Fictions "made in France", pas si belle la vie

 |   |  371  mots
Plus belle la vie, ou la vie quotidienne du quartier marseillais du Mistral, s'approche de son 3000e épisode...
Plus belle la vie, ou la vie quotidienne du quartier marseillais du Mistral, s'approche de son 3000e épisode... (Crédits : DR)
Le crédit d'impôt dont bénéficient tant les créations audiovisuelles que le cinéma ne suffit pas à donner de l'audace aux producteurs de séries. L'arrivée de Netflix provoque une vague d'autocritiques... constructives ?

« On ne fait pas assez de séries [...]. On est tous frileux, parce qu'on cherche les fictions qui marchent tout le temps. Or l'innovation, ça passe par des échecs, des erreurs », avait lancé Laurence Bachman, directrice générale adjointe de Telfrance, société productrice de la série télé "Plus belle la vie".

Également vice-présidente de la commission « fiction » à l'Union syndicale de la production audiovisuelle (Upsa), elle s'exprimait ainsi le 10 septembre dernier au Festival de la fiction TV de La Rochelle, soit quelques jours avant que Netflix ne débarque en France.

Les séries américaine toujours leader

Cette arrivée du champion américain de la fiction en vidéo à la demande par abonnement (SVOD) a déclenché une vague d'autocritiques dans le milieu de la production audiovisuelle française : « Manque de diversité », « Absence d'audace des producteurs », « Pas de prise de risque éditorial », « Décalage par rapport à la société française », « Censure sur certains sujets tabous », etc. Or Netflix - qui détient les droits exclusifs de séries françaises telles que Hemlock Grove, Narcos et F is for Family de Gaumont, Taxi Brooklyn d'EuropaCorp, ou encore Marseille de Federation Entertainment - pourrait sortir la production française de fictions de sa torpeur.

« Je veux faire de la France une championne de la fiction, afin de porter l'ambition du rayonnement de la création française dans le monde », a déclaré Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, lors de son audition à l'Assemblée nationale le 14 octobre, en citant comme exemple « la consécration des séries françaises comme Les Revenants ou Braquo » (séries produites respectivement par Haut et Court, et Capa Drama).

Car si la France tire son épingle du jeu dans les films d'animation, elle reste en revanche trop timorée dans les séries malgré quelques succès - comme actuellement Fais pas ci, fais pas ça d'Elephant - et le dispositif de crédit d'impôt mis en place il y a dix ans : selon nos calculs, les séries françaises ont touché 73,8 millions d'euros en 2013, répartis à quasi-parts égales entre crédit d'impôt « Cinéma » et crédit d'impôt « Audiovisuel ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/12/2014 à 18:17 :
"de séries françaises telles que Hemlock Grove, Narcos et F is for Family de Gaumont, Taxi Brooklyn d'EuropaCorp"... y'a personne que ça énerve que des séries dites "françaises" soient tournées en anglais????? Puis doublées? Ça pourrait pas être l'inverse? (tournées en français) PUIS doublées pour les marchés étrangers? C'est triste qu'on n'en parle pas plus...
a écrit le 29/12/2014 à 13:22 :
Le problème de la France...
Plutôt que de donner des subventions, qui au final n'aident pas à la création comme cet article le souligne, et où le contribuable est toujours perdant, mieux vaut alléger l'imposition sur le résultat pour les succès (le contribuable sera cette fois gagnant!).
A force de ne récompenser que les mauvais...
a écrit le 28/12/2014 à 8:46 :
Aucun scénario de Plus Belle La Vie n'est cohérent. Les jeux des comédiens ne sont pas crédibles une seule seconde. C'est d'une nullité affligeante. Si ça disparait du pré prime time sur la 3 ce sera avec plaisir.
a écrit le 28/12/2014 à 8:43 :
Plus Belle La Vie, c'est Dynastie, Dallas, Santa Barbara mistralisé.... C'est nul car ce n'est même pas en V.O. sous-titré.
a écrit le 28/12/2014 à 8:42 :
Quoi, les séries ont besoin du CICE pour montrer de l'audace ? Ca veut dire que le système seul séries télé n'est pas viable. Eh,bien, qu'on arrête tout ce cirque financier. STOP AUX SERIES QUI NE VALENT PAS UN KOPECK.
a écrit le 28/12/2014 à 8:40 :
Franchement, PLus Belle La Vie, ce n'est pas de la culture !
C'est un feuilleton basé sur les silences et les interprétations erronées de ceux qui entendent les paroles, mais qui ne répondent pas pour un suspense à soigner chez un psychiatre.
a écrit le 27/12/2014 à 18:04 :
Et puisqu'on parle de la France, alors laissez-moi vous glisser un mot d'un grand Français, aujourd'hui à moitié Russe et qui préfère plutôt éviter la France actuellement :
«Je n'aime pas les écologistes car ils ont fait de l'écologie un mouvement politique alors que ça devrait être une culture. Si on enseignait ces choses-là dans les écoles, ça serait beaucoup plus simple.»

Vous avez déjà compris de qui je parle : du grand Gérard Depardieu.
Si les Verts réfléchissaient sur ce mot de Gégé, peut-être que les choses pourraient changer. Mais la politique, vous savez, c'est la soif du pouvoir, rien d'autre que la soif du pouvoir, il suffit d'y tomber une seul fois on c'est pour la vie, on n'en lâche plus.
Réponse de le 28/12/2014 à 8:44 :
Beh justement vous feriez bien de retourner à l'école où on enseigne l'écologie. Pas l'écologisme, mais l'écologie. Depardieu n'est pas un gourou. C'est juste un mauvais acteur.
Réponse de le 28/12/2014 à 10:34 :
Merci pour cette précision. On peut en mesurer les effets sur les élèves, dont il est vrai majoritairement étrangers. Alors, à Marseille, c'est parfait pour ce faire.
Réponse de le 29/12/2014 à 23:00 :
"Beh justement vous feriez bien de retourner à l'école où on enseigne l'écologie. Pas l'écologisme, mais l'écologie. Depardieu n'est pas un gourou. C'est juste un mauvais acteur.":
bonjour le commentaire tarte.
a écrit le 27/12/2014 à 12:51 :
La culture est un produit de consommation comme les autres, il est grand temps que certains en prennent conscience.....
Réponse de le 27/12/2014 à 13:42 :
la culture permet une emprise sue le cerveau du peuple.
voila pourquoi les etats en veulent la maitrise par le biais de subvention.
la presse itou.
a écrit le 27/12/2014 à 12:30 :
Taxer pour produire des navets. Super l'exception culturelle française!! Encore de belles économies a faire.
a écrit le 27/12/2014 à 11:45 :
Spécificité culturelle et mondialisation ne font pas toujours bon ménage.
Certains se regardent le nombril persuadés d'être des génies en faisant du culturel franco/français et d'autres, comme Besson, produisent en pensant monde entier.
a écrit le 27/12/2014 à 9:34 :
Ici à Londres ce matin c'est le chaos généralisé à cause des chutes de neige. On se croirait en Russie mais je pense que là-bas doit être même plus organisé. Les aéroports sont bloqués, plus de vol, les services d'entretien des pistes sont débordés ; sur les routes et en ville c'est la cata….. la neige, une denrée pas tellement au menu quotidien des britanniques a fait son entrée avec force majeure et jusqu'à nouvel ordre c'est la PAGAILLE ! God save the Queen !! :-)
Réponse de le 27/12/2014 à 10:06 :
Le lien avec le sujet ?
Réponse de le 27/12/2014 à 10:27 :
Oups ! c'est vrai, me suis trompé de page…. :-)))
a écrit le 27/12/2014 à 9:05 :
Au pays de la subvention pour tout et pour n'importe quoi, la caste du show biz s'en met plein les poches en produisant de la m..... Bien Française et BoBo.... Il n'y a qu'à voir la médiocrité des présentateurs télé et de quel milieu il viennent pour comprendre le problème.... C'est tout le secteur qui est pourri!
Réponse de le 28/12/2014 à 11:03 :
Pourquoi subventionner des gens qui pour la plupart ne paient pas d'impôts en France?
Le pays va mal, la première économie à faire est sur ce poste; la culture continuera à vivre,et l'assedic aussi,si on l'allège des intermittents du spectacle
a écrit le 26/12/2014 à 20:51 :
On fera fi des commentaires des gens qui n'y connaissent rien.
Malheureusement, ce ne sont ni les scénaristes ni les producteurs qui manquent d'audace, mais les chaînes qui n'osent pas.
Ce sont les personnes à leur tête qui sont à blâmer (sortis d'écoles de commerce) car comme dans d'autres domaines en France, nous avons les idées et la capacité de faire du haut de gamme.
a écrit le 26/12/2014 à 20:23 :
Honteux gaspillage au profit d un cinema " fonctionnaire " subventionné fait de mediocrité , de copinage et de snobisme . Un cinema pour ceux qui le font , pas pour ceux qui le regardent.
a écrit le 26/12/2014 à 16:29 :
crédit d'impôts , subventions, avances sur recettes ... autant d'argent public à se répartir entre copains pour des trucs que le citoyen lambda n'a pas envie de regarder.
il est temps de supprimer tout cet argent public et laisser le marché ( nous ! ) décider en payant pour voir, seuls ceux qui produisent ce que nous voulons vraiment voir pourront produire , et la qualité remontera.
Réponse de le 27/12/2014 à 12:58 :
et comment l'etat pourrait favoriser sa propagande sans cette carotte qu'est les subvention..
c'est comme la presse subventionner comment dés lors avoir une presse libre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :