L'ONU prend la défense de WikiLeaks au nom de la liberté d'expression

 |   |  168  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon la Haut commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, Navi Pillay, les pressions exercées sur les fournisseurs et partenaires du site WikiLeaks "peuvent être interprétées comme une tentative de censure contre la publication d'informations".

"Je suis préoccupée par des informations faisant état de pressions exercées sur des compagnies privées, dont des banques, des sociétés émettrices de cartes bancaires ainsi que des fournisseurs de site internet, pour qu'ils ferment leurs lignes de crédit pour des dons destinés à WikiLeaks". Ces propos tenus ce jeudi lors d'une conférence de presse par le Haut commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, Navi Pillay, devraient en agacer plus d'un à la Maison Blanche. 

D'autant que Navi Pillay, pointe du doigt les éventuelles failles juridiques de l'activisme supposé des Etats dans leur lutte contre WikiLeaks : "Il n'est pas encore défini si les mesures prises par des compagnies privées enfreignent les obligations des Etats sur les droits de l'Homme garantissant le respect de la liberté d'expression. (Mais) elles peuvent être interprétées comme une tentative de censure contre la publication d'informations, et pourraient potentiellement constituer une violation du droit à la liberté d'expression de WikiLeaks" a-t-elle expliqué aux journalistes.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2010 à 21:22 :
Mastercard et VISA n'ont pas de problème avec Le KluKlux Klan et la scientologie (achat en ligne ou dons sur ces sites via Mastercard/Visa)) mais considèrent Wikileaks illégal...
Je vous laisse conclure...
Triste monde...
a écrit le 09/12/2010 à 20:21 :
J.Assange en permettant la diffusion de ces "wikileaks" via la presse, a fait faire un grand bond en avant au journalisme d'investigation, un bond qui peut se mesurer à l'aune des réactions d'hommes politiques pris la main dans le sac par des diplomates douées d'une rafraîchissante appréciation du monde et de ce qui s'y passe vraiment. Ne mériterait-il pas le prix Pulitzer ?.
Réponse de le 10/12/2010 à 4:51 :
Un exemple, il y a quelques temps le dirigeant d'une société qui fabrique des micro ordinateurs, à critiqué ouvertement la technologie Flash de la société Adobe, et bien il suffit de flâner sur les différents sites consacrés à cette marque d'ordinateur pour s'apercevoir que tout à été fait et écrit pour attiser la haine de Flash avec des commentaires sidérants dans les blogues de ces sites. Et ce n'est pas la première fois que ce genre de comportement est attisé, il y a même eu un appel à la rafle des utilisateurs des services Google voir à l'appel au meurtre des deux fondateurs.
Et cela n'était que pour de basses questions technologiques, alors imaginez pour des questions autrement plus graves comme pour la paix des peuples.
La diplomatie à été inventée pour tempérer ou rattraper l'impétuosité de nos dirigeants afin d'éviter que nous ne nous tapions pas sur la gueule pour un oui ou pour un non, ce qui n'empêche pas nos dirigeants et gouvernants d'en penser pas moins.
Mais il en est qui au contraire préfèrent jeter de l'huile sur le feu pour attiser les haines ou provoquer les conflits.
Pas certain que toute la vérité soit dite pour la bonne marche de notre planète.
a écrit le 09/12/2010 à 18:34 :
Tu m'étonnes mon paulo, vaut mieux les amadouer, car les révélations sur l'ONU pourraient être du même genre voir peut être pire c'est tellement le grand amour chez les nations si bien Unies, et il y a tellement d'ambassadeurs dont on ne sait pas trop l'utilité si ce n'est de toucher le chèque (gros) chaque mois
Réponse de le 29/12/2010 à 14:21 :
comme disait Alexandre Astier dans un épisode de l excellente serie Kamelott quelques soit la langue quand il s'agit de se foutre sur la tronche on finit toujours par s entendre ...à méditer

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :