Comment atteindre les objectifs de la COP 21 ?

Les experts et climatologues ont identifié plusieurs causes au réchauffement climatique. Lors de la COP 21, le GIEC a émis des solutions et un plan d’action pour les années à venir. D’autres acteurs dont un économiste soumettent des solutions alternatives.

4 mn

Plusieurs pistes sont envisagées pour lutter face au réchauffement climatique
Plusieurs pistes sont envisagées pour lutter face au réchauffement climatique (Crédits : Reuters)

Menahem David Smadja, économiste a émis des solutions macro-économiques basées sur la gestion des défis humains du 21e siècle.

« Les bouleversements des 70 dernières années, tant au niveau industriel qu'au niveau technologique, ont amené les êtres humains à changer totalement leur façon de se comporter à vis d'eux même et vis-à-vis des autres ».

Les causes du réchauffement climatique

Tout au long de l'histoire, la terre a connu de nombreux changements climatiques dus à des causes naturelles. Il lui parait évident que le changement climatique est davantage la conséquence des actions humaines.

Nous pouvons constater tous les jours que son impact est considérable sur l'environnement et sur l'Homme.

Certains domaines reposent presque entièrement sur la combustion des énergies fossiles « le chauffage, les transports motorisés, la production électrique, les cimenteries » bien que l'on puisse compter sur de nombreuses évolutions technologiques qui en limiteront l'usage.

Selon l'ONU, cette année le thermomètre affichera les températures les plus hautes jamais enregistrées depuis le 19e siècle.

Les différents scénarios pour atténuer réchauffement climatique

Le rapport du 6 novembre a servi de base pour les discussions entre les pays réunis à BONN. Il avait pour but de consolider les accords de PARIS, en mettant en avant les menaces croissantes qui pèsent sur notre environnement.

Le GIEC (Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Évolution du Climat) se base sur six scénarios plus ou moins polluants pour décrire le climat du futur.

Cela leur permet d'aboutir à de meilleures estimations : un réchauffement global de 1,8 à 4 degrés en 2100.

Scénario 1 :

+1,8 degré, c'est le moins polluant, il décrit un monde convergent où la population culmine au milieu du siècle et décline.
Les solutions sont orientées vers une viabilité économique et sociale, sans aucune autre initiative pour gérer le climat.

Scénario 2 :

+2,4 degrés, le GIEC met l'accent sur une croissance rapide où l'économie s'appuie sur des énergies autres que fossiles en utilisant des technologies plus efficaces .

Scénario 3 :

+2,4 degrés, le monde met l'accent sur les solutions locales en se dirigeant vers des solutions où la viabilité économique, sociale et environnementale devient la norme.

Scénario 4 :

+2,8 degrés, une croissance très rapide s'appuyant de façon équilibrée entre énergie fossile, énergie renouvelable et le nucléaire.
Dans ce scénario les nouvelles technologies sont introduites rapidement dans le processus de production limitant de fait la pollution.
C'est le scénario qui colle le plus aux prévisions de l'AIE (Agence Internationale de l'Énergie) pour les années 2050.

Scénario 5 :

+3,4 degrés, il décrit un monde hétérogène ou l'on met l'accent sur l'autosuffisance et la préservation des particularismes locaux.
La croissance économique a une orientation régionale.

Scénario 6 :

+4 degrés, il décrit un monde avec une croissance rapide et qui recourt très fortement aux énergies fossiles (charbon, pétrole, etc.)

Une nouvelle piste d'amélioration

Partant de cette situation, Menahem David Smadja a réfléchi sur une solution innovante.

Sur son site web, il développe une vision alternative pour un futur du monde plus équitable. Il propose d'instaurer un jour de repos supplémentaire hebdomadaire basé sur l'équation suivante : 52 semaines par an et 15 jours fêtes fériées feraient 70 jours par an, soit 20% de l'année totale.

Il estime que ce jour de repos hebdomadaire réduirait de 20% la pollution du fait de la baisse de l'activité humaine. Il pense que ce repos supplémentaire aurait des conséquences sur la croissance mondiale. Le déficit économique serait comblé par d'autres avantages :

- Pour soi-même : les individus ayant ce rythme de vie seraient en meilleure santé, auraient une meilleure productivité et moins d'arrêts de travail. Cela devrait générer moins de frais médicaux.

- Pour sa famille : en adoptant ce mode de vie, nous serions moins soumis au stress et nous devrions être plus à même de nous impliquer dans l'éducation de nos enfants. Ils seraient mieux éduqués et certainement moins déséquilibrés.
Le fait d'être moins stressé devrait également en résulter moins de séparations.

- Pour ses amis : plus de relations, « des réseaux réels » où l'entraide et la solidarité seraient la norme.

Pour limiter les conséquences négatives des changements climatiques, les scientifiques estiment que le réchauffement de la terre ne peut dépasser 2°C par rapport au niveau de la température d'avant la révolution industrielle, mais nous nous dirigeons de plus en plus en vers le seuil critique de 1,5°C.

Il est persuadé qu'il existe des solutions naturelles et met l'accent sur l'engagement personnel qui devrait à terme déboucher sur des lendemains meilleurs pour la terre et pour nos enfants.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.