Ed tech : « C’est un véritable changement de paradigme » , Véronique Jacq (Bpifrance)

 |   |  550  mots
« Il faut changer ses méthodes pédagogiques en proposant des projets aux étudiants, en leur apprenant à travailler en équipe et à interagir entre eux », Véronique Jacq, directrice du Pôle Digital Venture de Bpifrance
« Il faut changer ses méthodes pédagogiques en proposant des projets aux étudiants, en leur apprenant à travailler en équipe et à interagir entre eux », Véronique Jacq, directrice du Pôle Digital Venture de Bpifrance (Crédits : DR)
De quoi DEMAIN sera-t-il fait ? Bpifrance s'est lancé le défi de mener une réflexion sur les sujets d'innovation qui révolutionneront notre quotidien dans les années à venir, du point de vue de notre transport, notre alimentation, notre santé, notre façon de commercer et de travailler. Pour cela, Bpifrance anime une démarche collective en mode projet, pilotée par les collaborateurs Bpifrance et associant les acteurs des écosystèmes concernés. L’un des sujets stratégiques récemment traité est l’Edtech, la technologie de l’éducation ou comment la technologie se met au service de l’éducation et la formation. Véronique Jacq, directrice du Pôle Digital Venture de Bpifrance nous explique pourquoi l’enseignement à distance, qui s'est imposé pendant le confinement, a de beaux jours devant lui.

Et si la pandémie de Covid-19 avait aussi des effets positifs ? Une question qui peut sembler incongrue mais qui prend tout son sens dans le domaine de l'éducation et de la formation. L'explosion du télétravail et la fermeture des lieux d'enseignement universitaire ou centres de formation favorisent l'usage des outils digitaux pour apprendre et se former à distance.  « La crise a forcé les acteurs traditionnels à basculer sur le on line en quelques jours. On s'aperçoit que certaines écoles étaient mieux préparées que d'autres. Plusieurs ont d'ailleurs dû s'appuyer sur des plateformes privées, comme Openclassrooms, qui proposent gratuitement des contenus et des fonctionnalités de suivi des étudiants. Plus de mille établissements ont saisi cette opportunité » explique Véronique Jacq, directrice du Pôle Digital Venture de Bpifrance.

Malheureusement, certaines de ces institutions se sont contentées de reproduire on line leur mode d'enseignement classique en proposant des cours en vidéoconférence. Elles n'ont donc pas encore compris la nature du e-learning : « on ne peut pas se contenter de laisser un prof dérouler son cours en vidéo. Il faut changer ses méthodes pédagogiques en proposant des projets aux étudiants, en leur apprenant à travailler en équipe et à interagir entre eux » analyse Véronique Jacq. Universités, grandes écoles et instituts de formation vont devoir développer une nouvelle offre on line dans une logique de « blended learning » (formation mixte) qui mélange cours en ligne et réunions présentielles. « C'est un véritable changement de paradigme » estime la directrice du Pôle Digital Venture de Bpifrance.

Le e-learning va s'installer dans la durée

Ces méthodes fondées sur le digital devraient s'installer dans la durée, pour répondre aux besoins croissants de formations, et parce que les étudiants ne se contenteront plus des cours classiques. La crise économique qui va suivre cette crise sanitaire va conduire les étudiants et les demandeurs d'emploi à rechercher encore plus les formations susceptibles de leur procurer un travail, particulièrement dans les métiers en tension du numérique et du marketing. C'est pourquoi les enseignants vont devoir se former à cette nouvelle manière de transmettre les connaissances. Openclassrooms, dont Bpifrance est actionnaire, a par exemple créé un parcours d'enseignement à distance (how to teach on line) à destination des professeurs et formateurs. Ce parcours peut être défini en commun avec plusieurs établissements, comme Openclassrooms l'a fait avec Centrale Paris et l'Ensae dans la data intelligence. Les écoles viennent avec les connaissances académiques de leurs professeurs et la start-up apporte son savoir-faire de e-learning. Un partenariat qui a débouché sur des diplômes reconnus par l'Etat de niveau Bac +3 et Bac +5. La formation continue devrait également bénéficier de l'enseignement on line.

D'ici 2030, un milliard de personnes va devoir se former à des métiers qui n'existent pas encore selon le World Economic Forum. Une problématique de masse qui va rendre le e-learning incontournable grâce à sa flexibilité. « De plus, le numérique permet une personnalisation en apportant à chacun une formation adaptée à ses besoins » ajoute Véronique Jacq. Grâce en particulier aux mentors, ces experts qui assurent le suivi des étudiants, qui ne sont pas uniquement des enseignants mais aussi des professionnels formés à la pédagogie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :