mauvaise façon ce commentaire alors que l'analyse de lyonnais plus haut elle est une vérité bien plus probable que la mienne.

Vous vous trompez tout le temps sur tous les tableaux c'est pas dur à force quand même ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :