Bandeau Women For Future

Juliette Rapinat-Freudiger entreprend dans la petite enfance

 |   |  321  mots
(Crédits : DR)
Chaque semaine La Tribune et son partenaire Bpifrance vous font découvrir une femme créatrice d'entreprise dans nos régions. Juliette Rapinat-Freudiger a racheté Loxos, société de production et de distribution de mobiliers pour crèches et hôpitaux. Sa stratégie ? Pérenniser la marque et innover.

Après avoir dirigé les services marketing de plusieurs grands groupes de luxe puis de PME, Juliette Rapinat-Freudiger décide de racheter la société Loxos spécialisée dans la production et la distribution de mobiliers pour crèches et hôpitaux. Son esprit de liberté n'était pas compatible avec le salariat, explique-t-elle, tandis que le plafond de verre, bien réel, ne lui permettait pas d'assouvir ses ambitions professionnelles. Plutôt que de lancer son entreprise, elle décide de reprendre l'affaire d'un couple d'amis qui avait créé un nouveau marché dans les années 90. Dès 2008, Juliette Rapinat-Freudiger et son mari Michel développent de nouveaux outils de gestion pour organiser les données, créent une nouvelle équipe commerciale, refondent les outils marketing et exportent leurs produits vers l'Allemagne et le Moyen-Orient.

« Pour faire face à une concurrence qui se développe, il faut sans cesse innover, faire progresser le produit en étant à l'écoute du marché, de nos utilisateurs. » Pour cela, Juliette Rapinat-Freudiger fait appel aux compétences de son mari architecte pour faire évoluer le design et l'ergonomie du mobilier. La société a aussi signé un contrat de partenariat avec le fondateur de NateoSanté pour distribuer ses purificateurs d'air. Ce rapprochement permet à son entreprise de se focaliser sur un nouvel aspect du bien-être au travail et dans les lieux d'accueil de la petite enfance, alors que le gouvernement a signé en 2015 un décret obligeant les établissements recevant un public sensible à surveiller la qualité de l'air intérieur.

Dès le rachat de Loxos en 2008, Bpifrance a pris une participation au capital et garanti ses prêts bancaires. L'entreprise a aussi sollicité la banque publique d'investissement pour des projets d'innovation technologique. Enfin, Juliette Rapinat-Freudiger profite de ses formations. « Les patrons de PME sont très isolés. Etre membre du réseau Bpifrance Excellence est donc un privilège et une nécessité. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :