L'actualité à l'honneur dans le 3e Festival du Film Politique

 |   |  799  mots
(Crédits : DR)
Fondé par Karl Zéro, Jérôme Paoli, Daisy d’Errata et Anne-Catherine Mendez, le Festival du Film Politique vous propose pour sa 3e édition un week-end cinématographique qui ne manque pas d’audace. Tous les sujets brûlants qui ont dominé l’actualité en 2019 sont présents dans les oeuvres en compétition, qui se doit d’être le reflet du monde tel qu’il va, et tel que les talents d’aujourd’hui le racontent.

L'engagement des réalisateurs, la qualité de leurs films inspirés, puissants, libres va vous interpeller, vous bouleverser, vous émouvoir. Au total, ce sont six long-métrages de fiction et six documentaires internationaux qui seront projetés durant ces trois jours de Festival, entre le Centre Culturel et la Cinémathèque de Corse.

Une sélection cinématographique riche et actuelle

Le film d'ouverture sera Les Misérables de Ladj Ly. L'histoire parle de Stéphane tout juste arrivé de Cherbourg qui intègre la Brigade Anti Criminalité de Montfermeil dans le 93. Il découvre les tensions entre les différents groupes du quartier, et ne peut qu'être choqué par les interventions trop musclés de ses confrères ... Ce chef d'œuvre qui a reçu le prix du jury au Festival de Cannes, retrace les choses vécues que Ladj Ly, originaire de Montfermeil, a filmé pendant cinq ans au cœur de son quartier.

Ernesto dans Nuestras madres de César Díaz nous emmène au Guatemala lors des procès militaires de 2018 qui suivirent la guerre civile. Dans « Freedom » Rodd Rathjen découvre l'horreur de l'esclavagisme moderne au Cambodge. Dans « Lillian », l'autrichien Andreas Horvath suit une jeune émigrante russe échouée à New York qui décide de rentrer à pieds dans son pays natal. Dans XY Chelsea, Tim Travers Hawkins filme Chelsea Manning, ex-soldat devenu femme, qui a divulgué à Wikileaks 750 000 documents sur les agissements de l'armée américaine en Irak. A sa sortie de prison, la lanceuse d'alerte accompli sa transformation en femme. Avec Zero impunity, Nicolas Blies et Stéphane Hueber-Blies invente un nouveau genre, le « transmédias » qui mélange audacieusement investigation et animation pour témoigner des violences sexuelles en temps de guerre.

La parité dans le jury

Le lauréat 2019 du Meilleur Film Politique recevra notre trophée napoléonien décerné par un jury composé de « fortes » personnalités indiscutables, autant de femmes et d'hommes issus de tous les univers : artistique, politique, littéraire...

Ce jury sera présidé par Marthe Keller. Comédienne suisse, elle a suivi des cours à l'École Stanislavski de Munich. Elle apparait au grand écran dans Le Diable par la queue et Les Caprices de Marie de Philippe de Broca. C'est la série télévisée La demoiselle d'Avignon qui l'a révélée au grand public, lui ouvrant les portes d'Hollywood où elle a côtoyé de nombreuses stars comme Dustin Hoffman, Marlon Brando, Clint Eastwood ou Al Pacino.

La séance spéciale mettra à l'honneur « Les Hirondelles de Kaboul » de Zabou Breitman et Éléa Gobbé-Mévellec, adapaté du roman de Yasmina Khadra.

Le documentaire, un nouvel angle sur l'actualité

Les documentaires, en compétition pour le Prix des Médias décernés par un jury de journalistes, présidé par Pascal Perrineau de Sciences-Po, mettent tous en lumière un sujet poignant et terriblement actuel. Une autre façon de décrypter l'actualité.

Alison Klayman retrace le parcours du stratège de Donald Trump dans Steve Bannon, le Grand Manipulateur figure emblématique de l'extrême-droite américaine. Dans Le départ de monsieur Hulot Agnès Pizzini et Karim Rissouli nous font découvrir les coulisses de la démission de l'ancien Ministre de la Transition Écologique. « Les présidents et l'art » réalisé par Thibaut Sève raconte comme son nom l'indique l'intérêt pour la culture des Présidents de la Vème République. Dans Toutes solidaires Anne Gintzburger traite du phénomène de société qui a touché la France cette année, les gilets jaunes et tout particulièrement les femmes qui se sont mobilisés. Dans Anthropocène, L'époque humaine Jennifer Baichwal et Nicholas De Pencier ont parcouru le monde pour nous montrer que les activités humaines laissent une empreinte sur notre planète. Le réalisateur insulaire Francescu Artily nous fait voyagé en Louisiane dans Island Road pour montrer un peuple qui fait face à la disparition de son île à cause de la montée des eaux, des ouragans et des changements climatiques.

Le Festival du Film Politique, c'est également une exposition consacrée à l'Art préféré de chacun des présidents de la Ve République, ainsi qu'une Master Class sur un thème clivant, « La réalité dépasse-t-elle la fiction en politique ? » animée par Laurent Kupferman, avec François de Rugy, Jean-Vincent Placé, Xavier Durringer, Bernard Werber, Karl Zéro et Pascal Perrineau. Une séance de dédicaces avec brunch se tiendra également le matin du dimanche 27 octobre.

Un événement qui offrira de savoureux moments de convivialité, de partages, de rencontres et bien sûr...de débat politique, pour le plus grand plaisir du public.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :