Anne Lechaczynski, des Etats-Unis à la Verrerie de Biot

 |   |  471  mots
Anne Lechaczynski, PDG de la Verrerie de Biot.
Anne Lechaczynski, PDG de la Verrerie de Biot. (Crédits : Norbert Huffschmitt)
Chaque semaine La Tribune et son partenaire Bpifrance vous font découvrir une femme créatrice d'entreprise dans nos régions. Anne Lechaczynski dirige l'entreprise familiale La Verrerie de Biot, à l'origine des fameux verres bullés, tout en valorisant sa région, la Côte d'Azur.

Petit village perché en haut d'une colline, Biot s'est développé au rythme de sa verrerie installée par la famille Monod en 1956. En 1973, les Lechaczynski, une autre famille de la région, reprend l'affaire, à sa tête, Danièle. Sa fille Anne, un diplôme de gestion et marketing à l'Institut supérieure de gestion de Paris en poche, part sur ses conseils, en 1986, aux Etats-Unis. Dix ans plus tard, la marque familiale est implantée sur le territoire outre-atlantique grâce à Biot Inc. Anne Lechaczynski revient en France pour prendre les rênes de la verrerie et continuer à développer l'entreprise à l'internationale, avec son frère. S'inspirant de sa mère qui imagina la présentation de leurs productions dans un environnement propice au rêve, la table provençale, Anne se lance dans la valorisation des atouts de sa région : l'art de vivre. La verrerie, ouverte depuis ses premiers jours au public, vit en effet principalement du tourisme industriel qui représente 75% de son chiffre d'affaires. Elle participe ainsi au Conseil des entrepreneurs, à la Chambre des commerces de Nice, à l'Union patronale, au Conseil du commerce extérieure de la France et au conseil économique de la métropole. L'entreprenariat n'est à son avis pas assez soutenu en France, ces participations lui permettent aussi de devenir la porte-parole des PME auprès du gouvernement. Son engagement lui permet d'étoffer son réseau, elle qui « aime travailler en meute ». En 2013, Bpifrance lui accorde un prêt à l'innovation pour développer du verre luminescent avec le maître verrier Jean-Claude Navarro. « Au-delà de l'aspect financier, être membre du réseau excellence de Bpifrance ouvre des opportunités exceptionnelles, tient-elle à préciser. Il permet d'accéder à des formations et de partager des expériences entre personnes de confiance ».

Pour continuer à développer l'entreprise familiale, Anne Lechaczynski exploite les outils de son époque. Un nouveau site internet sera bientôt mis en ligne avec une large section dédiée au e-commerce. Il arborera la nouvelle image de l'entreprise à l'origine du verre bullé. Entre tradition et innovation, elle racontera des histoires. Celle de Eloi Monod, céramiste qui s'installa par amour à Biot où il y créa le premier four à verre. Celle de ses parents, entrepreneurs et amis des Monod. Celle de son frère Serge qui dirige le musée et la galerie de la verrerie.

Depuis deux générations, et grâce à leur vision prospective, les femmes Lechaczynski réussissent à allier savoir-faire ancestral et innovation, malgré les intempéries qui touchèrent la verrerie en 2015 et détruisirent 60% de la production, malgré une joint-venture qui périclita à la fin des années 80, malgré les difficultés propres aux petites entreprises. Le maître verrier Eloi Monod n'a-t-il pas créé l'identité de la verrerie sur un défaut, la bulle d'air ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :