États-Unis : la vie privée des internautes vendue sans leur autorisation

 |  | 455 mots
Lecture 2 min.
Les fournisseurs d’accès internet américains pourront continuer de vendre sans autorisation les informations des internautes, comme leur géolocalisation ou toute information issue de leur historique de navigation.
Les fournisseurs d’accès internet américains pourront continuer de vendre sans autorisation les informations des internautes, comme leur géolocalisation ou toute information issue de leur historique de navigation. (Crédits : © Kacper Pempel / Reuters)
Le Congrès américain autorise les fournisseurs d'accès internet à vendre les informations des internautes à des tiers, sans leur autorisation. Parmi les données concernées figurent la géolocalisation, mais aussi l'historique de navigation.

L'historique de navigation des internautes américains pourra continuer d'être vendu à des tiers sans leur autorisation. Une semaine après le Sénat américain, la Chambre des représentants a voté mardi pour abroger une loi de l'administration Obama. Celle-ci avait été approuvée en octobre dernier par la Commission fédérale des communications (FCC). Les représentants ont adopté la mesure d'abrogation à 215 voix pour, 205 contre.

Protectrice pour la vie privée des internautes, la loi obligeait les fournisseurs d'accès internet (FAI) à obtenir l'accord de leurs clients avant d'utiliser leurs données de géolocalisation, financières, de santé ou toute information issue de leur historique en ligne - qui peut révéler des informations sensibles comme l'appartenance religieuse ou l'orientation sexuelle.

"Ces informations comptent parmi les détails les plus intimes de la vie d'une personne. Les consommateurs doivent pouvoir contrôler ce que les entreprises font de ces informations", a expliqué Natasha Duarte, de l'association Center for Democracy and Technology. L'abrogation de ce texte, qui n'était pas encore entré en vigueur, a suscité un vif débat aux États-Unis, où des associations s'inquiètent de la dissémination potentielle de ces informations personnelles. Le président du groupe Free Press, Craig Aron, a noté le silence de nombreux groupes de la Silicon Valley sur le sujet, qu'il explique par les bénéfices tirés par ces derniers de l'exploitation des données confidentielles.

Soutien de la Maison-Blanche

C'est une victoire pour les opérateurs américains AT&T, Comcast et Verizon, qui s'étaient opposés à cette loi. La Maison-Blanche a annoncé mardi que le président Donald Trump soutenait fermement l'abrogation des règles de l'administration Obama. Dans un communiqué, le gouvernement actuel explique que cette règle créait une différence de traitement entre les FAI et les sites et moteurs de recherche, tels que Google ou Facebook, qui ne sont pas soumis aux mêmes obligations. Les sites internet sont régis par des normes moins restrictives que les opérateurs, sous l'autorité de la Commission fédérale du Commerce (FTC, Federal Trade Commission) plutôt que de celle des communications (FCC).

Le nouveau président de la FCC, Ajit Pai, nommé président de l'agence en janvier par Donald Trump, a salué la décision du Congrès qui met fin à des règles privilégiant "un groupe de sociétés" au détriment d'un autre. Déjà membre de la FCC depuis 2012 avant d'en être désigné président par Donald Trump, il a rappelé qu'il s'était opposé en 2016 à la décision de sa propre agence qui avait été prise à la majorité des votes.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2017 à 0:01 :
Un scandale! Ils vendent ce qui ne leur appartient pas au premier venu pourvu qu'il paie.
a écrit le 31/03/2017 à 11:53 :
Ils vendent les client aussi? Ca pourrait aider le business en fournissant de gros bénéfices.
On n'a pas assez étudié le taux de profit des société esclavagistes et pourtant c'est imbattable.
<Allez encore un petit effort d'imagination.
a écrit le 31/03/2017 à 9:44 :
Sarkozy a bien vendu nos informations liées à nos cartes crises aux assureurs et aux constructeurs automobiles et je ne l'ai vu sur aucun média de masse comme la privatisation des écoutes téléphoniques.

Ils savent que les gens sont contre du coup ils le font en douce puis laissent le temps se dérouler afin qu'au final tout le monde trouve cela normal, du moins plus personne ne s'en étonne.

Technique oligarchique classique.
Réponse de le 31/03/2017 à 13:05 :
Malheureusement vrai. Le seul moyen de lutter (peut-être) est d'entrer en résistance passive : pas de réseau sociaux, pas d'objets connectés, pas de paiement sans contact etc ... Mais quand on voit autour de soi tant de personnes accrochées à leur smartphone, j'ai un doute sur le courage des gens à retourner en masse à un simple téléphone portable !
Réponse de le 31/03/2017 à 17:14 :
Les gens sont lessivés par une société qui leur demande de travailler toujours plus pour gagner toujours moins, par ailleurs la vie nous dresse des barrières naturelles qui déjà ne sont pas faciles à franchir, ajoutez à tout cela des dettes et des crédits à rembourser et franchement on peut comprendre leur passivité aux gens. Et les pièges consuméristes sont tellement nombreux.

Le problème majeur c'est que tous les outils de production appartiennent à quelques personnes qui ont intérêt à ce que ce système injuste et inhumain perdure.

Je suppose que vous connaissez l'histoire de la grenouille et de la marmite. Remplissez une marmite d'eau bouillante et jetez y une grenouille, elle bondira immédiatement en dehors sauvant sa vie. Placez une grenouille dans une marmite d'eau froide et faites chauffer l'eau doucement, elle se sentira de mieux en mieux puis ayant de plus en plus chaud ses muscles s'engourdiront et elle finira par y rester.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :