Le RGPD, une vraie révolution... lente au démarrage

 |   |  1186  mots
Effrayés par les sanctions, les entreprises cherchent à limiter les failles de sécurité et les violations de confidentialité. Un travail de longue haleine qui met en difficulté les TPE-PME.
Effrayés par les sanctions, les entreprises cherchent à limiter les failles de sécurité et les violations de confidentialité. Un travail de longue haleine qui met en difficulté les TPE-PME. (Crédits : iStock)
Entré en vigueur en mai 2018, le règlement sur la protection des données force les entreprises à adopter un nouveau standard mondial, dont les bénéfices se feront sentir sur le long terme.

« En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. » La plupart des internautes ne remarquent même pas le petit bandeau discret situé en bas des pages Web, parfois sur fond gris, qui vise à obtenir, sans même un clic, le « consentement libre et éclairé » (sic) des utilisateurs pour la collecte et l'exploitation de leurs données personnelles. Si vous ne faites pas attention, tant pis pour vous : vous êtes quand même « consentant » aux yeux de la loi. Tel est le paradoxe du Règlement général sur la protection des données (RGPD), qui fêtera le 25 mai 2019 le premier anniversaire de son entrée en vigueur.

Sur le papier, le RGPD est un séisme : chaque entreprise ou organisation qui utilise des données personnelles de citoyens européens, de la TPE au grand groupe, doit désormais savoir recenser et justifier chaque traitement de données, en fonction « d'intérêts légitimes » encadrés par des exigences éthiques et de sécurité. Et ce, partout dans le monde, ce qui donne au texte une ampleur inédite. Pour le consommateur, ces traitements doivent être décrits de manière simple afin d'être acceptés ou refusés en toute connaissance de cause : c'est la notion de «...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2019 à 9:31 :
Une vaste hypocrisie de plus, pierre à ajouter à l'édifice gigantesque de bêtise liée à la sécurité sur internet alors que le principe "peer-to-peer" ne pourra jamais générer de sécurité totale sur la toile.

Mais le secteur marchand dont nos politiciens sont à la botte, n'a pas intérêt à ce que les gens le comprennent c'est évident.
a écrit le 17/04/2019 à 9:42 :
"Les bénéfices se feront sentir sur le long terme": Voilà ce que l'on dit quand on ne peut pas estimer que c'est une erreur possible!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :