« Spark the Change » repense l'avenir du travail

 |   |  783  mots
(Crédits : Spark The Change)
La conférence internationale qui veut « inspirer le changement » débarque à Paris. Elle a réuni le 26 juin nombre d’experts et d’entrepreneurs qui transforment les organisations à travers leurs innovations disruptives et leurs réflexions sur l’entreprise de demain.

Inspirer le changement. C'est avec cet objectif que la conférence « Spark the Change » s'est installée le 26 juin pour la première fois à Paris, après avoir déjà investi plusieurs grandes villes du monde, pour une journée de conférences autour de l'avenir du travail. A l'heure où le numérique bouscule des pans entiers de l'activité des organisations et transforme les plus traditionnelles, l'événement lancé en 2014 à Londres par Helen Walton et ses associés de Gamevy, avec le soutien de Wemanity, devenu depuis l'organisateur, a réuni au Théâtre de la Madeleine de nombreux experts et chefs d'entreprises innovantes venus partager leur vision sur comment construire l'entreprise de demain, libérer le potentiel des talents et allumer la flamme de la disruption. Extrait de quelques retours d'expérience.

Culture de penseurs créatifs

Comment construire une culture de penseurs créatifs ? Car elle ne naît pas toute seule. C'est aux managers de créer un environnement propice, a souligné Franck Le Tendre, managing director EMEA de Dropbox. L'entreprise spécialiste du stockage et du partage de fichiers a ainsi mis en place un document dans lequel les collaborateurs sont encouragés à noter leurs idées sur la façon de travailler au mieux avec les autres. Parmi d'autres outils clé de tout travail collaboratif, un espace numérique dans lequel les salariés peuvent trouver toutes les informations liées à un projet. Les maîtres mots au sein de cette pépite californienne créative étant la diversité et l'« empowerment », autrement dit, le fait d'encourager les collaborateurs à la prise de risques et à la recherche de solutions, avec, pour ce faire, le développement de la résilience.

UX design, bots... une transformation en marche

Autre aspect d'une transformation du travail en marche à l'heure du changement de paradigme, le processus de conception et les principes mêmes du design. Souvent, la règle des start-up en la matière est « fais pour de faux avant de faire pour de vrai », autrement dit, réaliser des « prétotypes », qui testent le concept avant leur construction, plutôt que des prototypes qui, eux, exigent davantage de temps et d'investissement, d'après Sylvie Daumal, spécialiste de l'UX design et cofondatrice de l'agence Wedigitalgarden.

La rencontre du dialogue et de la technologie a, quant à elle, donné naissance aux bots, ces interfaces conversationnelles capables de prendre en charge certaines tâches répétitives, notamment dans la relation client. Ils ne sont pas moins utiles dans l'éducation, en tant qu'assistants capables de traiter un grand nombre de questions, tandis que les « bots for good » aident par exemple les personnes souffrant de problèmes de santé mentale, en leur permettant d'échanger en tout anonymat. En automatisant les tâches répétitives, les bots peuvent faire économiser du temps et en libérer pour permettre aux humains de travailler sur des problèmes plus larges, a insisté Anamita Guha, product manager chez IBM Watson.

Compétence essentielle à toute innovation

Si l'innovation exige nombre de compétences, l'une d'elles s'avère essentielle : la curiosité. Le désir d'en savoir plus a été le moteur du progrès depuis l'aube de l'humanité, a rappelé Nadia Laurinci, PDG de Laurinci Speakers. D'ailleurs, un cerveau curieux rime avec optimisme, grandes idées et découvertes... Parmi les entreprises qui valorisent particulièrement la curiosité se trouve le géant Google, qui, d'après l'intervenante, a mis cette qualité au cœur de son processus de recrutement et en a fait sa culture d'entreprise. Les collaborateurs consacreraient ainsi 20% de leur temps au développement de projets qui suscitent leur curiosité...

Impact positif des relations

Pour sa part, Charles Chantala, Directeur des ventes chez Indeed, a mis en lumière l'importance des interactions sociales au travail. Non seulement les bonnes relations sont la première raison pour laquelle un collaborateur reste dans une entreprise, mais elles ont également un impact positif sur la santé et le bien-être, ce qui, en conséquence, influence positivement les résultats de l'entreprise. Ses conseils aux entreprises ? Essayez de construire une communauté. Les hackathons, qui réunissent des geeks pendant 24 heures, peuvent être un moyen efficace... Enfin, autre « truc » : mettre l'accent sur les qualités personnelles dans le processus de recrutement, et pas seulement sur les compétences techniques, ou encore considérer les candidats comme des « clients » avant tout.

Création de l'agilité dans une organisation par la « ludification » et outils collaboratifs au travail, telle la plateforme Slack, ont été autant d'autres thèmes abordés lors de cette première édition parisienne de « Spark the Change », qui s'est employée à allumer l'étincelle du changement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :