Grand Prix - Vincent Marichez : Qfluidics chouchoute la production bio-pharmaceutique

Grand Prix i-Lab 2020, Vincent Marichez est porteur d'un projet de pompe extrêmement douce pour les liquides fragiles. Son secret ? Le ferrofluide. Explications.

3 mn

(Crédits : DR)

Difficile d'arrêter Vincent Marichez tant il est enthousiaste ! Il explique d'une seule traite comment il a co-fondé, en mai 2019, la start-up Qfluidics, avec Thomas Biellmann, docteur en chimie, et Thomas Hermans, professeur de chimie à l'université de Strasbourg. Comment sa thèse, à la suite de ses études d'ingénieur à l'école européenne de chimie polymères et de matériaux de Strasbourg, portait, à l'université de Strasbourg, sous la direction de Thomas Hermans, sur le contrôle d'assemblages supramoléculaires, et enfin, comment, après avoir assisté, avec Thomas Hermans, à une conférence d'un professeur de Trinity College (Dublin), au cours de laquelle ce dernier détaillait les principes des tubes liquides, ils ont été séduits. Et surtout, comment ils ont décidé d'aller plus loin...

Lire aussi : Grand Prix - Christoph Spuhler : Un robot pour assister la micro-chirurgie rétinienne

Rupture technologique unique au monde

« L'huile dans l'eau ne se mélange pas, explique Vincent Marichez. Si l'on utilise le ferrofluide, un liquide magnétique, et si l'on contrôle bien le champ magnétique, alors on peut donner à ce liquide la forme que l'on souhaite ». Comme celle d'un tube, dans lequel pourra passer un autre liquide, les deux ne se mélangeant pas. Une rupture technologique unique au monde et brevetée. « Nous changeons vraiment la donne ! », s'exclame le chercheur devenu entrepreneur. De fait, cette technique permet de supprimer les contacts entre un liquide et la surface d'un tube ordinaire, contacts qui d'ordinaire abîment, par le frottement, les liquides qui passent dans le tube.

Or nombre de produits, notamment des cellules vivantes pour la production de bio-médicaments, sont fragiles. Au point que les laboratoires pharmaceutiques sont victimes de dégâts subis par les cellules lors des phases de pompage - « ils peuvent perdre jusqu'à 60% des produits, précise Vincent Marichez - ce qui empêche évidemment ces industriels d'atteindre leurs objectifs de rendement de production. Il s'agit donc, pour les produits qui nécessitent un pompage extrêmement doux, de développer une pompe à destination des industriels du secteur basée sur la technologie des tubes liquides. C'est ce dossier, issu d'un projet de maturation SATT Conectus (qui a financé le laboratoire de Thomas Hermans pour développer cette technologie) et préparé avec le soutien constant de l'incubateur SEMIA, qu'a récompensé le jury du concours i-Lab, porté par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

Lire aussi : Grand Prix - Georges-Olivier Reymond : Faire briller la France dans l'informatique quantique

« Le graal, à horizon 2030, est de développer une pompe pour le sang, produit très fragile, de même que pour des bio-médicaments », précise Vincent Marichez. Entre temps, si tout se passe bien en termes d'essais cliniques, une première pompe devrait être mise sur le marché fin 2023. Elle sera le fruit d'un partenariat entre l'université de Strasbourg, le CNRS et Trinity College. Et alors que Qfluidics est en pleine levée de fonds, le succès au concours i-Lab arrive à point. L'argent versé par le ministère va « permettre de tester en réel, puis de passer à la phase d'industrialisation », se réjouit Vincent Marichez. Une perspective qui devrait séduire les investisseurs.

Déjà, une bourse French Tech Emergence de Bpifrance, associée à une subvention de la région Grand Est, a permis l'embauche de quatre personnes à temps plein pour travailler en laboratoire sur le prototype de pompe. Restera ensuite à obtenir les certifications des autorités réglementaires compétentes avant de mettre la pompe sur le marché. « Ce qui est un vrai défi, précise Vincent Marichez. Les autorités n'ont jamais, jusqu'à présent, certifié un tube liquide ! » Il est cependant confiant. Et voit Qfluidics leader du pompage de liquides fragiles en 2030 - juste au moment où la jeune pousse devrait avoir réussi dans sa quête du graal...

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.