Information : les Français n'attendent pas (encore) tout d'Internet

 |   |  447  mots
Copyright Reuters
Les Français perdent progressivement confiance dans les médias, Internet compris. Paradoxalement, le public en demande de plus en plus au Web. Il n'attend plus seulement de l'information chaude, mais veut aussi approfondir et comprendre l'information, et se détourne de la presse quotidienne, jusque là dévolue à ce rôle.

La confiance dans les médias s'érode. Ce constat - peu étonnant - est fait par l'enquête annuelle de l'institut TNS Sofres pour La Croix. « C'est la tendance constatée depuis 5 ans », a lancé Edouard Lecerf de l'institut de sondage. Que ce soit la radio, les journaux ou la télévision, tous les médias subissent une perte de confiance des Français. Phénomène nouveau, Internet, qui affichait un baromètre de confiance jusque là en hausse, n'échappe plus au phénomène. Pour la première fois depuis 9 ans, (date à laquelle le média a été intégré dans la mesure), le pourcentage des Français estimant que « les choses se sont passées vraiment comme Internet le raconte » a reculé à 35%, soit deux points de moins en un an. « Il y a une petite rupture. Cela montre aussi que les gens ne prennent pas tout pour argent comptant, qu'ils ne sont pas dupes », indique Edouard Lecerf. Il faut dire que par rapport aux autres médias, Internet est « proposé aux sondés dans sa globalité ». Autrement dit, les internautes ont confiance dans ce qu'ils lisent sur les sites de médias traditionnels, et beaucoup moins sur le reste du Web.

Internet, le nouveau média de l'approfondissement
Autre phénomène, Internet n'est plus seulement le média de l'information chaude, du « breaking news », qui reste pour 69% du public l'apanage de la télévision. Le public, à 35%, y cherche désormais « des explications détaillées sur un événement". Il veut « comprendre un sujet de fond » et « les points de vue différents» sur une problématique donnée. Le taux était d'environ 10% en 2004. La presse quotidienne est plutôt délaissée par les Français : 9% des personnes interrogées la consulte pour s'informer, tandis qu'entre 20 et 25% des sondés vont y piocher des approfondissements sur l'actualité (contre entre 30 et 34% en 2004).

Les médias plus neutres avec Hollande qu'avec Sarkozy
Elément rassurant, le public considère à 50%, que les médias traitent l'actualité liée à François Hollande de façon neutre. Le taux était de 41% en janvier 2008 lors de la présidence de Nicolas Sarkozy. A l'époque, le public considérait à 37% que le traitement médiatique de l'ancien président était favorable. Aujourd'hui, la tendance s'est inversée, et 31% des Français ont l'impression que les médias sont plutôt « défavorables » au nouveau président socialiste. Enfin, les Français n'ont pas vraiment conscience de la gravité de l'état de santé de la presse : seulement 53% perçoivent qu'elle est en difficulté, et que cela peut représenter un danger pour la démocratie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2013 à 5:44 :
Il faut voir comment les médias sont devenus de simple relais de propagande au service du pouvoir. Par exemple que ce soit en Côte d'Ivoire, en Libye ou en Syrie, tous les médias nous ont servis la même propagande pour justifier ces guerres d?agression contre des pays souverains.
Quant à internet, la quasi totalité des articles n'a qu'une seule source: l'AFP. Or l'AFP tire 80% de ses revenus de marchés publics. Et elle compte trois représentants du gouvernement dans son conseil d'administration! Bonjour l'indépendance.
Bref les journalistes français n'ont plus aucune crédibilité à mes yeux. Ce ne sont que des pourvoyeurs de propagande dont le but est de manipuler l'opinion publique pour qu'elle ne s'intéresse pas aux vrais problèmes.
a écrit le 23/01/2013 à 5:19 :
"Enfin, les Français n'ont pas vraiment conscience de la gravité de l'état de santé de la presse : seulement 53% perçoivent qu'elle est en difficulté, et que cela peut représenter un danger pour la démocratie."

ok pour le constat. Par contre, pas du tout d'accord sur les conclusions.
a écrit le 21/01/2013 à 21:35 :
Les médias dans ce pays sont une honte pour la démocratie. Ils sont concentrés entre les mains de quelques grands groupes (lagardere, bouygues, dassault, ppr....) ce qui est naturellement un frein à l'indépendance. Les vrais sujets ne sont jamais abordés où alors dans un cadre pré-défini. La grande majorité de nos stars journalistiques sont copains comme cochons avec le pouvoir politique et économique. Bref, nous n'avons plus que des stagiaires dans les rédactions qui relaient des dépêches à longueur de journée. Comme disait l'autre "les vrais journalistes sont tous au chomage aujourd'hui..."
Nous vivons sous un despotisme eclairé ou l'art de faire croire à la liberté et à la démocratie.
Réponse de le 22/01/2013 à 5:41 :
Tout à fait d'accord ! Il y a certainement trop de chaînes et elles sont quasiment toutes à jeter (en restant poli !) hormis Arte, la Cinq, LCP et quelques programmes çà et là. Les spectateurs sont pris pour de vulgaires consommateurs. La pub coupe les films et émissions c'est inacceptable. Les chaînes d'infos type BFM TV et I-TELE sont quasi nulles, très peu d'analyses ni intervenants sérieux. De plus la maffia du foot les envahi. Pourtant la télé a un important rôle pédagogique, d'information, de formation, d'apprentissage notamment des langues etc. En plus ces chaînes coûtent cher. Bref l'audiovisuel est totalement à revoir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :