Pas de grand bleu pour les comptes d'EuropaCorp

 |   |  352  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
L'exercice 2009-2010 du studio de production EuropaCorp de Luc Besson se traduit par un résultat net négatif et une marge opérationnelle divisée par 4,5. Le groupe ne prévoit pas de dividende.

EuropaCorp avait prévenu. Son exercice annuel 2009-2010 devait s'achever dans le rouge. Le groupe, déficitaire depuis son premier semestre, n'est pas parvenu à inverser la tendance et accuse un déficit de 9,8 millions d'euros contre 9,4 millions de bénéfice un an auparavant.

Mais la rentabilité opérationnelle du studio français de production et de distribution de films cofondé par Luc Besson a également pris un coup passant également en territoire négatif avec une perte de 16,2 millions d'euros (avant frais généraux). Rapportée au chiffre d'affaires, cette marge ressort à 3,4% contre 21,8% un an plus tôt, compte tenu notamment "du nombre important de films distribués sur l'exercice (18 contre 10 un an plus tôt, ndlr), de la performance décevante de certaines sorties de films en France (...)", explique le groupe dans son communiqué publié mardi soir.

Comme annoncé fin mai, le chiffre d'affaires a crû de 41,1% à 181,3 millions d'euros tout en étant inférieur aux anticipations.

Quant au dividende, le Conseil d'administration a décidé de proposer à l'Assemblée générale des actionnaires de suspendre ponctuellement son versement "afin de contribuer au finacement des investissements futurs (...)".

Le groupe annonce en outre que son catalogue a gagné de la valeur pour atteindre 128,1 millions d'euros au 31 mars 2010 contre 100 millions un an plus tôt. "Le développement du catalogue contribue à l'accroissement de la valorisation de l'entreprise sur le moyen terme", ajoute le communiqué.

En terme de perspectives, EuropaCorp vise moins de sorties de films et prévoit un strict contrôle de ses frais de structure (22,2 millions en 2009-2010 contre 20,5 millions lors de l'exercice précédent). La production de films à forte dimension internationale doit démarrer dès le mois d'août avec Lock-Out, thriller futuriste de Stephen St Leger et James Mather.

Grâce au rachat de Cipango, le studio va pouvoir entamer également le tournage des 13 épisodes d'une heure de "XIII - the series" pour la télévision.

Après un début de séance en trombe à la Bourse de Paris avec un gain de près de 5%, l'action a terminé en hausse de 2,83% à 5,09 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :